• Le verso porte l'adresse pour seule mention. Le texte est entièrement écrit tout autour de la carte.

    Tu dois t'étonner sans doute de mon silence, c'est que je ne voulais t'écrire qu'après avoir reçu la machine et on a fait fort long à me l'envoyer le type étant malade, je l'ai reçue hier. Dimanche prochan la jeunesse catholique du groupe d'Escatalens donne une séance récréative en l'honneur de sa fête annuelle (les enfant d'Edouard). En ma qualité de trésorier j'ai bien le droit de t'inviter. Je t'ai retenu une carte. Je pense que tu n'auras pas à me refuser, tu pourras me dire que tu as la foire le 16 mais nous y allons porter les chevreaux cela fait que la route ne nous paraitra si longue à faire le trajet à deux en vélo, puis le 15 août c'est la fête du centre de St Porquier donc je t'attends pour le 13. Le bonjour à ta tante, ta famille et embrasse pour moi ta petite soeur.

    Pas de signature, cachet de la poste Saint Porquier,Tarn et Garonne, 3 août 1905

    votre commentaire
  •  
    J'ai trouvé celle-ci assez drôle. (Envoyée par Baptistine à son amie Sidonie en avril 1905)

    4 commentaires

  • votre commentaire
  • J'ai trouvé l'an dernier dans des vide-greniers deux livres anciens de géographie. Le plus ancien "La France et ses colonies" date de 1914, le second "La géographie au Certificat d'Etudes" de 1950.

    Vous admirerez, j'espère, la typographie de la couverture du 1er, dans le plus pur style Art Nouveau.

     




    Datant de 1914, il ne fait pas apparaitre dans la carte des départements français, bien sûr, l'Alsace et la Lorraine qui sont alors encore des territoires annexés à l'Allemagne depuis la défaite de1870.  Le livre mentionne à ce sujet "La funeste guerre de 1870-71 a mutilé notre frontière de l'Est. (...) Les deux provinces d'Alsace et de Lorraine qui forment aujourd'hui une terre d'empire, s'étaient données librement à la France. C'est par la force qu'elles ont cessé d'être françaises.Sur ce territoire de 14 500 kms carrés, vivaient et prospéraient 1 600 000 habitants laborieux, intelligents, loyaux, dévoués à la France et qui, depuis l'annexion, lui sont restés obstinément fidèles".


    Obstinément fidèles certes, mais qu'on soupçonnera, lors de 2nde Guerre Mondiale, alors qu'ils seront redevenus français depuis la victoire de 1918, d'être peut-être trop proches des allemands...

    Sur la question des colonies, le laïus est tout aussi emphatique : "L'acquisition des colonies est toujours une oeuvre longue et difficile : la conquête, les révoltes des indigènes, le climat font périr beaucoup d'hommes. La mise en valeur du pays nouveau exige beaucoup de persévérance, de travail et d'argent. (...) Mais, avec le temps, ces sacrifices ne sont pas perdus. (...) Par ses qualités naturelles de loyauté, de droiture, de sociabilité et d'humanité, par son activité et sa hardiesse, la race française à réussi à fonder des colonies dans toutes les mers du globe." 

    On imagine mal ce genre de prose dans les livres d'aujourd'hui... Disparues, les évocations des "sites délicieux et pittoresques des lacs d'Annecy et du Bourget", fini le lyrisme qui attribuait à l'habitant du Dauphiné un caractère "brave et jaloux de son indépendance : il a l'intelligence vive, l'esprit fin et avisé."


    Le second livre est beaucoup plus rigoureux : grands titres, chapîtres et sous-chapîtres, chiffres et diagrammes, et résumés en fin de chapitres. Ces résumés que l'on apprenait par coeur lorsque j'étais à l'école primaire. Plus question du moindre  lyrisme pour décrire les paysages. On parle désormais de relief, de climat, de productions et de commerce. . Et... eh oui, c'était la glorieuse époque de l'U.R.S.S. !  (si si, glorieuse !) L'URSS qui a accompagné toute ma jeunesse, et me fait désormais passer pour une survivante de l'âge de glace aux yeux de mes fils ! 
     







    J'ai chiné ces petites merveilles, en excellent état, un euro pièce ! Un euro le voyage dans le temps, qui dit mieux ?!


    votre commentaire
  • Dans un vide-grenier, une carte postale de la Tour Eiffel. Jusque là, rien d'extraordinaire, surtout que c'est une vue avec l'horrible version XIXème siècle du Trocadero.

     

    Mais le timbre a attiré mon attention, non que je sois philateliste,  mais j'adore l'art des années 30, et ce timbre en est une petite mais très belle illustration, sur le thème de la France coloniale.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique