• Tour du propriétaire

    Les jours ayant bien rallongé, je vois désormais le quartier où je vis autrement que dans la nuit (en raison des montagnes, les jours sont un peu plus courts ici, la nuit tombe plus vite). Ce soir, je suis allée acheter ma baguette et jouer mon loto (oui, je sais, ça fait franchouillard, mais des fois que je gagne de quoi donner ma demission pour rentrer à Bordeaux aussi sec...) en flanant par les rues de ce quartier dit "résidentiel". Prunus, mimosas... cela sentait bon, de quoi garder le nez en l'air. Heureusement, car si l'on baisse les yeux... les trottoirs sont sales, en mauvais état, et parfois même, inexistants. C'est regrettable, car les maisons mériteraient un environnement qui les mettent en valeur, d'autant qu'elles le méritent. D'immenses maisons, deux étages au dessus d'un rez-de-chaussée souvent lui-même rehaussé sur une cave, le tout entouré d'immenses jardins. Des maisons qui parfois sont parfois presque de petits châteaux. Survivance, je pense, de l'époque (fin XIXème probablement) où Pau était une petite ville accueillant beaucoup d'anglais en villégiature.  Des maisons au style basque, également, de petits immeubles des années 60, bien propres, aussi. Quelques rares maisons contemporaines mais discrètes émaillent également le quartier. Ces rues sales aux trottoirs abimés sont donc d'autant plus regrettables. A l'image de Pau, tout simplement, gris, moche, sale et vieillot. On pourra m'objecter que je suis partiale... j'invite n'importe qui à venir constater la réalité de ce que j'énonce ! Moi qui suis du genre à m'extasier sur le moindre brin d'herbe, la moindre fleurette, j'ai bien du mal à trouver ici de quoi prendre une photo sympa. Quand aux maisons, elles sont difficiles à photographier, étant protégées par de hautes haies persistantes.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :