• Mon frère a toujours été très attaché à l'harmonie familiale, même quand mes parents se disputaient lorsque nous étions enfants, il a donc mal supporté que je veuille couper les ponts avec mes parents, cet été, même si au demeurant il a apprécié de ne plus aller les voir lui non plus. Mais le coup de fil de mon père, la semaine dernière, l'a fait culpabiliser.

    Du coup, nous sommes allés à l'ehpad, ce soir, pour renouer les liens avec mon père - ma mère quand à elle étant définitivement dans les limbes de la sénilité, elle ne se rend plus compte de rien. J'étais plutôt froide, mon frère a fait l'essentiel de la conversation, qui a surtout tourné autour de l'état de santé de mon père. 

    En repartant, dans l'ascenseur, j'avais un gros sentiment de colère après mon frère, et de désespoir aussi, de me retrouver de nouveau là, alors que j'avais bien espéré ne jamais remettre les pieds à l'ehpad - ni revoir mes parents.

    Mais je comprends que c'était important pour lui, de notre fratrie c'est lui qui a le plus souffert de notre enfance difficile, aujourd'hui il vit mal l'éloignement de ma sœur et de mon autre frère, alors se retrouver à couper les ponts avec mes parents, c'était compliqué pour lui, et si ça lui a fait du bien, ça compense le désagrément que ça me cause.

    Pour autant je n'ai pas dit à mon père que je reviendrai, je suis partie en disant aurevoir, c'est tout. Je pense que je retournerai à l'ehpad, mais pas plus souvent qu'une fois par mois. Il est hors de question que je me retrouve de nouveau perturbée à devoir aller à l'ehpad chaque semaine. Il faut avoir beaucoup d'affection pour ses parents pour supporter ça, et je n'en n'ai aucune, il est difficile de donner ce qu'on n'a pas reçu.

    En montant dans la voiture j'avais envie d'une cigarette et d'un ou deux verres de vin, en arrivant chez moi j'ai fait un câlin à Loukoum, j'ai enchaîné avec une séance de yoga - c'est meilleur pour la santé, et demain soir, j'irai me défouler à la salle de sport. L'ehpad, c'est vraiment une vision d'horreur.


    votre commentaire
  • C - Climat. Encore que le réchauffement climatique, je le sens bien. Cela fait plusieurs hivers que je n'ai plus aussi froid, que je ne mets quasiment plus de gants, alors qu'autrefois je passais l'hiver avec des gants, impérativement. Alors le froid qui arrive, c'est histoire de parler.

    F - Famille. Mon frère m'a appelé, tout à l'heure, bien ennuyé. Mon père lui a téléphoné ce matin, en disant qu'il ne comprenait pas ce qui s'était passé, et pourquoi on n'allait plus le voir, et qu'il allait mal, qu'il avait perdu dix kilos et qu'il faisait une dépression nerveuse. Ca a remué mon frère, moi beaucoup moins. Je sais mon père un brin manipulateur, la dépression nerveuse c'est une réalité mais ça fait des années que ça dure et il n'a jamais pris ses médicaments assez longtemps pour que son état s'améliore.  Pour le reste, il est vieux et hypocondriaque. Je ne suis pour autant pas sans cœur, et j'ai bien senti la peine de mon frère, je lui ai donc proposé que nous allions à l'ehpad ensemble, prochainement. Mais ça ne me travaille pas plus que ça, ce que je trouve plutôt bien. 2019 a été dure, mais a changé bien des choses pour moi, dans mon rapport à ma famille.

    F - Filles. Le soir j'ouvre ma porte, et je lance un "Salut les filles, ça va ?" bien sonore. Je ne suis pas seule, j'ai mes chattes, qui m'attendent. Bien sûr, c'est parce qu'elles ont l'habitude que je les nourrisse le soir quand je rentre, mais pas que tout de même. La Chatte va mieux, elle a cessé de s'arracher les poils en se léchant et le pelage repousse, mais elle vieillit, je le sens bien. Loukoum quand à elle devient de plus en plus câline. Il m'arrive de me réveiller la nuit, je la trouve à mes côtés, sentinelle silencieuse et vigilante, ronronnante dès que je pose la main sur elle. 

    M - Matelas. J'ai bien fait d'en changer, mon mal de dos a disparu. Une bonne choses de faite ! 

    R - Réorganisation. Il y avait longtemps. On nous annonce une nouvelle réorganisation du service informatique, d'ici fin juin. Et on ne sait pas ce qui va sortir du chapeau de nos grands chefs et, chose surprenante, pour une fois nous n'avons même pas de bruits de couloirs sur ce qui se prépare. Comme certaines équipes, dont la mienne, sont plus ou moins en doublon avec d'autres équipes, parisiennes, on pense qu'il va y avoir des rapprochements, et des suppressions. Comme l'a dit notre chef "je peux pas vous garantir que notre service existera encore à la fin de l'année". Ca, c'est optimiste. Et voilà qu'elle nous informe qu'elle même est à la recherche d'un autre poste - ça sent pas bon pour nous. Bon, ce n'est pas la première fois que ça m'arrive, une réorganisation, alors ça ne m'affole pas plus que ça. C'est rigolo, je pense beaucoup à la retraite, dans six ou sept ans, et je ne me préoccupe pas de ce que je ferai dans six mois.

    R - Résolutions. J'ai déjà lu deux bouquins de la Pile à Lire à côté de mon lit, par contre je n'arrive pas à combattre ma gourmandise, et il me reste encore des chocolats de Noël ! 

    S - Sport. A fooooond la fooooorme ! C'est rigolo comme on peut changer. Après avoir passé une bonne partie de ma vie sur un rythme plutôt contemplatif, me voilà devenue accro au sport. Avoir plusieurs vies en une, n'est-ce pas de la chance ?! Et ça fait du bien au moral. Pour la première fois de ma vie, je me tiens avec régularité, envie, motivation, à une activité, et même plutôt deux, le yoga et la salle de sport. Et puis il y a ce que ça m'apporte de plus, le yoga m'a ouvert sur autre chose, le développement personnel mais aussi la philosophie bouddhiste. A la salle de sport j'aime l'ambiance, chacun qui travaille avec concentration, les clips qui passent en boucle et j'aime les chansons qui passent en ce moment, je ne suis pas du genre à écouter Radio Nostalgie, les années 80 très peu pour moi c'était il y a quarante ans et on a vécu depuis. Et, yoga comme salle de sport, j'apprécie ce moment où mon cerveau ne se concentre plus que sur ce que je fais, mettant en off son brouhaha habituel. 

     


    1 commentaire
  • Je suis allée faire les soldes hier après-midi, dans un rayon j'ai flashé pour une robe - je suis une inconditionnelle de la robe - à l'imprimé un peu exotique, bambous et pivoines, aux couleurs rose, carmen et rouge, une robe près du corps qui met en valeur la poitrine et dévoile tout aussi bien mes kilos superflus, mais elle était décidemment très jolie. Et puis une robe à 7,50 euros, ce serait dommage de s'en priver. Arrivée à la caisse j'ai farfouillé dans les bijoux, également en solde, j'ai trouvé un collier à cinq euros, parfaitement assorti à une paire de boucles d'oreilles que j'avais trouvée la semaine dernière - moins cinquante pour cent, deux euros cinquante les boucles d'oreilles que demande le peuple.

    Je suis rentrée chez moi, j'ai mis la robe, enfilé un petit pull noir par dessus, un pull noir assez échancré pour laisser voir les bretelles de la robe, le noir mettait bien en valeur les couleurs de la robe, j'ai mis le collier et les boucles d'oreilles, j'ai complété la tenue par une paire de collants résilles et j'ai chaussé une paire de vernis noirs à bride.

    Quand j'ai enlevé mon manteau, en arrivant chez ma cousine, celle-ci m'a dit "mais que tu es élégante !". Elégante avec une robe à sept euros cinquante, et sept euros cinquante de bijoux, si c'est pas le comble du chic ça ! 

    Parce que oui, la préoccupation du moment, ce sont les gros sous. Cette semaine je suis allée sur le site de l'assurance-retraite, et figure-toi que voilà : 

    Gros sous et petite monnaie

    Si c'est pas une bonne nouvelle ça !

    Et puis j'ai farfouillé un peu sur le site, qui est bien fait, j'ai trouvé l'estimation du montant de ce que je percevrais chaque mois. J'ai dit bon, pas mal.

    Et puis j'ai dit, ah merde. 

    Parce que la retraite, c'est sur douze mois. Et moi, je suis payée sur treize. Et puis je touche aussi une prime d'objectif. Et puis j'ai aussi un intéressement, une participation, des chèques vacances, des chèques cadeaux en fin d'année. Et j'ai bien besoin de tout ça.

    Douze mois, douze mois c'est tout ??? Je me suis dit que ça allait être carton. Trois jours que je tourne la situation dans ma tête. Je suis allée sur le site de ma banque pour regarder l'échéancier de mon prêt immobilier, je suis allée sur le site du plan d'épargne entreprise où je place intéressement et participation. J'ai un Perco, aussi. 

    Bon, bref, la retraite le 1er octobre 2026, pas vraiment. J'ai tout intérêt à bosser un an de plus, pour avoir un an de plus de salaire et de primes, et pour percevoir une retraite un peu plus grosse, puisqu'il y a ce système de bonus/malus. Et puis j'ai tout intérêt aussi à économiser sérieusement d'ici là, parce qu'il vaut mieux que j'arrive à la retraite avec un pécule conséquent, et que ce n'est pas parce que je serais à la retraite que la vie va s'arrêter. Ma voiture vieillit, mon appartement aura besoin d'un rafraichissement un jour ou l'autre, mon lave-vaisselle finira bien par me lâcher, sans compter qu'à la retraite j'ai l'intention de continuer à faire du sport, pour le yoga par contre il faudra que je repasse ou que je trouve un studio moins cher. J'aurais bien aimé continuer à aller au ciné, et pourquoi pas m'inscrire à l'Université du Temps Libre - passer ma retraite le cul devant la télé très peu pour moi.

    Tout ça pour dire qu'une robe à sept euros cinquante, c'est vraiment un bon plan. Et puis si c'est 2027 plutôt que 2026, ça se rapproche quand même pas mal ! 

    Hier soir en rentrant j'avais un mail dans ma boîte à lettres, les impôts qui m'écrivent pour me dire que je bénéficie de la baisse d'impôts prévue en 2020, j'avais un peu trop bu pour tout comprendre, ce matin je suis allée vérifier sur le site, en effet c'est le cas, bah pour un peu je dirais presque "merci Manu" ! (si je n'étais pas inquiète à l'idée que l'argent qu'on nous donne d'un côté, on va nous le reprendre d'un autre).


    2 commentaires
  • C'est le bruit de La Chatte en train de vomir qui m'a réveillée. Je n'avais pas beaucoup dormi, je suis rentrée tard de chez ma cousine, hier soir, et bien sûr comme à chaque fois que je vais chez ma cousine j'ai trop bu. Je me suis levée pour nettoyer le vomito, arrivée aux toilettes pour faire pipi j'ai découvert une diarrhée à côté de la litière - c'est quoi ce bordel les filles c'est moi qui picole c'est vous qui êtes malades ?

    J'ai nettoyé tout ça, j'ai mis l'eau du thé à chauffer, et en me baissant pour attraper du doliprane dans le tiroir à pharmacie, mon estomac a protesté violemment. Le mélange champagne/vin blanc, pas glop.

    Quoiqu'il en soit, à neuf heures la soupe de la semaine mijotait dans la cocotte, et j'avais étendu une machine de linge, dans la fraîcheur du petit matin. J'ai renoncé à aller au sport, l'estomac fragile ça fait pas bon ménage avec l'effort, mais avant de prendre ma douche j'avais rangé les décos de Noël et passé l'aspirateur dans toute la maison. Je suis sortie prendre l'air, en fin de matinée, et l'air frais, presque froid, m'a fait du bien. 

    Pourquoi un truc aussi bon que le champagne peut avoir des effets secondaires aussi désagréables, la question reste ouverte. Sieste cet après-midi, séance de yoga en me réveillant, bouillon de légumes ce soir, décidemment mon estomac est une petite nature.


    votre commentaire
  • Ma Beauté

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Ma Beauté


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique