• Une semaine dans la vie de Stephen King - Alexandra Varrin

    Article spécialement dédié à Julie et Didier ;-)

    Une semaine dans la vie de Stephen King - Alexandra Varrin

     

     

     

     

     

     

     

     

    «  Il entre sans se presser, désinvolte. Un sourire au coin des lèvres, grand, un peu voûté, la démarche hésitante. Sous les flashes qui crépitent, malgré l’interdiction, ses yeux pétillent. Mi-gêné, mi-amusé, l’air de rien, il sort de sa coquille, prend quelques secondes pour observer la foule, curieux, vulnérable, perplexe. Le temps de traverser l’estrade, il endosse une nouvelle carapace, drapé dans le statut qui a réuni ici près de trois cents journalistes venus des quatre coins de la planète  : celui de l’écrivain le plus célèbre au monde.  »
    Du 12 au 16 novembre 2013, Stephen King a passé une semaine à Paris pour promouvoir son nouveau livre, Docteur Sleep. L’occasion pour des milliers de lecteurs de rencontrer leur auteur fétiche, et pour Alexandra Varrin de transformer cet événement exceptionnel en véritable quête identitaire et introspective.

    Au cours des cinq rendez-vous qui jalonnent cette semaine, elle se replonge dans l’œuvre monumentale de son idole, et poursuit, tout en interrogeant notre rapport à la fiction, son propre autoportrait. (Source : Babelio)

     

    En 2013, Alexandra Varrin s'est donc démenée comme un beau diable pour assister, au cours de cette semaine exceptionnelle, aux cinq interviews publics que donnera Stephen King, et est même parvenue à rentrer en contact avec lui, pour lui remettre une lettre, et échanger quelques mots. Lui, ce n'est pas n'importe qui, lui, pour tout fan, c'est Dieu. Un Dieu qui a construit un univers, qui accompagne depuis plusieurs décennies des lecteurs qui ont grandi dans cet univers parallèle, celui de la Tour Sombre.

    J'ai beaucoup, beaucoup, beaucoup aimé ce livre, qui m'a fait une très forte impression. Parce que j'aime Stephen King, parce que la lecture a toujours eu une importance capitale dans ma vie, que j'ai vécu des moments intenses grâce à la lecture, et que je pouvais donc parfaitement comprendre ce qu'éprouve Alexandra Varrin pour Stephen King. Je n'ai pas, comme elle, découvert King enfant. A l'époque, c'est Jules Verne et ses héros qui ont occupés une place centrale dans ma vie. Mais Jules Verne était mort, et ses livres dataient du siècle précédent. Quelle aurait été ma vie si, plutôt que Jules Verne, j'avais découvert King et ses romans ? C'est la question que je me suis posée en lisant le livre d'Alexandra Varrin, et je l'ai enviée, car j'aurais bien aimé qu'un auteur, vivant, m'accompagne ainsi dans ma vie, et j'aurais aimé palpiter d'impatience en attendant chaque nouvelle publication de mon idole.

    Plus qu'une série d'anecdotes sur cette semaine passée à jouer des pieds et des mains - et des relations - pour approcher Le Maître, Alexandra Varrin nous interroge sur notre rapport à la lecture, à l'auteur. On parle d'un "grand auteur", on pourrait qualifier Alexandra Varrin de "grande lectrice" - et du reste il n'y pas d'auteur sans lecteurs.

    C'est donc un livre que je recommande vivement, non seulement aux fans de Stephen King, mais à tout lecteur qui voudrait aller plus loin, et s'interroger sur son rapport à la lecture.

     

    Sur Stephen King : pour moi, c'est Le Maître. J'aime le romancier, j'aime l'homme. Je n'accroche pas sur l'univers de la Tour Sombre, et je reconnais que certains romans sont ratés, et même cette imperfection me plait. C'est un auteur dont l'écriture trouve une résonance en moi, dont les personnages me touchent parce qu'ils me ressemblent. Je conseille également toujours de lire Ecriture, Mémoires d'un métier, que King a écrit il y a déjà quelques années, dans lequel il revient sur sa carrière. Un grand livre qui m'a beaucoup apporté et émue.

    God save the King !

     

     

     


  • Commentaires

    1
    Vendredi 11 Novembre 2016 à 22:29

    Merci pour ce "spécial" dédicace" !

    Comme vous j'adore Stephen King. Mais je l'ai découvert très peu de temps après Jules Verne. Et pendant très longtemps, ces deux auteurs furent, entres autres, furent ceux de mon chevet. Depuis j'ai quelque peu délaissé Verne mais King, qui à la manie, la malice, d'écrire un livre par an , est toujours là.

    Comme vous je n'adhère pas à la tour sombre et il y aussi des ratés mais cela me convient parfaitement. Chaque nouvelle lecture me procure du plaisir et il est parfois particulièrement vif et ardent ! 

      • Samedi 12 Novembre 2016 à 09:47

        A ce propos : que donne son dernier recueil de nouvelles ? Et le fameux Docteur Sleep, que King était venu présenter en France ? (j'ai du retad dans mes lectures !)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :