• Petit pont

    Petit, c'est vite dit. Un Week-end de quatre jours, c'est bien sympa. Mais que dire du prochain, qui fera cinq jours ? La Big Bank nous a demandé de poser des jours de congés (travailler moins pendant la crise du Covid, pour travailler plus quand elle sera terminée), et le lundi 1er juin est férié. Des mini-vacances en quelque sorte, c'est bien dommage que la piscine soit fermée, tout comme la salle de sport, tout comme le studio de yoga… parce que bien sûr, j'ai perdu l'habitude de faire du sport, moins on en fait et moins on a envie d'en faire, et j'ai perdu la belle énergie qui m'animait :-(  Heureusement j'ai pu reprendre le vélo, c'est déjà ça.

    Ce Week-end a été bon, et très occupé. Jeudi mon cadet et moi sommes allés dans une gravière faire des photos, et nous avons passé un bon moment, d'autant plus que nous étions tous les deux à partager une même passion. Il faisait beau et chaud, nous avons attrapé des coups de soleil et avons bien profité de l'endroit. Cette gravière je l'avais découverte par hasard, il y a dix ans, alors que j'habitais chez mes parents pour quelques mois et que j'explorais les environs en vélo, d'ailleurs quelques photos en témoignent dans les profondeurs de ce blog. J'y ai repensé dernièrement, en ai parlé à mon fils, toujours friand d'endroit insolite pour des photos. Il y a quelques mois, alors que nous allions chez mon frère dans les Landes, nous nous sommes arrêtés en découvrant, en bordure de route, une vieille usine désaffectée, et avons fait une séance photo d'autant plus sympa qu'imprévue.

    La gravière, encore en exploitation il y a dix ans, ne l'ai plus, les machines ont été enlevées à mon grand regret, il reste des trous plein d'eau, du sable blanc, l'endroit a son charme...

    Petit pont

     

    J'ai été bien occupée, vendredi, à préparer cakes salés et gâteau pour le lendemain. J'avais en effet invité mes frères à venir manger, samedi midi. Mon frère et sa femme, des Landes, pour se changer les idées leur maison ayant été inondée par les intempéries d'il y a quinze jours, et mon frère de Poitiers descendant voir mon père à l'ehpad. Il y avait longtemps que nous n'avions pas été réunis, et j'ai été très contente, d'autant que mon frère le plus jeune s'est attardé, après le départ de mon autre frère, et que nous avons pu parler longuement, en particulier de la situation de mon père. L'état de dernier s'est en effet dégradé, et j'ai vécu ces deux dernières semaines au rythme des hauts et des bas de la santé de mon père, et des appels de l'ehpad.

    Le dimanche, c'est souvent pour moi le jour de la balade à vélo, ce dimanche n'a pas fait exception à la règle, une bonne balade dans les bois avec le plaisir d'entendre le premier chant du coucou de l'année. Je me suis arrêtée un instant, il y avait les fougères, les pins, les oiseaux qui gazouillaient et puis le coucou qui célébrait le retour des beaux jours - le bonheur. 

     


  • Commentaires

    1
    Isabelle
    Mercredi 27 Mai à 14:18
    Tu vas être étonnée mais ça fait plusieurs semaines que par ici, on entend des coucous. Ça a en effet commencé pendant le confinement ! Comme je me baladais le long de la voie verte, j’ai eu tout le loisir d’entendre des coucous. Il paraît qu’il faut avoir une pièce dans sa poche et faire un vœu quand on entend son premier coucou.
    2
    Mercredi 27 Mai à 20:06

    Ah c'est dommage, je ne connaissais pas cette tradition du vœux ! Mais la saison des coucous ne fait que commencer, je vais pouvoir me rattraper ! Merci Isabelle :-)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :