• Sur les rotules, oui, mais...

    A peine avais-je fini mon article précédent que, finalement, l'envie en étant trop forte, j'ai sauté sur mon vélo, pour trois petits quart d'heure de balade dans Pessac, riches en sensation.

    L'odeur de l'herbe chaude dans une petite prairie, les cris des hirondelles glissant dans le jour finissant, les nuages roses, le pépiement d'un oiseau dans une rue, le calme des rues désertes, le plaisir de glisser facilement à vélo, la chaleur du bitume succédant à la fraîcheur des espaces verts, le volètement de petites chauve-souris, et les flonflons d'un bal de quartier... autant de sensations bienvenues, comme un baume sur mes petites blessures du moment.

    Et puis, comme je rentrais chez moi, ce sms de mon frère, pour me faire partager une bonne nouvelle, et ça m'a fait beaucoup de bien. Si tu passes par là, merci.

    Demain, je ne travaille pas, c'est l'enterrement de ma tante, je vais également profiter de cette pause bienvenue dans la semaine pour me reposer.

     

    La nuit est maintenant tombée, les tours, aux nombreux appartements éclairés, se détachent sur le bleu roi du ciel. Quelque étoiles commencent à se montrer, et de temps à autre une petite brise douce vient me caresser, et Loukoum est étendue sur le béton chaud du balcon, non loin de moi. Ne serait-ce les gosses qui braillent dans l'aire de jeux, la soirée serait parfaite. J'aime bien la présence de ces grandes tours, comme une présence tutélaire écrasante mais réconfortante en même temps.

     

    La fatigue est oubliée pour un temps.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :