• Travailleur handicapé

    J'ai une perte d'audition importante, à gauche, due à des oreillons trop forts lorsque j'étais enfant. Il y a trois ans, l'ORL qui me suit m'a dit péremptoirement "vous êtes sourde, il faut appareiller". Je ne l'ai pas bien pris, il m'a fallu quelques semaines pour encaisser le coup. J'ai tout de même fini par pousser la porter d'un audioprothésiste.

    Un appareil auditif, c'est très chiant. En fait, ça amplifie tous les bruits, et vraiment tous les bruits, sans exception. C'est à dire que du jour au lendemain, on se retrouve dans un brouhaha bruyant auquel faire face. D'où des réglages réguliers chez l'audioprothésiste, car les appareils auditifs sont un concentré de technologie, permettant de limiter certains bruits, tout en conservant d'autres bruits. C'est une histoire de fréquence. Ce qui est très, très pénible, c'est qu'au début on a l'impression - ou du moins j'ai eu l'impression - de moins bien entendre qu'en temps normal.

    Huit mois de réglages et de fatigue plus tard - et 700 euros en moins sur mon compte bancaire (malgré la prise en charge sécu et mutuelle) - j'ai laissé tomber. A ce moment là et pendant plusieurs mois, j'ai eu l'impression que j'entendais mieux qu'avant, comme s'il y avait eu une stimulation de mon cerveau qui aurait récupéré une partie de ses facultés à entendre. C'est impossible, diront les médecins. Malgré tout, j'ai bien eu cette impression là, confortée par le fait que j'avais moins besoin de faire répéter mes interlocuteurs.

    Malheureusement, ces derniers mois, je recommence de nouveau à faire répéter les gens. J'en ai pris conscience avec mon psy en particulier, mais ce qui m'a mis un coup, c'est une de mes amies qui m'a dit hier "qu'est-ce qui se passe, tu fais beaucoup répéter les gens depuis quelques temps", car je n'avais pas conscience que cela soit devenu si fréquent. Ca m'aurait moins blessée si au moins elle l'avait dit avec un peu d'humour. Les gens directs, c'est bien, mais de temps en temps on aimerait bien un peu d'enrobage dans le discours.

    Je freine des deux pieds, mais je pense qu'il va falloir que je me résigne à récuperer ce fichu appareil (aïe, où l'ais-je rangé ?) et que je recommence le parcours du combattant des réglages. Mais cela me flanque par avance un coup au moral.

    Un peu d'humour tout de même : même si je rechigne à porter un appareil, il faut avouer que cela peut m'éviter un problème récurrent : celui de dire "oui" aux gens que je ne veux pas froisser en les faisant répéter, alors que je ne les comprends pas, mais qu'il parait qu'ils attendent une réponse de ma part. Parce que dire oui à tout et n'importe quoi, c'est tout de même dangereux !  :-D


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :