• Vacances et autres emmerdes

    A bout de nerfs - j'ai vu le moment où j'allais balancer mon casque en travers de mon écran - et l'organisme s'en ressentant, j'ai appelé le médecin du quartier en fin d'après-midi mercredi, pour savoir s'il pouvait me recevoir dans la soirée. "L'esclavage a été aboli, passez à la consultation demain après-midi" m'a-t-dit. Et il ne faut pas espérer qu'il m'ait demandé si je pouvais tenir jusque là.

    Bref, le lendemain j'étais encore au boulot, et j'ai terminé la semaine en prenant sur moi. Mais, à défaut d'arrêt maladie ou de vacances,  je me suis accordée le repos dont j'avais besoin, pas de zumba vendredi soir, pas de yoga samedi matin. Je me suis endormie devant la télé hier soir, me suis réveillée une heure plus tard, je suis partie au lit en éteignant le radio-réveil, et je me suis réveillée tranquillement vers 9 h moins le quart ce matin. Presque un tour de cadran, c'est que j'en avais besoin, et une grasse matinée, ce qui ne m'était pas arrivé depuis quelques années en fait. Dieu étant grand, il faisait soleil ce matin, et prendre mon petit déjeuner dans la cuisine éclairée par un timide mais réel rayon de soleil m'a également fait beaucoup de bien. L'arrivée de l'hiver n'est jamais une période facile pour moi, qui souffre vite quand il fait froid et sombre.

    Le moral, très bas cette semaine, est tranquillement remonté au fil de la journée :-) Une visite à la jardinerie, cet après-midi, m'a permis de constater que les primevères sont déjà en rayon, j'y retournerai la semaine prochaine, pour fleurir mon balcon. Mais cet après-midi, j'ai déjà ramené un mini-cyclamen, un petit lierre et une jacinthe en bouton, qui, replantés dans un vase en verre, avec un peu de mousse et et une bougie, ont fait une jolie composition hivernale.

    Au rayon des emmerdes, je me suis aperçue cette semaine que j'ai une fuite d'eau en provenance du dessous de la baignoire, mais je ne peux aller voir de plus près, je vais devoir appeler l'artisan qui m'a fait les travaux. En attendant, j'éponge dès que je prends une douche. Mon pc, quand à lui, ventile en permanence ce qui me parait de fort mauvais augure. Enfin, mon smartphone fait lui aussi des siennes, l'application Messenger ne fonctionnant plus. Or j'utilise beaucoup Messenger pour communiquer, avec mes amis, mon fils, et le petit Corentin qui me perturbe tant... Mais là encore, il faut y voir la main de Dieu : plus de Messenger, tranquillité d'esprit revenue !

    Bon, il faut que je travaille sérieusement à mieux gérer mon stress et mes sentiments. Jeudi soir, comme j'assistais à ce que j'appelle "une réunion d'anciens combattants", c'est à dire un repas avec des filles avec qui j'ai bossé dans mon tout premier boulot (et, au passage, j'ai passé une mauvaise soirée), l'une d'entre elle a dit, parlant de son célibat "je suis plus heureuse seule qu'en couple". J'ai trouvé que ça s'appliquait tout à fait à moi également. Mais bon, tant que j'arrive à gérer ma solitude, ça peut aller. Comme je dis souvent, je suis bien toute seule, à 90%. En ce moment, je suis juste dans les 10% douloureux.

    Faute d'avoir pu voir le médecin pour me faire arrêter quelques jours, je profite au maximum de ce week-end pour me reposer et me ressourcer. Je vais mettre à profit la journée de demain pour faire mon sapin de Noël et décorer mon appartement. J'ai beaucoup tiré sur la corde depuis le début de l'année scolaire en m'activant beaucoup, mais je réalise qu'il faut aussi que je prenne parfois le temps de me reposer. Mais plus encore, il faut, comme je l'ai dit plus haut, que j'apprenne à trouver un calme intérieur de façon durable. Je ne travaille pas vendredi prochain, je vais en profiter pour faire mes achats de Noël, j'espère que le temps me permettra d'arpenter les rues de Bordeaux pour profiter du grand air et des couleurs des décorations :-)


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :