• Cinoche et bouquins - Cinoche, Le Caire Confidentiel, Tarik Saleh

     

     

     

     

    Après le coup de coeur lecture, voilà la grande claque ciné :-)

    Le Caire, janvier 2011. Dans une chambre du Nile Hilton, une jeune femme est assassinée. Dans cette société corrompue où tout n'est qu'une question d'argent, Nourredine, étoile montante du commissariat central, n'est pas le dernier à vouloir sa part du gâteau. Pourtant, quand le procureur classe l'affaire en concluant au suicide (!), Nour refuse de fermer les yeux une fois de plus.

    De temps en temps, il y a un film, comme ça, qui a le pouvoir de vous faire oublier où vous êtes. J'ai brusquement repris conscience, toute surprise d'être dans mon fauteuil, à Pessac, immergée comme je l'étais depuis deux heures dans les rues sombres et sales du Caire, dans une lumière jaune et poussiéreuse. Hein, quoi, je ne suis pas au Caire, je ne suis pas en train de suivre le sillage enfumé de Nourredine ? J'ai adoré ce film, vous l'aurez compris. Les personnages ont de la gueule, l'image est magnifiquement traitée, l'intrigue, si elle n'est pas originale, est bien menée... Bref, le très bon film du moment.  


    votre commentaire
  • Cinoche et bouquins - Bouquin, Petit Pays, Gaël Faye

     

     

     

     

     

     

     

    Burundi, région des grands lacs, années 90. Gabriel, dit Gaby, vit une enfance heureuse, malgré la séparation de ses parents. Il a ses amis, sa famille, la lecture, le plaisir de faucher les mangues dans le jardin de la voisine, ou celui de se baigner en pleine nuit dans la piscine du lycée... Des nuages, il y a en a, pourtant, dans le ciel de ce gamin, fils d'un ressortissant français et d'une rwandaise qui a fuit le génocide quelques années auparavant. Le Burundi est-il si sûr que tous veulent le croire ? Le temps d'un été, Gaby tente de prolonger l'enfance...

    J'ai refermé ce court roman avec le sentiment d'avoir lu un grand roman, magnifique, intense et fort, et je ne suis pas sortie indemne des derniers chapitres. J'ai été vivement impressionnée par le talent de Gaël Faye, qui signe là un premier roman très prometteur. Il s'y entend parfaitement à rendre la magie de l'enfance, et dresser le portrait sobre mais réaliste d'une situation humanitaire qui tourne à la catastrophe. Sachant qu'il est rappeur, mais ne connaissant rien de lui, je suis allée sur youtube. Et bien.... Laisse tomber le rap Gaël, et consacre toi à l'écriture ! 

    Mon coup de coeur lecture du moment !


    votre commentaire
  • Bouquin - Fille de joie / Kiyoko Murata

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Japon, 1902. Ichi a quinze ans. Vendue par son père, un pêcheur pauvre d'une île de l'archipel japonais, à un bordel d'un quartier de plaisir, elle va brutalement découvrir ce qui se cache derrière les chatoyants kimonos des geishas. Mais Ichi est une forte tête, et porte un regard acéré sur le monde qui l'entoure.

    J'ai bien aimé ce roman, assez bref, mais riche et bien documenté sur différents sujets. Il évoque tour à tour la vie misérable des pêcheurs japonais, la vie des geishas, la place de celles-ci dans la société japonaise. On est loin du cliché doré de la geisha qui récite des poèmes en minaudant dans un kimono de soie, l'auteure nous apprend qu'au début du XXème siècle, la prostituée est au même rang que le bétail dans le droit civil nippon. Toutefois, même dans une société aussi fermée, des femmes luttent pour leur émancipation et la jeune Ichi est l'emblème de cette révolte. Car les tenanciers des maisons closes envoient leurs filles à l'école, et si elles doivent y apprendre à y écrire des poèmes pour plaire aux clients, elles y apprennent également à compter et à réfléchir...


    1 commentaire
  • Je dis merde à la chaleur. On est - quoi ? - à la mi-juin, et il fait un cagnard subsaharien qui nous fait nous tapir dans l'ombre moite comme des cloportes sous des pierres. Je veux des orages, de la pluie bretonne, une dépression bien creusée sur le Groenland, mettons, une de ces écharpes bien enroulées comme on nous en montre à la télé. Faut déclarer la guerre aux Açores. Passer des accords avec l'Irlande. J'ai envie de marcher dans les flaques comme quand j'étais gamine. Je veux troquer mes nu-pieds glissants de sueur contre des bottes en caoutchouc. Aller bosser en ciré jaune, comme les marins, sponsorisée par K-Way. Parce que c'est là que le bât blesse. Si j'étais en congé, un Tee-shirt, une petite jupe, des espadrilles encordées au Pays basque me suffiraient amplement pour sortir faire mes courses ou traîner parmi les soldes. Je montrerais mes avantages à des connards ni vus ni connus qui en profiteraient anonymement, et basta. Mais je me vois mal me pointer au bureau légère et court-vêtue avec presque rien en dessous. Figurez-vous que la flicaille est une corporation très majoritairement couillue. Et volontiers moustachue pour ce qui concerne les tuniques bleues.

    Bouquins - Hervé Le Corre, Trois de chutes, la trilogie bordelaise

     

     

     

     

     

    Je goûte assez peu le polar, mais Le Corre situe ses romans à Bordeaux et en région bordelaise, pour mon plus grand plaisir. Cette trilogie bordelaise reprend dans un seul livre ses trois premiers romans dont le troisième, Les Effarés, est certainement le meilleur. Petites frappes, gosses paumés, tueur bas de front, tous évoluent dans le Bordeaux des années 80, gris et sale, aux quartiers périphériques défavorisés. (le plus incroyable du renouveau de la ville n'est pas tant dans sa rénovation, que dans son nouvel essor au sein même de ses limites géographiques. Certaines zones, auparavant terra incognita, se couvrent aujourd'hui de nouvelles constructions). Les polars de Le Corre sont violents, sombres, nulle rédemption pour ses héros, mais la langue est belle, savoureuse, quelque part entre Audiard et Thiefaine, et il s'y entend à dresser des portraits hors du commun. Bref, il faut lire Le Corre.


    3 commentaires
  • Le Crépuscule des Dieux

     

     

     

     

    Crépusculaire, c'est le mot qui me vient à l'esprit pour qualifier ce dernier volet des aventures de Logan, alias Wolverine, le plus célèbre des XMen.

    Logan a vieilli, le professeur Xavier perd la tête, les mutants sont en voie de disparition, Logan et Xavier vivent reclus au Mexique, mais voilà que Logan va devoir prendre en charge, malgré lui, une mystérieuse fillette...

    Supers pouvoirs mis à part on pourrait penser à un thriller américain assez habituel en ce qui concerne l'intrigue, du reste peu de place est accordée aux mutants dans ce film. Eh oui, même les supers héros vieillissent, et tout au long du film nous voyons un Logan diminué, plus que jamais en proie à ses démons intérieurs.

    J'ai beaucoup aimé ce nouvel - et dernier - opus de la saga Wolverine, mais j'ai regretté qu'il soit fait si peu de place aux mutants. J'aime les XMen et leurs pouvoirs, et je pense qu'il y avait une place pour eux dans ce film, qui tournait un peu trop souvent au pugilat entre gros bras, fussent-ils bardés d'adamantium. Ce détail mis à part, c'est un film sombre et triste, mais c'est le dernier film, et il est donc normal d'être triste à l'idée de ne plus revoir Logan !

     


    6 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique