• René, figure-toi, c'est le prénom d'un type dont j'ai été amoureuse, au lycée, de la seconde jusqu'à la terminale, sans jamais avoir réussi à sortir avec lui. Pire, c'est une de mes copines qui a réussi à conclure. La jeunesse, c'est pas toujours de bons moments.

    Alors, que dire de cette semaine passée ? Le temps s'est mis à l'automne, gris et pluie, j'ai retrouvé l'envie de bosser, heureusement, mon petit collègue François nous a annoncé qu'il allait être papa, du coup on a été fêté ça au restau d'à côté, parce que c'est le bon côté d'être dans une petite équipe : on ne laisse jamais passer une occasion d'aller voire un pot. Une pina colada pour moi parce que j'adore ça et que je trouve que c'est une boisson joyeuse. Une autre boisson que j'affectionne c'est le champagne, et j'ai apprécié celui d'hier soir, chez un couple de collègues/amis, pour une soirée très détendue.

    Ce matin, grand ménage, et puis une bonne sieste et un tour de vélo cet après-midi, pour savourer le temps frais et gris, mais odorant. J'ai besoin de respirer les odeurs de la nature. 

    Ma nièce a joué les prolongations, ce week-end, et j'avoue apprécier, ce soir, ma solitude retrouvée. J'ai mis de petites bougies un peu partout - c'est un des plaisirs du retour des jours plus courts. 


    votre commentaire
  • B - Beau. Le temps est donc beau, un retour de flamme de l'été en plein automne, 25° sur le balcon ce midi, à l'ombre. Alors que j'étais à deux doigts de remettre les collants en début de semaine, j'étais aujourd'hui en short et tee-shirt pour faire du vélo, et j'ai eu trop chaud, je me suis maudite de ne pas avoir mis de débardeur ! Quand à hier… hier matin je suis allée à la piscine pour profiter une dernière fois du bassin extérieur ! Mais c'est très bizarre, comme sensation, il fait chaud comme en plein été, alors que les jours sont de nouveau courts. Etrangement aussi, les arbres n'ont pas encore tout à fait changé de couleur, et sont encore en feuilles. Un mélange de saisons, très bizarre. 

    C - Conversation. Depuis quelques semaines, je prends des cours de conversations en anglais. J'en bave, mais c'est nécessaire, mon anglais est vraiment trop mauvais, d'autant que je manque d'assurance. Et dans le boulot, j'en ai parfois besoin.

    E - Enterrement. j'ai accompagné mes fils, il y a trois semaines, à l'enterrement d'un des oncles de mon ex-mari. Il me semble normal d'accompagner mes fils dans ces moments difficiles. Mon ex-mari était "très famille" comme on dit, et, plus jeunes, nous allions fréquemment chez cet oncle et sa femme, qui ne manquaient pas de me passer régulièrement le bonjour, via mon cadet, chaque semaine, alors même que, divorcée, je ne les voyais plus. L'enterrement, ses fils éplorés, les petits enfants aussi, et tous réunis autour de leur mère. Comme à chaque enterrement, je me suis demandée comment se passeront les enterrements de mes parents. Comme à chaque fois, j'ai éprouvé un peu de colère d'avoir été privé, de par la façon dont ils nous ont élevés, de l'affection que j'aurais pu recevoir d'eux, et que j'aurais pu éprouver pour eux. 

    H - Habitudes. Je ne vais plus à l'ehpad, j'ai repris mes petites habitudes du week-end, yoga, cinéma, vélo, sieste… ces habitudes qui assurent mon équilibre et mon bien être. Dowton Abbey samedi dernier - génial - Chambre 212 hier - des acteurs au sommet. 

    N - Nièce. Son stage se termine bientôt, je vais retrouver ma tranquillité. L'autre soir j'ai eu droit à un "Qu'est-ce qu'on mange ce soir ?" très inattendu - il y avait tellement longtemps que je n'avais pas entendu cette phrase ! En janvier prochain, cela fera dix ans que je vis seule. Elle est gentille, ma nièce, mais je suis tellement mieux toute seule...

    P - Parents. Aucune nouvelle, et ça ne me manque pas. Les problèmes viendront sûrement, puisque leur état de santé ne s'améliorera pas et qu'il faudra forcément que je fasse face (à quoi ? appel de l'ehpad ? hospitalisation ? décès ?) mais en attendant, c'est un souci de moins. Etrangement, je n'ai pas de nouvelles non plus de mes tantes, côté maternel, ce qui me surprend un peu, mais basta, la famille, cette année, je m'en suis détachée.

    P - Piscine. Un vrai bonheur, cette dernière séance de piscine, hier matin. Je ne fréquente la piscine que l'été, lorsque le bassin olympique extérieur est ouvert. Nager en extérieur, j'adore ça. Mes sessions piscine sont bien bien réglées : 50 minutes de nage non stop, un quart d'heure de hammam, une bonne douche froide en suivant, puis retour dans la piscine pour vingt minutes de plus. Hier il faisait bon, et en même temps un peu frais, il y avait peu de monde et j'en ai bien profité. Pour le coup, j'ai séché le cours de yoga, je ne voulais pas me passer de ce dernier bon moment à la piscine ! 

    S - Salle de sport. J'ai eu la surprise de découvrir que la nouvelle salle où je me suis inscrite est plus fréquentée que l'ancienne, ça m'a fait bizarre, j'avais tellement pris l'habitude de me retrouver seule sur les machines… La salle de sport, je suis devenue accro. Echauffement, Entrainement, Etirements, je respecte la règle des trois E, et je m'éclate plus que je n'en bave.

    V - Vélo. Je fatiguais un peu, ce matin sur le retour, mais lorsque j'ai arrêté l'appli qui mesure mon parcours, je me suis aperçue que j'avais fait vingt kilomètres, donc c'était un peu normal que je sois fatiguée. Quoiqu'il en soit, il faisait beau, j'ai bien roulé, il n'y avait pas grand monde dans les bois, les oiseaux chantaient, bref, c'était bien.


    2 commentaires
  • Incroyable, cette année la saison est raccord avec le calendrier, et nous sommes en plein automne, du jour au lendemain il a fallu dire aurevoir aux tenues d'été, et reprendre pantalons et manches longues. Remettre les collants, ou ne pas remettre les collants ? Au boulot certains n'ont pas hésitées, ce n'est pas mon cas, déjà que remettre des pantalons, ce n'est pas marrant, alors les collants, ça attendra le grand froid. Je n'aime rien tant qu'avoir les jambes nues et sentir l'air sur ma peau, alors les pantalons, déjà je fais la gueule, les collants, non vraiment. 

    J'ai repris le chemin d'une salle de sport, cette semaine, et ça m'a fait bien plaisir, même si j'ai un peu trop forcé et que je me suis retrouvé avec une méchante douleur dans le bras qui m'a un peu inquiétée. Mais on ne va pas s'arrêter pour si peu, et j'y retournée ce soir. A ma grande surprise, il y avait du monde, plus que dans mon ancienne salle. Je sens que je vais avoir du mal à trouver des créneaux tranquilles. Le sport, au début tu y vas parce qu'il le faut, puis tu y vas parce que tu y prends plaisir, et puis un jour c'est un vrai besoin, et là c'est gagné.

    Ma nièce est toujours là, pour quinze jours encore. Elle est rentrée chez ses parents ce week-end et j'ai un peu soufflé, ça m'a fait du bien de retrouver ma solitude - du moins en partie. En effet, comme j'avais prévu d'aller au cinéma hier après-midi et d'en revenir à pied, une de mes voisines s'est invitée. Bon, elle est gentille, mais après tant d'années à aller au ciné seule ça me pose un problème d'y aller accompagnée, car je suis attentive aux réactions de la personne qui m'accompagne - j'ai eu une mauvaise expérience il y a quelques années avec une copine que j'avais emmenée voir Peau d'Ane et qui n'a pas aimé (ne pas aimer Peau d'Ane ???) et ça m'empêche d'être à 100 % dans le film. Le film c'était Dowton Abbey et j'ai pris beaucoup de plaisir à retrouver tous les protagonistes de la série que j'avais suivi avec assiduité en début d'année. 

    Ce midi nous étions réunis chez mon ex-mari pour fêter, ensemble, les anniversaires de mon fils aîné et de ma belle-fille, et nous avons passé un bon moment. Et, surtout, j'ai gardé ma petite fille tout vendredi après-midi, comme le samedi après-midi de la semaine précédente. Deux après-midis à profiter d'elle, un vrai bonheur. Elle a treize mois maintenant, est pleine de vie, crapahute à quatre pattes, fait des câlins !!! Ca, c'est bien ! 


    2 commentaires
  • Il faut dire ce qui est, ça m'a bien arrangée que ma nièce vienne s'installer chez moi, durant la semaine où je suis partie en Catalogne. Aussi lorsqu'elle m'a demandée de l'héberger durant ses stages, cette année, je lui ai répondu oui, d'autant plus que je l'aime bien, cette gamine, qui est toujours gaie et qui passe la plupart de ses moments de libre à travailler avec mon frère dans la petite affaire de restauration de celui-ci.

    Elle est donc arrivée dimanche dernier, pour la semaine, et pour quatre semaine au total. Comment dire que, pour moi qui vit seule depuis dix ans, et pour mes chattes, c'est un vrai bouleversement ? Et ce n'est pas facile, côté organisation. Je n'ai qu'une salle de bain, je dois donc prendre ma douche à peine levée, et ma pauvre Loukoumette, déjà très perturbée par cette intrusion et mon changement d'horaire, ne peut plus me faire le calin du matin, La Chatte ayant trouvé refuge sur mon lit. La Chatte, quant à elle, est malade, stressée par la situation elle recommence à se lécher compulsivement et se retrouve avec un trop-plein de poils qu'elle a du mal à régurgiter. Visite en urgence chez le vétérinaire, dans une semaine déjà chargée - faire les courses et préparer le repas pour deux, j'avais oublié ce que c'était.

    Bref, j'ai un peu de mal à m'habituer à ce nouveau rythme, mon organisme renâcle, et je n'aurais finalement que cette soirée pour me retrouver seule. Heureusement que cet après-midi, j'ai gardé ma petite-fille, cela m'a agréablement changé les idées. Elle a treize mois maintenant, est toute mignonne, toute souriante, avec un petit air coquin ! Il faisait assez beau pour que je l'installe dans la poussette, et que je l'emmène voir ma tante Christiane, qui est donc son arrière grand-tante ! Ma tante a été particulièrement heureuse de découvrir cette arrière-petite nièce, et j'étais heureuse de lui faire plaisir.

    Bon, voilà, mon île déserte est un peu moins déserte, et il s'avère que je suis sur la bonne voie de la misanthropie.


    votre commentaire
  • « Si je gagne à l’euro million, voyons c’est combien déjà le gros lot ? ah oui 190 millions… Ca me fait combien de smartphones ça ? 557 000 smartphones. Ah oui, je peux me permettre de l’oublier ou de le faire tomber. L’écran est sale ? paf, je prends un autre smartphone... Ca me fait… ah, ça ne me fait pas tant de maisons neuves que ça.

    • Bah quand même, tu peux en construire une dans toutes les grandes villes de France.
    • C’est vrai.
    • Et ça te fait combien de femmes ?
    • Ah non, ma femme, je la garde.
    • Oh comme c’est gentil ça !
    • Oui mais, je fais des retouches !!! « Pimp my wife », c’est le concept. Et puis je m’achète une voiture électrique. Mais une GROSSE voiture électrique. »

     


    3 commentaires
  • Je suis fatiguée, je n'arrive plus à me lever, hier en fin d'après-midi, j'ai dormi presque deux heures, ce qui ne m'a pas empêchée de faire une nuit complète et même plus, et cet après-midi j'ai fait une nouvelle sieste. Ca ne me convient pas du tout, du tout. Le pire, c'est que ce n'est pas le boulot qui me fatigue comme ça, parce que de ce côté là, c'est marée basse, je m'emmerde même un peu. Julie, chère Julie, m'alerte sur le fait qu'il pourrait s'agit d'un dérèglement de la thyroïde, je vais donc prendre rendez-vous chez le médecin, car quand je suis fatiguée, outre que je dors, je mange, et ma balance n'est pas la dernière à s'en plaindre !

    Ca ne m'a pas empêchée d'aller au yoga, hier matin, pour une séance particulièrement intense, ni d'aller à la piscine ce matin. La piscine, j'adore ça, j'y vais en fin de matinée, j'arrive, je me mets à l'eau et c'est partie pour trois quart d'heures d'aller-retour non stop. Ensuite, je fais une petite pause hammam (j'adore ça), douche froide en sortant, et je me remets à l'eau pour une vingtaine de minutes supplémentaires. A ce moment là, passé midi, il n'y a plus grand monde dans la ligne d'eau, et c'est un vrai plaisir. Aujourd'hui il faisait un peu gris, il y avait un petit vent doux extrêmement agréable.

    Demain matin j'avais prévu d'aller faire du vélo, mais il a plu cet après-midi, il est possible qu'il pleuve aussi demain matin, ce qui me chagrinerait bien. Au pire, ce ne sera qu'une petite pluie, et je passerai entre les gouttes !

    La fatigue joue sur mon moral, bien sûr, ces derniers temps ce n'était pas folichon. Cette fin de semaine c'est mieux, il faut dire que je ne suis jamais aussi bien que quand je suis chez moi, à faire ce que je veux. Après le joli film Deux Moi, vu samedi dernier, je suis allée voir le très beau film d'animation Les Hirondelles de Kaboul, cette fin d'après-midi. Demain, c'est dimanche, décidemment les week-ends de trois jours, c'est bien !  


    votre commentaire
  • Que les éléagnus fleurissent c'est une chose. Que les cyclamens sauvages, délicates petites fleurs mauves ou blanches des sous-bois, aussi, en est une autre. J'ai l'impression que l'automne arrive plus tôt cette année, nonobstant les températures qui restent élevées. Nous ne sommes que mi-septembre et la lumière a déjà bien décliné.

    Le soleil et les températures - du moins dans la journée - étant toutefois encore élevées, je suis allée à la piscine ce matin, j'y suis d'ailleurs allée en vélo, ce qui était bien agréable. Je pensais qu'il y aurait peu de monde, le marché dominical étant installé sur le parking, mais que nenni, tout le monde semble profiter des beaux jours et j'avais rarement vu autant de monde dans la ligne de nage. J'ai fini par me rabattre sur le bassin intérieur où j'ai pu profiter d'une ligne d'eau presque déserte. Parce que je suis définitivement associale, et la piscine c'est de préférence seule. Ce fut le cas d'ailleurs la semaine dernière en Catalogne, j'ai profité d'une après-midi sans randonnée pour profiter de la piscine de l'hôtel, immense, désertée par les touristes partis… faire du tourisme, et j'ai nagé toute l'après-midi en compagnie des hirondelles voletant autour de moi - il y a des moments où le Paradis fait une incursion sur Terre.

    Le beau temps aidant, j'ai garé ma voiture jeudi soir, et ne la reprendrai que demain. Ce week-end, j'ai tout fait à pied ou à vélo. Le médecin - j'avais besoin d'une ordonnance pour une analyse de sang - j'y suis allée à pied, la médiathèque, à vélo, le yoga, encore à vélo, le ciné hier après-midi, à pied, la piscine ce matin, toujours à vélo. Rien que pour ça, ce fut un bon week-end. Le film hier après-midi ? Un très joli film, encore que bourré de clichés agaçants, sur le monde du travail, les psys. Deux moi, de Klapisch, une comédie douce-amère sur la solitude des grandes villes, de très belles images, une musique un peu triste qui collait bien au propos, et une happy-end qui m'a réjouie.

    Le moral ? Une vague tristesse en fond. Les vacances terminées, la reprise du boulot, l'été qui finit. Je suis une fille du printemps moi, j'aime quand les jours rallongent, que le froid piquant laisse présager le soleil à venir, et la perspective de la pause estivale. Et puis la fatigue qui traine, c'est pénible. 11/7 de tension vendredi midi chez le médecin, c'est pas bien élevé. "Je suis fatiguée" lui ais-je dit, il n'a même pas relevé. Du reste, je me demande si cette fatigue n'est pas, en partie, morale, j'ai mal vécu le début d'année où j'ai dû vider l'appartement de mes parents, et les visites à l'ehpad ensuite.

    Voilà que le week-end se termine, il est 21 heures et il fait déjà nuit, mais il fait encore très bon et j'écris confortablement installée dans le fauteuil sur mon balcon, c'est bien agréable. 


    votre commentaire
  • Bleck m'a refilé le bébé, alors je m'y attelle, why not.

    - Quatre emplois que tu as faits dans ta vie ?

     - Quatre films que tu reverrais encore et encore ?

     - Quatre Lieux où tu es allé en vacances ?

     - Quatre endroits où tu as vécu ?

     - Quatre Choses que tu fais systématiquement lorsque tu vas sur le net ?

     - Quatre endroits où tu aimerais être en ce moment ?

     

    Alors quatre emplois, j'ai vendu des pneus, j'ai été secrétaire, j'ai fait du recouvrement de créances, j'ai fait de la hotline informatique, entre autres choses. Rien de bien brillant, rien qui ressemble à une "belle carrière", j'ai simplement fait des choix, subis d'autres, eu de bonnes surprises et me suis parfois bien ennuyée, alors que la curiosité est ce qui m'a toujours motivée. Et ce n'est pas fini, j'ai encore quelques années devant moi. 

    Quatre films… sans hésiter Peau d'Ane, que j'ai vu et revu plus d'une dizaine de fois déjà, et Plan de Table, petite comédie française trop méconnue car pourtant excellente, et qui m'émeut à chaque fois que je la regarde (elle est souvent programmée sur les chaînes de la TNT). Je pourrais revoir une énième fois la trilogie du Seigneur des Anneaux. Et peut-être aussi Pédale douce, pour la voix et la fragilité de Fanny Ardant, dans un film qui parle surtout d'amour et de solitude.

    Quatre lieux où je suis partie en vacances. Je garde un souvenir fort du Sultanat d'Oman, découvert l'an dernier, et de Jérusalem, aussi. Ne pas oublier la magie de Venise quand la brume tombe sur la lagune. Et puis Paris, parce que Paris c'est toujours formidable, quand on n'y est pas pour le boulot.

    Quatre endroits où j'ai vécu. Sais-tu que j'ai vécu dans une maison construite par Le Corbusier ? Et un appartement conçu par Jean Dubuisson. C'est certainement pour ça que je suis une fan d'architecture ! Je rêve de vivre dans une maison de Mallet-Stevens. Dans une autre vie peut-être… J'ai vécu à Pau, et je n'en garde pas un bon souvenir. J'ai vécu à Pessac, j'ai re-vécu à Pessac, je vis toujours à Pessac, comme mes ancêtres avant moi, je suis attachée à ce lien.

    Quatre choses que je fais systématiquement quand je vais sur le net ? Suivre le blog de Bleck par exemple ;-) Je vais aussi sur Facebook, sur mon blog, et sur mon compte bancaire :-/

    Quatre endroits où j'aimerais être en ce moment ? Juste deux, et n'importe lequel des deux me comblerait : à Pessac dans un quartier plus tranquille que le mien, ou dans un petit village de Catalogne, avec le soleil et une fontaine. Quoique si tu insistes, je te dirai que les pieds dans une piscine bleue, ça me conviendrait aussi, je n'ai même pas l'envie déraisonnable d'un lagon perdu au bout du monde tu vois.


    1 commentaire
  • Tiens, il faudrait peut-être que j'en écoute, il y a longtemps que ça ne m'est pas arrivée. Le blues… plutôt celui de la rentrée, en ce moment. J'ai quitté la Catalogne en plein été, je suis arrivée à Bordeaux dans la lumière et la fraîcheur de l'été finissant, renforcée par l'odeur des éléagnus en fleurs - l'éléagnus fleurit à la fin de l'été.

    Je ne travaillais pas lundi, j'avais posé cette journée pour ranger mes affaires, faire les courses, et j'en ai profité pour m'accorder une dernière après-midi de balade dans Bordeaux, et manger une dernière glace, malgré le temps, beau mais un peu trop frais pour moi.

    J'ai repris le chemin du boulot hier matin, pas convaincue. Mon boulot ne m'intéresse que moyennement, les bouchons du matin et du soir sont pénibles, et rester assise et enfermée toute la journée me pèse, autant physiquement que moralement. 

    Mais voilà, c'est reparti pour un tour.

    J'ai vu Monsieur psy ce matin. Visite rapide comme d'habitude, il est du genre expéditif, mais il dit des choses intéressantes, et m'a dit ce matin que déprime/dépression et angoisse/terrain anxieux sont liés, au point qu'il est difficile de savoir qui génère quoi. Mais ce n'est pas avec lui que je parlerai de mes problèmes avec mes parents, ça c'est avec Madame psy vendredi soir. Et en parlant de psy, j'ai appelé celle de l'ehpad, pour prendre des nouvelles de mes parents. Situation stable, comme je le pensais.

    Comme il faut toujours que mon cerveau ait du grain à moudre, j'ai décidé de prendre des cours d'anglais, je manque de bases, oubliées car trop lointaines, et cela me pose problème dès que je dois m'exprimer en anglais, or cela m'arrive au boulot et quand je voyage à l'étranger. Il faut que je revoie les bases de conjugaison, de grammaire, que je retrouve du vocabulaire, réapprendre à dire la date, l'heure… que je prenne de l'assurance pour m'exprimer, ce qui ne pourra que me faire du bien en matière de confiance en moi.

    Côté sport, la salle me manque. J'y suis passée ce soir, il y a en effet une nouvelle salle qui va s'installer à la place de l'ancienne, mais avec un concept différent, de cours collectifs style Pilate, et aucune machine. Or ce que j'aimais, c'était le renforcement musculaire sur machine, et le travail en solitaire. Parce que même si la solitude me pèse, trop souvent en ce moment, je l'aime autant que je la redoute.


    votre commentaire
  • B - Boulot. Je ne reprends pas demain, mais mardi. Faut pas exagérer, un jour de plus c'est toujours mieux. Surtout que bien qu'étant en vacances, j'avais passé un entretien d'embauche pour un nouveau poste - un nouveau projet professionnel mais aussi et surtout un nouveau projet de vie - et malgré un retour positif du DRH, je n'ai pas été prise, en raison de mon manque d'expérience sur le poste à pourvoir, ce qui était tout à fait exact. Grosse déception, il s'agissait pour moi d'aller bosser en agence bancaire, et rapprocher lieu de travail et lieu de vie, un vrai changement, mais tout à fait réfléchi et espéré. Le stress de l'entretien, puis l'attente et enfin la réponse m'ont pollué le début de mes vacances, puis je suis passée à autre chose. Il n'empêche que je me vois mal faire des années dans mon poste actuel, qui n'est pas passionnant. Ceci dit, j'espère - enfin ! - passer cadre l'an prochain, il serait bien temps.

    C - Chattes. Après une semaine passée sans elles, j'étais contente de les retrouver. Partir une semaine me pose toujours un problème, et cette fois-ci c'est une de mes nièces qui s'est installée chez moi durant la semaine, ce que j'ai trouvé autant pratique que rassurant. Les deux ont dormi avec moi cette nuit, ce qui est rarement le cas, et je pense qu'elles étaient contentes, ou tout simplement rassurées, de me retrouver. Gros câlin ce matin avec Loukoum, et La Chatte est venue se blottir contre moi durant ma sieste dominicale.

    C - Cheveux. J'ai rêvé cette nuit que je me faisais couper les cheveux. De fait, je me suis trouvée très moche, cette semaine, avec les coups de soleil sur la figure et mes cheveux gris qui volaient dans tous les sens. Mes cheveux mi-longs ont l'avantage de pouvoir être remonter en chignon, et c'est pratique pour le sport, mais je commence à envisager de me couper les cheveux, non pas courts car je trouve ça très laid, mais un peu plus court que le carré que j'avais adopté ces dernières années. 

    E - Ecologie. J'ai laissé tomber les bouteilles plastiques pour l'eau du robinet, le coton à démaquiller pour des lingettes lavables en machine, je n'utilise plus de coton-tiges, je ne tire pas la chasse d'eau à chaque pipi. Je trie mes déchets, et depuis plusieurs mois, je composte mes déchets fruits/légumes. Au travail, nous avons changé de prestataire pour la restauration, et nous avons donc de "vrais" repas végétariens, que je consomme régulièrement. J'ai certainement encore d'autres actions à avoir, mais je trouve que c'est un bon début.

    E - Eté. Je suis partie de Catalogne et c'était encore le plein été, me voilà de retour sur Bordeaux et l'air a changé, ce changement subtil qui fait que je sais qu'on n'est déjà plus en été si on n'est pas encore en automne. Disons que l'été indien commence. Pour moi l'été est toujours trop court.

    F - Fils. La séparation n'est plus à l'ordre du jour du couple de mon fils aîné, c'était semble-t-il une grosse crise, suite de la naissance de ma petite-fille, et je suis bien placée pour savoir à quel point, en effet, une naissance peut bouleverser un couple. C'est maintenant mon cadet qui a quelques soucis sentimentaux, son italienne étant capricieuse et boudeuse. 

    P - Parents. J'ai rêvé d'eux deux fois cette semaine. Couper les ponts, c'est être dans l'impasse. Et ma mère, parce que ce n'est plus tout à fait ma mère, me manque. 


    votre commentaire
  • Ca se termine demain, les deux premières semaines ont passé vite, piscine, plage, et puis il y a eu cette semaine en Catalogne, au programme randonnées, pour en baver, et yoga, parce que j'aime ça. 

    Ah, la Catalogne. C'est bien simple, s'il n'y avait pas mes fils pour me retenir en région bordelaise, il y a longtemps que je serais partie pour m'y installer. Et j'ai découvert, cette semaine, que le côté espagnol est encore plus beau que le côté français.

    La Catalogne, la mer, le soleil et la chaleur, les montagnes, les oliviers et les figuiers de Barbarie, les gens gentils et accueillants, la langue, que je trouve plus belle que le Castillan et que je lis sans problème…. Même la Tramontane n'a pas eu raison de mon goût pour cette région. Côté vacances c'était le top, l'hôtel était splendide, j'ai très très bien mangé. Côté sport, j'en ai bavé comme je voulais lors des randonnées, mais j'ai suivi le groupe, plus aguerri que moi alors je suis contente. Côté relationnel, nous étions sept, huit avec le guide, l'ambiance était très agréable ça m'a fait du bien de passer une semaine si bien accompagnée, j'ai fait la connaissance d'une fille très sympa qui aurait pu devenir une amie proche si elle n'habitait pas à Reims.

    Une semaine paradisiaque, qui m'a requinquée comme j'en avais besoin, car j'ai trouvé ce que j'allais chercher, paysages et efforts physiques. Ce matin, un peu de vague à l'âme en redécouvrant les tours, la saleté, le bruit. Un jour, qui sait, j'aurais cent ans, plus personne hélas pour me retenir ici, je partirai en Catalogne, j'achèterai une maison de pierres sèches, avec un jardin et un olivier, je m'habillerai de noir je donnerai à manger au chat du village et j'apprendrai la langue que parlaient mon grand'père et son père, et le père de son père avant lui.

    Les vacances

    Les vacances

    Les vacances

    Les vacances

    Les vacances

    Les vacances

    Les vacances

    Les vacances

     

     


    votre commentaire
  • … un sourire, un regard, et tu te dis que tu peux bien te raconter tout ce que tu veux, mais que tu n'es pas si bien que ça, seule.


    1 commentaire
  • Et j'ai osé. 

    Servir des pâtes à une italienne ! 

    Ais-je dit quelque part que mon cadet sort avec une italienne ? Une fille superbe, gentille, bien élevée, avec une voix de diva. Aujourd'hui, avec les vols low-cost, voilà que les amours dépassent les frontières ! Ca fait plusieurs fois que nous la voyons, et ça se passe bien.

    Mais en cette fin de semaine, j'étais à court d'idée, j'ai donc fait des pâtes pour le repas de ce soir. Des linguine, cuites dans une eau salée dans laquelle je fais tomber une bonne cuillerée d'huile d'olive et une grosse pincée d'herbes de Provence. Dans le même temps, je fais dorer un gros oignon dans une poêle dans laquelle, l'oignon cuit, je rajoute une grosse boîte de tomates pelées. Je sale bien, je poivre, je rajoute des herbes de Provence et, surtout, trois gousses d'ail émincées. Les pâtes cuites, je mélange le tout. Personnellement, je trouve ça délicieux et la belle italienne a eu l'air d'apprécier aussi :-)

    Fin de semaine familiale, du reste, puisque le plus jeune de mes frères était de passage, en famille, et que je l'ai hébergé pour la nuit de vendredi. Pour l'occasion, j'avais prévu un gros apéritif dînatoire, puisque mon cadet et son italienne se sont joint à nous, ainsi que mon ex-mari. Nous avons passé une très bonne soirée, et cela m'a fait plaisir de voir mon frère. Seule ombre au tableau, l'absence de mon fils aîné, qui vit mal la séparation d'avec sa compagne, et n'avait pas le cœur de se joindre à nous. De fait, si ma petite-fille fête souffle sa première bougie demain, ce sera sans nous, car mon fils préfère rester seul. Ce qui ne laisse pas de m'inquiéter bien sûr. Mon ex-mari l'appellera demain midi pour savoir si, tout de même, il souhaite que nous passions, mais rien n'est moins sûr. Ce n'est pas facile, pour un parent, de voir un de ses enfants souffrir.


    votre commentaire
  • Il me dit : 

    "Travail : Les projets professionnels auxquels vous avez plus ou moins renoncé reviendront sur le tapis. Vous verrez d'un oeil neuf ce qui vous semblait sans intérêt. Vous aurez de nouvelles idées, de nouveaux buts, une nouvelle volonté de vaincre. Vous envisagerez différemment votre profession." Bah c'est vrai, j'ai un nouveau projet, j'avais postulé à une annonce correspondant à ce projet début mai, et depuis, rien. Et puis voilà que le DRH m'appelle aujourd'hui pour prendre rendez-vous. Et ce projet en est un, et pas des moindres, changement de vie professionnelle, changement de vie tout court. J'en reparlerai. En tout cas, c'est assez important pour que vendredi, alors que je ne travaille pas, je me rende à Bordeaux centre pour un entretien.

    Il me dit aussi : 

    "Santé : Attention surtout à ne pas vous laisser tenter par l'abus d'alcool, qui vous vaudra certes des soirées momentanément joyeuses, mais aussi des lendemains difficiles". Bon, du coup, je n'ai bu qu'une pina colada, ce midi, avec mes collègues, alors que j'aurais volontiers doublé le plaisir  :-/

    Et encore : 

    "Argent : Soyez raisonnable ; et surtout ne vous jouez pas des lois, car cela est susceptible de ne vous amener que des ennuis." Bon, d'accord, j'ai vu hier soir où le dealer du quartier planquait son shit, juste en bas de l'immeuble, promis je n'irai pas le récupérer pour le revendre à mes collègues de boulot.

    Et voilà même que : 

    "Cœur : De nouvelles aventures amoureuses en perspective, pourvu que cela dure !" Et alors là, comment te dire que ça, c'est le vraiment le cadet de mes soucis ? Ah moins que le DRH ne tombe sous mon charme et moi sous le sien ? 


    votre commentaire
  • Bah j'ai dit non à mon père, je suis restée sur ma position, et s'il fait la gueule - et il fait la gueule - c'est tant pis pour lui. 

    La rituelle visite à l'ehpad hebdomadaire avait pourtant commencé normalement, cet après-midi, mon père se plaignant, ma mère toujours à l'ouest. J'ai même été un peu inquiète car ma mère n'a pas répondu à mon bonjour, d'habitude elle répond "bonjours ma fille" ce qui me permet de savoir qu'elle me reconnait encore. Du coup, j'ai eu un doute : m'a-t-elle reconnue ? A priori, oui. Bref, on discutait, et puis en fin de visite la discussion est venue sur l'aménagement de la chambre de ma mère, désormais en unité protégée. Mon père m'a dit "viens, on va la voir" - la chambre, pas ma mère qui était avec nous. Et là j'ai dit "Non. Non je n'y vais pas, je ne veux pas mettre les pieds dans l'unité protégée." Il a élevé la voix, moi aussi, mais j'ai tenu bon. Du coup, il ne m'a plus parlé, ni même dit au-revoir mais franchement je m'en fiche.

    Voilà j'ai dit non à mon père et j'ai osé l'affronter, ça n'a pas dû m'arriver souvent, allez encore cinquante petites années d'entraînement et j'arriverai à lui dire merde !


    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires