• Lus :

    Roman : Seuls dans Berlin, de Hans Fallada. L'histoire simple d'un couple de berlinois qui vont décider d'entrer en résistance contre Hitler. Intéressant.

    BD : Magasin Général, Loisel/Tripp. Beau, magnifique, émouvant. 9 tomes de pur bonheur, avec l'accent québécois en prime.

    En cours : Cette grenade dans la main du jeune nègre est-elle une arme ou un fruit, de Dany Laferrière. Dans ma liste à lire depuis longtemps. Intrigant.

    Cinéma : Le Grand bain : le feel good movie du moment. Drôle, mais avec un scénario déjà vu, celui d'une bande de loosers qui va se dépasser à l'occasion d'un challenge collectif. Le Jeu, la comédie bobo du moment, genre Le Prénom. Là encore, très bien mais déjà vu. Mais surtout En Liberté ! Un des meilleurs films drôles que j'ai vu depuis longtemps. Inventif - c'est plutôt rare - délirant, et très, très, très drôle. J'ai ri du début à la fin. Un mois de novembre où j'ai beaucoup ri, au cinéma, ce qui fait du bien quand l'hiver revient !


    votre commentaire
  • Le Clan des Otori

    Je connaissais la Saga de vue, pour avoir été attirée par les très belles couvertures, vues en librairie, mais je ne l'avais pas lue, un peu échaudée par des années de lecture de fantasy, genre très prolifique, mais dans lequel on trouve trop peu de très bonnes choses, à mon humble avis.

    Alors quand Corentin m'en a parlé, me proposant de me les prêter, je lui ai dit "pourquoi pas". Et je ne le regrette pas, car j'ai été aussitôt prise par le charme de et la qualité de l'oeuvre, que l'auteure a situé dans un Japon médiéval fantasmé et fantasy, lui permettant de s'appuyer sur un univers attirant, celui des samouraïs, tout en s'affranchissant de toute réalité historique.

    Le Clan des Otori, c'est l'histoire de Tomasu, jeune garçon qui, réchappant de peu au massacre de son village par un chef de guerre, est sauvé par un seigneur qui va l'adopter. Tomasu, devenu Takeo, va devoir affronter bien des épreuves dont il triomphera pour devenir à son tour Seigneur du clan Otori.

    Il y avait longtemps que je n'avais pas lu une oeuvre de fantasy d'aussi bonne qualité, et je dirais même, un roman traditionnel tant le terme de fantasy me parait peu adapté à l'oeuvre de Lian Hearn. J'ai particulièrement apprécié les descriptions qui agrémentent régulièrement le roman, et j'ai été tenue en haleine tout au long des quatre tomes des aventures de Takeo, le cinquième volume étant une préquelle de la saga dont je préfère reporter la lecture pour l'instant. Il y avait très longtemps aussi que je ne m'étais pas passionnée aussi longtemps - j'ai commencé la lecture du premier tome en novembre - pour une lecture, et très longtemps aussi que je n'avais pas ressenti le grand vide qui se produit lorsqu'on referme la couverture du tout dernier volume. J'ai passé ces derniers mois avec Takeo et ses compagnons, immergée dans ce Japon admirablement rendu par les descriptions de l'auteure, sous le charme des kimonos de soie et sous l'influence de la sagesse de la voie du Houou. Bref, j'ai retrouvé des sensations qui étaient souvent les miennes durant mon enfance et mon adolescence, lorsque je passais des semaines entières le nez plongé dans les romans de Jules Verne.

    J'ai terminé la saga avec une immense admiration pour l'auteure, Lian Hearn, qui a produit là un travail magnifique. Elle a su produire une oeuvre riche, mélangeant avec beaucoup de talent Histoire, fantastique, épopées guerrières, et suspens - j'ai lu le quatrième tome en me demandant à chaque page ce qui m'attendait à la suivante.

    Gros coup de coeur, et je ne regrette donc pas d'avoir passé tout ces derniers mois en si bonne compagnie !


    votre commentaire
  • Cinoche et bouquins - Cinoche, Le Caire Confidentiel, Tarik Saleh

     

     

     

     

    Après le coup de coeur lecture, voilà la grande claque ciné :-)

    Le Caire, janvier 2011. Dans une chambre du Nile Hilton, une jeune femme est assassinée. Dans cette société corrompue où tout n'est qu'une question d'argent, Nourredine, étoile montante du commissariat central, n'est pas le dernier à vouloir sa part du gâteau. Pourtant, quand le procureur classe l'affaire en concluant au suicide (!), Nour refuse de fermer les yeux une fois de plus.

    De temps en temps, il y a un film, comme ça, qui a le pouvoir de vous faire oublier où vous êtes. J'ai brusquement repris conscience, toute surprise d'être dans mon fauteuil, à Pessac, immergée comme je l'étais depuis deux heures dans les rues sombres et sales du Caire, dans une lumière jaune et poussiéreuse. Hein, quoi, je ne suis pas au Caire, je ne suis pas en train de suivre le sillage enfumé de Nourredine ? J'ai adoré ce film, vous l'aurez compris. Les personnages ont de la gueule, l'image est magnifiquement traitée, l'intrigue, si elle n'est pas originale, est bien menée... Bref, le très bon film du moment.  


    votre commentaire
  • Cinoche et bouquins - Bouquin, Petit Pays, Gaël Faye

     

     

     

     

     

     

     

    Burundi, région des grands lacs, années 90. Gabriel, dit Gaby, vit une enfance heureuse, malgré la séparation de ses parents. Il a ses amis, sa famille, la lecture, le plaisir de faucher les mangues dans le jardin de la voisine, ou celui de se baigner en pleine nuit dans la piscine du lycée... Des nuages, il y a en a, pourtant, dans le ciel de ce gamin, fils d'un ressortissant français et d'une rwandaise qui a fuit le génocide quelques années auparavant. Le Burundi est-il si sûr que tous veulent le croire ? Le temps d'un été, Gaby tente de prolonger l'enfance...

    J'ai refermé ce court roman avec le sentiment d'avoir lu un grand roman, magnifique, intense et fort, et je ne suis pas sortie indemne des derniers chapitres. J'ai été vivement impressionnée par le talent de Gaël Faye, qui signe là un premier roman très prometteur. Il s'y entend parfaitement à rendre la magie de l'enfance, et dresser le portrait sobre mais réaliste d'une situation humanitaire qui tourne à la catastrophe. Sachant qu'il est rappeur, mais ne connaissant rien de lui, je suis allée sur youtube. Et bien.... Laisse tomber le rap Gaël, et consacre toi à l'écriture ! 

    Mon coup de coeur lecture du moment !


    votre commentaire
  • Bouquin - Fille de joie / Kiyoko Murata

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Japon, 1902. Ichi a quinze ans. Vendue par son père, un pêcheur pauvre d'une île de l'archipel japonais, à un bordel d'un quartier de plaisir, elle va brutalement découvrir ce qui se cache derrière les chatoyants kimonos des geishas. Mais Ichi est une forte tête, et porte un regard acéré sur le monde qui l'entoure.

    J'ai bien aimé ce roman, assez bref, mais riche et bien documenté sur différents sujets. Il évoque tour à tour la vie misérable des pêcheurs japonais, la vie des geishas, la place de celles-ci dans la société japonaise. On est loin du cliché doré de la geisha qui récite des poèmes en minaudant dans un kimono de soie, l'auteure nous apprend qu'au début du XXème siècle, la prostituée est au même rang que le bétail dans le droit civil nippon. Toutefois, même dans une société aussi fermée, des femmes luttent pour leur émancipation et la jeune Ichi est l'emblème de cette révolte. Car les tenanciers des maisons closes envoient leurs filles à l'école, et si elles doivent y apprendre à y écrire des poèmes pour plaire aux clients, elles y apprennent également à compter et à réfléchir...


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique