• Il y a Pascal, qui a fait un road-trip en famille aux USA, l'été dernier, il y a Sylviane et Laurent qui sont partis aux Bahamas, l'hiver dernier, cet hiver ils vont "juste" deux semaines à Avoriaz, il y a Chloé et son mec qui partent chaque hiver au soleil. Et puis Cyrille qui, mardi dernier, me raconte qu'il a un pote qui s'est installé en Nouvelle-Calédonie, alors bien sûr il va y aller en juin prochain, et puis tant qu'à aller en Nouvelle-Calédonie via le Japon, "ben on s'est dit qu'on allait en profiter pour passer une semaine au Japon, et visiter Tokyo et Kyoto."

    Parfois, j'en ai marre d'être pauvre :-/


    2 commentaires
  • Un verre, ça va, deux verres...

     

    Crémaillère chez Corentin, hier soir. En tout petit comité, nous étions quatre, et avec deux cartons en guise de table basse. Corentin ne bosse plus pour la Big Bank, il y a terminé sa mission, dans la foulée il a quitté sa coloc au fin fond de la banlieue bordelaise pour un petit appartement dans le centre de Bordeaux, d'où la crémaillère, hier soir, l'occasion de prendre de ses nouvelles et de passer un moment agréable.

    J'ai passé une excellente soirée, ambiance festive, bonne musique, et ce petit Corentin qui passe et repasse devant moi, avec ses rondeurs appétissantes, comme un chou à la crème géant devant les yeux d'une gourmande. J'avais assez bu pour trouver ça drôle et agréable, du reste j'ai toujours trouvé que le désir est peut-être supérieur au plaisir, en ce sens qu'il dure délicieusement plus longtemps. 

    Je suis rentrée comme j'étais venue, en tram, et avec le sourire parce que ça fait du bien ces papillons dans le ventre quand je vois Corentin, et c'est tout aussi bien que ça n'aille pas plus loin, le "plus loin" je l'ai vécu dans une autre vie je n'ai donc aucun regret ni aucune frustration. Dans le tram il y avait un couple de deux garçons, j'ai vu les regards puis assisté à l'élan des corps qui se frôlent, puis se rapprochent, c'est toujours bien de voir le bonheur des autres, aussi. Je suis rentrée chez moi, heureuse d'avoir passé une bonne soirée, savourant le bonheur d'éprouver du désir, d'être délicieusement ivre, et d'avoir la chance de vivre dans un pays et une époque où je peux être une femme seule, libre et heureuse.


    votre commentaire
  • Régulièrement, je prends mon vélo, direction un endroit que je connais, aux fins fonds de Pessac, là où, géologiquement, nous sommes déjà dans les Landes. Le sol y est sableux, la forêt encore présente, pins, chênes, ajoncs, et, surtout, on y trouve encore des endroits qui évoquent les moutons et les bergers à échasses. L'eau du sous-sol - Aquitaine vient du latin Aqua - n'est jamais très loin et affleure parfois au ras du sol.

    Cet endroit que j'aime bien, c'est une lagune, une cuvette peu profonde cernée de pins, au sol de sable fin. Elle peut rester sèche plusieurs années de suite et puis un jour, comme aujourd'hui, elle est pleine d'une belle eau limpide. En octobre dernier, elle était sèche mais les pluies abondantes de novembre et décembre on regonflé la nappe phréatique, qui est remontée. Un joli spectacle, toujours inattendu, toujours surprenant.

    Trop d'eau, ce matin, pour m'asseoir sur le sable. Je suis restée au bord, le temps d'y écouter le silence, le bruit du vent des la cime des pins alentours, et - le printemps arrivant décidemment bien tôt cette année - le cri perçant d'une buse. C'est un endroit qui me ressource.

    Et au bout, la lagune

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Et au bout, la lagune


    votre commentaire
  • Ou alors, ne plus travailler le lundi, non plus ? 

    La semaine a été intense. Si le rythme, au travail, est tranquille, nous sommes dans l'expectative de ce que sera cette année 2020 : nous ne savons toujours rien sur la réorganisation à venir - notre service va-t-il être supprimé ? mais nous savons qu'un nouveau logiciel va remplacer celui sur lequel nous bossons ; Vivian part à la fin du mois et il va être remplacé par une prestataire, et je dis bien unE, ce qui n'est pas sans me poser problème, j'ai du mal à travailler avec les filles. Ma chef, quant à elle, s'est vu proposer par son propre chef de partir sur une mission qu'elle peut difficilement refuser. 

    Une panne informatique du drive où je fais désormais mes courses hebdomadaires a contrarié mes projets. Isabelle et Fabrice étant de passage chez moi j'avais prévu de leur concocter un repas maison, j'ai récupéré mes courses trop tard pour cuisiner, plan B un restaurant asiatique où j'ai mes habitudes. Le stress du contretemps a été vite effacé par le plaisir de cette visite. Visite qui a rejeté bien loin la pesanteur que j'éprouvais en début de semaine, à la suite de la visite à mes parents à l'ehpad.

    J'ai terminé la semaine à fond la forme, vendredi matin, après un réveil un peu désagréable puisqu'au moment de prendre ma douche, paf ! coupure d'eau dans le quartier (toilette rapide à l'eau minérale !), j'ai emmené Isabelle et Fabrice découvrir le marché des Capucins, c'est un autre côté de Bordeaux qu'il faut absolument connaître. Petite sieste après leur départ, et j'ai terminé la journée au cinéma (A Couteaux tirés), aller-retour à pied bien sûr, résultat un peu plus de 12 000 pas enregistrés par mon smartphone, je suis très attentive à marcher aussi souvent que je peux. Tout de même : les 10 000 pas préconisés par l'OMS, je veux bien, mais il faut marcher 1 h 30 pour les faire. Trouver le temps de marcher une heure et demie, quand on bosse dans un job sédentaire, plus facile à dire qu'à faire. 

    Grand ménage samedi matin, puis petite balade dans le parc voisin en suivant, j'ai toujours besoin de respirer l'air avant de prendre mon repas du midi, et puis respirer le grand air après une matinée passée à faire du ménage, ça fait du bien. Une courte sieste (oui, encore, je suis crevée en ce moment) et puis je suis partie à la salle de sport. La salle de sport le samedi en fin d'après-midi, c'est cool, il n'y a personne. Le réchauffement climatique, décidemment, est bien là, je suis une nouvelle fois rentrée de la salle de sport à pied, dans une douceur très agréable.

    Je m'étais inscrite à un atelier de yoga ce matin. En effet le studio de yoga où je suis inscrite propose de temps en temps des ateliers d'une matinée avec des profs de yoga de réputation régionale, voire nationale. L'occasion pour ceux qui le veulent d'expérimenter d'autres pratiques, d'un autre niveau, et même si j'en bave, c'est toujours très intéressant.

    J'ai à peine eu le temps de grignoter en rentrant, de lancer une machine à laver, mon fils aîné m'a laissé la petite Julia que j'ai gardée le temps qu'il aille au restaurant avec ma belle-fille. Le couple a l'air d'aller mieux, je suis soulagée, et toujours ravie de garder ma petite-fille, qui est adorable. Elle marche bien maintenant, et si elle ne parle pas elle sait tout à fait se faire comprendre. Et elle est gentille et adorable ! Comme j'attrapais le linge pour l'étendre, elle m'a tendue une chaussette pour m'aider !  Il était trop tard pour que je fasse une nouvelle sieste quand mon fils a récupéré Julia,  tant pis pour la fatigue je me reposerai plus tard (mais quand ?), j'ai pris mon vélo pour une balade, bien agréable car l'après-midi était d'une belle douceur, et les premiers mimosas commencent, ici et là, à embaumer l'air. J'ai trop présumé de mes forces, et les derniers kilomètres ont été un peu difficiles - 17 kilomètres sur le compteur de mon smartphone - surtout après une matinée de yoga. Je suis rentrée à temps pour préparer le traditionnel repas du dimanche soir avec mon cadet, et j'ai rangé la cuisine en suivant - je ne me couche jamais sans que ma cuisine soit nickel. Le pire c'est qu'en dépit du sport et du fait que je sois très active, je ne parviens pas à me débarrasser de mes kilos superflus :-/

    D'accord, demain soir je me repose, je crois que je l'ai bien mérité ! (et que j'en ai besoin)


    votre commentaire
  • Merci, merci et merci, à Isabelle et Fabrice - discrets lecteurs de ce blog et amis depuis plusieurs années maintenant - d'être passés me voir. C'était trop court, bien sûr, mais quel plaisir ai-je eu de vous voir ! Il faut vraiment que je me mette un coup de pied au derrière et que je me décide à monter vous rendre visite, à mon tour !


    1 commentaire
  • Mon frère a toujours été très attaché à l'harmonie familiale, même quand mes parents se disputaient lorsque nous étions enfants, il a donc mal supporté que je veuille couper les ponts avec mes parents, cet été, même si au demeurant il a apprécié de ne plus aller les voir lui non plus. Mais le coup de fil de mon père, la semaine dernière, l'a fait culpabiliser.

    Du coup, nous sommes allés à l'ehpad, ce soir, pour renouer les liens avec mon père - ma mère quand à elle étant définitivement dans les limbes de la sénilité, elle ne se rend plus compte de rien. J'étais plutôt froide, mon frère a fait l'essentiel de la conversation, qui a surtout tourné autour de l'état de santé de mon père. 

    En repartant, dans l'ascenseur, j'avais un gros sentiment de colère après mon frère, et de désespoir aussi, de me retrouver de nouveau là, alors que j'avais bien espéré ne jamais remettre les pieds à l'ehpad - ni revoir mes parents.

    Mais je comprends que c'était important pour lui, de notre fratrie c'est lui qui a le plus souffert de notre enfance difficile, aujourd'hui il vit mal l'éloignement de ma sœur et de mon autre frère, alors se retrouver à couper les ponts avec mes parents, c'était compliqué pour lui, et si ça lui a fait du bien, ça compense le désagrément que ça me cause.

    Pour autant je n'ai pas dit à mon père que je reviendrai, je suis partie en disant aurevoir, c'est tout. Je pense que je retournerai à l'ehpad, mais pas plus souvent qu'une fois par mois. Il est hors de question que je me retrouve de nouveau perturbée à devoir aller à l'ehpad chaque semaine. Il faut avoir beaucoup d'affection pour ses parents pour supporter ça, et je n'en n'ai aucune, il est difficile de donner ce qu'on n'a pas reçu.

    En montant dans la voiture j'avais envie d'une cigarette et d'un ou deux verres de vin, en arrivant chez moi j'ai fait un câlin à Loukoum, j'ai enchaîné avec une séance de yoga - c'est meilleur pour la santé, et demain soir, j'irai me défouler à la salle de sport. L'ehpad, c'est vraiment une vision d'horreur.


    votre commentaire
  • C - Climat. Encore que le réchauffement climatique, je le sens bien. Cela fait plusieurs hivers que je n'ai plus aussi froid, que je ne mets quasiment plus de gants, alors qu'autrefois je passais l'hiver avec des gants, impérativement. Alors le froid qui arrive, c'est histoire de parler.

    F - Famille. Mon frère m'a appelé, tout à l'heure, bien ennuyé. Mon père lui a téléphoné ce matin, en disant qu'il ne comprenait pas ce qui s'était passé, et pourquoi on n'allait plus le voir, et qu'il allait mal, qu'il avait perdu dix kilos et qu'il faisait une dépression nerveuse. Ca a remué mon frère, moi beaucoup moins. Je sais mon père un brin manipulateur, la dépression nerveuse c'est une réalité mais ça fait des années que ça dure et il n'a jamais pris ses médicaments assez longtemps pour que son état s'améliore.  Pour le reste, il est vieux et hypocondriaque. Je ne suis pour autant pas sans cœur, et j'ai bien senti la peine de mon frère, je lui ai donc proposé que nous allions à l'ehpad ensemble, prochainement. Mais ça ne me travaille pas plus que ça, ce que je trouve plutôt bien. 2019 a été dure, mais a changé bien des choses pour moi, dans mon rapport à ma famille.

    F - Filles. Le soir j'ouvre ma porte, et je lance un "Salut les filles, ça va ?" bien sonore. Je ne suis pas seule, j'ai mes chattes, qui m'attendent. Bien sûr, c'est parce qu'elles ont l'habitude que je les nourrisse le soir quand je rentre, mais pas que tout de même. La Chatte va mieux, elle a cessé de s'arracher les poils en se léchant et le pelage repousse, mais elle vieillit, je le sens bien. Loukoum quand à elle devient de plus en plus câline. Il m'arrive de me réveiller la nuit, je la trouve à mes côtés, sentinelle silencieuse et vigilante, ronronnante dès que je pose la main sur elle. 

    M - Matelas. J'ai bien fait d'en changer, mon mal de dos a disparu. Une bonne choses de faite ! 

    R - Réorganisation. Il y avait longtemps. On nous annonce une nouvelle réorganisation du service informatique, d'ici fin juin. Et on ne sait pas ce qui va sortir du chapeau de nos grands chefs et, chose surprenante, pour une fois nous n'avons même pas de bruits de couloirs sur ce qui se prépare. Comme certaines équipes, dont la mienne, sont plus ou moins en doublon avec d'autres équipes, parisiennes, on pense qu'il va y avoir des rapprochements, et des suppressions. Comme l'a dit notre chef "je peux pas vous garantir que notre service existera encore à la fin de l'année". Ca, c'est optimiste. Et voilà qu'elle nous informe qu'elle même est à la recherche d'un autre poste - ça sent pas bon pour nous. Bon, ce n'est pas la première fois que ça m'arrive, une réorganisation, alors ça ne m'affole pas plus que ça. C'est rigolo, je pense beaucoup à la retraite, dans six ou sept ans, et je ne me préoccupe pas de ce que je ferai dans six mois.

    R - Résolutions. J'ai déjà lu deux bouquins de la Pile à Lire à côté de mon lit, par contre je n'arrive pas à combattre ma gourmandise, et il me reste encore des chocolats de Noël ! 

    S - Sport. A fooooond la fooooorme ! C'est rigolo comme on peut changer. Après avoir passé une bonne partie de ma vie sur un rythme plutôt contemplatif, me voilà devenue accro au sport. Avoir plusieurs vies en une, n'est-ce pas de la chance ?! Et ça fait du bien au moral. Pour la première fois de ma vie, je me tiens avec régularité, envie, motivation, à une activité, et même plutôt deux, le yoga et la salle de sport. Et puis il y a ce que ça m'apporte de plus, le yoga m'a ouvert sur autre chose, le développement personnel mais aussi la philosophie bouddhiste. A la salle de sport j'aime l'ambiance, chacun qui travaille avec concentration, les clips qui passent en boucle et j'aime les chansons qui passent en ce moment, je ne suis pas du genre à écouter Radio Nostalgie, les années 80 très peu pour moi c'était il y a quarante ans et on a vécu depuis. Et, yoga comme salle de sport, j'apprécie ce moment où mon cerveau ne se concentre plus que sur ce que je fais, mettant en off son brouhaha habituel. 

     


    2 commentaires
  • Je suis allée faire les soldes hier après-midi, dans un rayon j'ai flashé pour une robe - je suis une inconditionnelle de la robe - à l'imprimé un peu exotique, bambous et pivoines, aux couleurs rose, carmen et rouge, une robe près du corps qui met en valeur la poitrine et dévoile tout aussi bien mes kilos superflus, mais elle était décidemment très jolie. Et puis une robe à 7,50 euros, ce serait dommage de s'en priver. Arrivée à la caisse j'ai farfouillé dans les bijoux, également en solde, j'ai trouvé un collier à cinq euros, parfaitement assorti à une paire de boucles d'oreilles que j'avais trouvée la semaine dernière - moins cinquante pour cent, deux euros cinquante les boucles d'oreilles que demande le peuple.

    Je suis rentrée chez moi, j'ai mis la robe, enfilé un petit pull noir par dessus, un pull noir assez échancré pour laisser voir les bretelles de la robe, le noir mettait bien en valeur les couleurs de la robe, j'ai mis le collier et les boucles d'oreilles, j'ai complété la tenue par une paire de collants résilles et j'ai chaussé une paire de vernis noirs à bride.

    Quand j'ai enlevé mon manteau, en arrivant chez ma cousine, celle-ci m'a dit "mais que tu es élégante !". Elégante avec une robe à sept euros cinquante, et sept euros cinquante de bijoux, si c'est pas le comble du chic ça ! 

    Parce que oui, la préoccupation du moment, ce sont les gros sous. Cette semaine je suis allée sur le site de l'assurance-retraite, et figure-toi que voilà : 

    Gros sous et petite monnaie

    Si c'est pas une bonne nouvelle ça !

    Et puis j'ai farfouillé un peu sur le site, qui est bien fait, j'ai trouvé l'estimation du montant de ce que je percevrais chaque mois. J'ai dit bon, pas mal.

    Et puis j'ai dit, ah merde. 

    Parce que la retraite, c'est sur douze mois. Et moi, je suis payée sur treize. Et puis je touche aussi une prime d'objectif. Et puis j'ai aussi un intéressement, une participation, des chèques vacances, des chèques cadeaux en fin d'année. Et j'ai bien besoin de tout ça.

    Douze mois, douze mois c'est tout ??? Je me suis dit que ça allait être carton. Trois jours que je tourne la situation dans ma tête. Je suis allée sur le site de ma banque pour regarder l'échéancier de mon prêt immobilier, je suis allée sur le site du plan d'épargne entreprise où je place intéressement et participation. J'ai un Perco, aussi. 

    Bon, bref, la retraite le 1er octobre 2026, pas vraiment. J'ai tout intérêt à bosser un an de plus, pour avoir un an de plus de salaire et de primes, et pour percevoir une retraite un peu plus grosse, puisqu'il y a ce système de bonus/malus. Et puis j'ai tout intérêt aussi à économiser sérieusement d'ici là, parce qu'il vaut mieux que j'arrive à la retraite avec un pécule conséquent, et que ce n'est pas parce que je serais à la retraite que la vie va s'arrêter. Ma voiture vieillit, mon appartement aura besoin d'un rafraichissement un jour ou l'autre, mon lave-vaisselle finira bien par me lâcher, sans compter qu'à la retraite j'ai l'intention de continuer à faire du sport, pour le yoga par contre il faudra que je repasse ou que je trouve un studio moins cher. J'aurais bien aimé continuer à aller au ciné, et pourquoi pas m'inscrire à l'Université du Temps Libre - passer ma retraite le cul devant la télé très peu pour moi.

    Tout ça pour dire qu'une robe à sept euros cinquante, c'est vraiment un bon plan. Et puis si c'est 2027 plutôt que 2026, ça se rapproche quand même pas mal ! 

    Hier soir en rentrant j'avais un mail dans ma boîte à lettres, les impôts qui m'écrivent pour me dire que je bénéficie de la baisse d'impôts prévue en 2020, j'avais un peu trop bu pour tout comprendre, ce matin je suis allée vérifier sur le site, en effet c'est le cas, bah pour un peu je dirais presque "merci Manu" ! (si je n'étais pas inquiète à l'idée que l'argent qu'on nous donne d'un côté, on va nous le reprendre d'un autre).


    2 commentaires
  • C'est le bruit de La Chatte en train de vomir qui m'a réveillée. Je n'avais pas beaucoup dormi, je suis rentrée tard de chez ma cousine, hier soir, et bien sûr comme à chaque fois que je vais chez ma cousine j'ai trop bu. Je me suis levée pour nettoyer le vomito, arrivée aux toilettes pour faire pipi j'ai découvert une diarrhée à côté de la litière - c'est quoi ce bordel les filles c'est moi qui picole c'est vous qui êtes malades ?

    J'ai nettoyé tout ça, j'ai mis l'eau du thé à chauffer, et en me baissant pour attraper du doliprane dans le tiroir à pharmacie, mon estomac a protesté violemment. Le mélange champagne/vin blanc, pas glop.

    Quoiqu'il en soit, à neuf heures la soupe de la semaine mijotait dans la cocotte, et j'avais étendu une machine de linge, dans la fraîcheur du petit matin. J'ai renoncé à aller au sport, l'estomac fragile ça fait pas bon ménage avec l'effort, mais avant de prendre ma douche j'avais rangé les décos de Noël et passé l'aspirateur dans toute la maison. Je suis sortie prendre l'air, en fin de matinée, et l'air frais, presque froid, m'a fait du bien. 

    Pourquoi un truc aussi bon que le champagne peut avoir des effets secondaires aussi désagréables, la question reste ouverte. Sieste cet après-midi, séance de yoga en me réveillant, bouillon de légumes ce soir, décidemment mon estomac est une petite nature.


    votre commentaire
  • Ma Beauté

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Ma Beauté


    2 commentaires
  • J'ai repris la route du travail, ce matin. J'ai ouvert mon pc et… j'ai mis quelques secondes à retrouver le bouton pour l'allumer. Pour te dire si j'avais décroché, pendant ces dix jours de vacances ! J'ai vraiment apprécié cette coupure. Comme je disais tout à l'heure à un de mes collègues "Une nouvelle année, ça nous rapproche de la retraite !" il m'a répondu "ouais, ça nous rapproche aussi de La Fin". Bah je l'ai trouvé rabat-joie. Cette nouvelle décennie, pour moi, c'est la dernière que je passe au boulot, et je trouve cette idée bien sympa. Il s'en faut encore de plusieurs années, certes, et j'ai parfois une vague angoisse à l'idée de me retrouver seule sans mes collègues autour, mais je n'ai pas de doute sur le fait que, si mon état physique le permet, je saurais bien occuper mon temps. Libéréééé délivrééé, j'aime bien mon boulot mais j'aime encore plus le temps que je n'y passe pas.

    A part ça, tout le monde au boulot a trouvé que ma nouvelle coupe de cheveux est jolie et me va bien, et quoi de mieux pour recommencer le travail que des mots gentils ? Ma chef a repris le boulot de façon plus mitigée, elle, en nous annonçant tout à l'heure le départ, à la fin du mois, de notre collègue Vivian. Il ne trouve plus le boulot assez intéressant, il a du mal avec la façon de fonctionner de la Big Bank, il est de plus en plus souvent absent, bref, ma chef et lui sont tombés d'accord pour mettre fin à sa mission. A voir qui prendra la suite, j'espère que ce sera un type motivé et sympa.

    Fin 2020 ça fera dix ans que je vis seule, figure-toi. Bah je ne m'en sors pas si mal. Ca n'a pas toujours été facile, et je sens encore de temps à autre le manque d'une oreille bienveillante, d'une épaule compatissante, mais globalement j'apprécie cette vie. Fils, collègues, j'ai suffisamment de testostérone autour de moi, et je manque plus d'argent que de sexe, crois-moi ! 


    votre commentaire
  • A - Abstinence. Il parait que ce mois de janvier est celui du "Dry january", Janvier sans alcool. Bah ça me dérange moyennement. Moi, tant qu'on ne lance pas un janvier sans chocolat, ça me va. Encore que, cette année, j'en mange tellement que j'avoue commencer à penser que trop, c'est trop. Côté alcool, ma cousine m'a invitée à dîner la semaine prochaine et n'en déplaise aux AA, j'irais avec une bouteille de champagne, j'adore le champagne ! 

    A - Argent. Ouh là, va falloir que je me calme, parce que je suis mal partie là. Un bouquin par ci, deux robes par là… Je suis fait un peu trop plaisir ces dernières semaines, et mon banquier va pas être trop content. Bon, comme dit la pub, mon banquier, c'est moi et oui, je suis capable de m'engueuler quand je dépense trop, mon côté Picsou n'aimant pas ça.

    C - Cadeau. Le cadeau le plus touchant, cette année, c'est mon fils aîné qui me l'a fait. Il a soudé des boulons, des dizaines de boulons, entre eux, en forme de Space Invaders, puis les a peint et a bricolé un pied, avec une tige fileté, pour les faire tenir debout. J'ai été extrèmement touchée qu'il se souvienne qu'à une époque, je faisais collection des photos des mosaïques parisiennes de Space Invaders, et qu'il ait eu l'idée de m'en faire, à sa façon.

    C - Cheveux. J'ai terminé 2019 avec les cheveux longs, je commence 2020 avec des cheveux courts. J'avais tellement pris l'habitude du chignon que je me sens toute légère. Je gagne du temps le matin, et c'est plus pratique quand je fais du sport. 

     C - Cinéma. J'avais lu des critiques élogieuses "chef-d'oeuvre", "splendide", "poétique", du coup je suis aller voir Séjour sur les Monts Sunshu cet après-midi. J'ai dormi la première demie heure, et j'ai passé les deux heures suivantes à m'emmerder fermement. Fuck le cinéma chinois, je le sais pourtant que j'ai du mal avec les films chinois, mais c'est la dernière fois que je me fais avoir, la prochaine fois j'irais voir un blockbuster américain. Je crois que ma période "cinéma d'art et d'essai" est derrière moi, fini les films croates sous-titrés en coréen.

    C - Corentin, le retour. Corentin a fini sa mission dans la boîte qui m'emploie, le mois dernier. Il m'envoie encore des sms de temps en temps, des vidéos de petits chats, j'ai fini par me faire au fait que je suis sa maman de substitution, et qu'il n'a pas coupé le cordon. Hier soir il m'a proposé de le rejoindre à Ikéa, il vient en effet de prendre un appartement (il vivait jusqu'à présent en colocation) pour l'aider dans ses achats. Je connais bien Ikéa, lui non, c'est un geek qui ne connait pas rien d'autre qu'Amazon, oui mais parfois il faut revenir dans le monde réel. On a passé une heure ensemble, c'était sympa, ça m'a rappelé l'an dernier quand mon cadet a pris son premier appartement lui aussi, premier appartement ça rime toujours avec Ikéa ! 

    I - Investissements. C'était déjà au programme de 2019, mais j'ai préféré jouer la montre, il faut que je change ma machine à laver, de plus en plus bruyante au point que je n'ose plus programmer d'essorage au-delà de 500 tours, et mon matelas, acheté fin 2010 et sérieusement fatigué. C'est incroyable ce que le temps passe vite, je l'avais acheté lorsque j'étais à Pau, et je me dis, déjà neuf ans presque dix ! J'espère que la machine va tenir encore un peu, mais pour le matelas, c'est fait. Comme je passais dans la galerie marchande de l'hypermarché d'à côté, hier soir, j'ai succombé aux arguments d'un vendeur itinérant, qui me proposait de me livrer dans l'heure qui suivait, tout en se chargeant de me débarrasser de mon vieux matelas. Evidemment, c'est le genre de vendeur qui te propose des réductions telles que tu te demandes comment c'est possible, et surtout, qu'est-ce que tu achètes à ce prix là, mais comme mon précédent matelas était un Bultex qui ne s'est pas révélé d'aussi bonne qualité que ce que j'espérais compte tenu de la marque, je me suis dit que marque ou pas, ça ne changeait peut-être pas grand'chose. On verra bien. Hier soir j'ai donc dormi sur un matelas tout neuf, tout ferme - trop ferme bien sûr par rapport à l'ancien, et au moins ai-je réglé ce problème là. Le vendeur, dont je pense qu'il est issu de la communauté des gens du voyage, était évangéliste, il m'a gratifiée de quelques versets bibliques en repartant - la vie est parfois étrange.

    P - Projets. J'aurais aimé installer une verrière entre la cuisine et le séjour, remplacer l'actuelle porte de la salle de bain par une porte coulissante, idem dans la cuisine. J'aurais aimé retenter l'expérience d'un séjour "rando + yoga", l'animateur qui encadrait celui de septembre dernier en Catalogne en propose un (il a monté sa propre boîte de séjours sportifs) en octobre prochain, aux Baléares. J'ai pas les moyens de tout faire, il va falloir que je choisisse, mais au moins ai-je les moyens de choisir un de ces projets, tout de même.

    R - Résolutions. Il faudrait que je m'occupe aussi de faire du vide, dans les livres une fois de plus, dans mes papiers aussi, dans des bricoles qui traînent, que je ne veux pas jeter, mais qui m'encombrent. Dans la cave, j'ai également des cartons à trier. Ce n'est pas de temps que je manque, c'est de motivation et d'énergie.

    T - Technologie. Comme nous sortions d'Ikéa, Corentin sort son smartphone de sa poche "bon, on va voir s'il me ramène bien à ma place de parking". Parce que oui, l'appli gps qui l'a emmené à Ikéa permet de conserver en mémoire l'emplacement de la place de la voiture sur le parking. On arrête pas le progrès, on vit une époque formidable, je me demande toujours jusqu'où on ira, avec enthousiasme… et la peur de me trouver larguée, tôt ou tard. 

    V - Vacances. Je termine mes vacances de Noël, cette pause m'a fait du bien, je n'ai pas eu le temps de faire tout ce que j'aurais voulu, en particulier aller me promener à l'océan, mais ce n'est que partie remise. J'ai pris le temps de faire du sport, de regarder la télé - c'est quelque chose que je ne fais jamais le reste du temps, il s'avère que lorsque j'ai renouvelé mon abonnement chez l'opérateur de ma box le téléconseiller m'a abonné gratuitement à quelques chaînes habituellement payantes. C'est ainsi que j'ai pu enregistrer Titanic, figure-toi que je ne l'ai jamais vu. Ou plutôt, j'ai vu trois ou quatre fois le début, mais j'ai toujours eu la flemme d'aller au delà de la première heure. Je vais donc rajouter une bonne résolution à la liste des résolutions pour 2020, regarder Titanic, et en VO ! Lundi, reprise du boulot je suis contente de retrouver mes collègues. Cette année l'objectif c'est le passage en catégorie Cadre, ce qui risque de s'avérer plus compliqué que prévu car je ne veux pas renoncer à mon vendredi non travaillé. Prochaines vacances, une semaine en juillet, ça va être long, moi je te dis vivement la retraite - mais il s'en faut encore de plusieurs années.


    votre commentaire
  • Et tout d'abord, cher lecteur, cher lectrice, je te souhaite une bonne année nouvelle, pleine de bonnes choses pour toi et ceux qui te sont chers. Et Albert se joint à moi pour ces vœux ! 

    Personnellement - parce qu'en plus d'être misanthrope je suis égoïste - je me souhaite une année 2020 un peu plus tranquille familialement que 2019, et ça sera déjà pas mal.

    Je n'ai pas l'habitude de prendre de bonnes résolutions, mais à année nouvelle, nouvelles habitudes !

    Donc : 

    - perdre en 2020 les cinq kilos pris en 2019, mais plutôt à partir de février parce que j'ai un stock de chocolats assez conséquent

    - travailler mon anglais, j'attends d'ailleurs la livraison d'un bouquin de grammaire que m'a conseillée la prof,

    - lire tous les bouquins qui se sont accumulés ces dernières années dans la pile à côté de mon lit, et relire tous ceux dont je me dis depuis des années que j'aimerais les relire, L'Ile Mystérieuse de Jules Verne, par exemple

    - continuer à faire autant de sport que ces derniers mois, j'ai un rythme pas mal en ce moment, il faut que je continue comme ça !

    - apprendre à cuisiner. Oui, je cuisine, mais je manque de bases notamment pour les légumes.

    Cinq, ça me parait un bon chiffre, à voir ce qu'il en sera en fin d'année !

     

    L'année nouvelle et ses résolutions

    L'année nouvelle et ses résolutions

     

     

     

     


    4 commentaires
  • Début décembre, comme je voyais deux de mes voisines, célibataires comme moi, je leur ai proposé de fêter la Saint-Sylvestre ensemble. L'une a décliné, déjà prise par ailleurs, et l'autre m'a envoyé quelques jours plus tard un sms pour me proposer "puisque nous étions seules toutes les deux", d'aller à un spectacle et de réveillonner ensemble ensuite. Il s'agissait d'un spectacle reprenant des extraits de comédies musicales connues, pas vraiment ma tasse de thé, mais je me voyais mal répondre "bah en fait je préfère passer ma soirée seule avec mes chats" sans paraitre grossière. La semaine dernière ma voisine m'a renvoyé un sms - il y a des gens qui textotent beaucoup, quand ce serait plus simple de parler - pour me dire qu'une de ses amies étant seule elle aussi, elle lui avait proposé de se joindre à nous pour le réveillon après le spectacle. 

    Je me suis donc retrouvée à l'avant-dernier rang d'une salle de spectacle bondée, entourée de vieux, mais bien élevés, et de moins vieux, mais bruyants et remuants, pour deux heures de strass et de paillettes, et surtout de danse - et heureusement pour moi, j'aime beaucoup la danse. 

    Nous sommes rentrées un peu tardivement, du coup ma voisine a appelé son amie pour lui dire de nous rejoindre directement chez moi, car le but de la soirée était de profiter du feu d'artifice du quartier, il est en effet tiré juste en face de mon appartement, je suis donc aux premières loges.

    L'amie avait porté du foie gras, ma voisine des petits toasts et du Sauternes, par politesse j'ai mangé un peu de foie gras au grand désespoir de ma conscience chagrinée par la souffrance animale, et bu un peu de Sauternes qui m'a rapidement fait mal à la tête, et passé les douze coups de minuit et le feu d'artifice (c'est un des avantages à habiter dans un quartier pauvre, on nous offre un feu d'artifice, la Mairie espérant sans doute que ça dissuadera les djeunes du quartier à vouloir faire flamber les voitures), je me suis passablement ennuyée en écoutant l'amie de la voisine parler de son chien. Je suis décidemment sur la pente savonneuse de la misanthropie - l'an prochain je ne propose rien à personne et je passe mon 31 décembre seule avec mes chattes - et des toasts au tofu.

    Résolution de l'année nouvelle : apprendre à dire non.


    votre commentaire
  • C'est Nowel c'est Nowel c'est Nowel...


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires