• Sans titre

    Je suis arrivée de bonne heure au boulot, ce matin. Chloé étant en vacances, je devais assurer la permanence d'ouverture et Hubert, celle de fermeture. Je suis arrivée de bonne heure, crevée par cette semaine une nouvelle fois intense, déprimée, à cran. Un peu avant huit heures, le téléphone a sonné.

    "Je suis la femme d'Hubert. Il est à l'hôpital, il est dans le coma, il a fait un arrêt cardiaque hier soir."

    Non. Non, pas lui, pas ce garçon jeune encore, plein d'énergie, au corps d'athlète, jamais malade.

    Il faut attendre 48 heures pour savoir comment va évoluer son état de santé. C'est long, 48 heures.

    Je me suis effondrée, mais il a fallu faire face. Face au travail, malgré tout, parce que je me retrouvais seule à devoir poursuivre l'activité, et que de notre travail dépend le fait que d'autres puissent travailler, face aux questions de ceux qui, apprenant la nouvelle, sont venus dans mon bureau, alors que je n'avais qu'une envie, essayer de me concentrer sur mon boulot pour penser à autre chose qu'à cette terrible nouvelle. Il y a aussi eu les appels téléphoniques, les questions par messagerie instantanée... L'informatique, c'est un grand service, mais on se connait tous, et on est tous soucieux des autres.

    Un représentant du personnel, membre du CHSCT, est venu me voir, assez rapidement, et j'avoue que cela m'a fait du bien de pouvoir parler, de pouvoir exprimer des choses. Cela fait six mois que notre service subit un stress important, et j'ai du mal à croire que la crise cardiaque d'Hubert ne soit pas, au moins un peu, liée à ce stress.


  • Commentaires

    1
    Bleu
    Vendredi 17 Juin 2016 à 22:56

    J'imagine bien que ça ne doit pas être une épreuve facile. Bon courage à toi !

    2
    Bleck
    Samedi 18 Juin 2016 à 09:04

    Eh voilà... tout baigne, un système huilé un mec bien pleinement dans ses capacités physiques ce qu'on appelle un pro et puis un bon père de famille probablement et blam la couille, le corps qui lâche ou qui crie alerte... je lui souhaite d'aller beaucoup mieux, je te souhaite beaucoup de douceur.

     

    Bleck

      • Samedi 18 Juin 2016 à 21:43

        Voilà c'est ça, le collègue inamovible, jamais un rhume, hygiène de vie presque parfaite... Merci, le moment n'est pas facile.

    3
    Samedi 18 Juin 2016 à 22:38

    J'ai pris des nouvelles d'Hubert, ce matin, un peu gênée de déranger sa femme, qui est complètement effondrée. Elle m'a tout de même répondu, pour me dire qu'il est toujours dans le coma, dans un état stationnaire. Vendredi matin, elle m'a dit que les 48 heures à venir seraient déterminantes, j'espère donc que, demain, les nouvelles seront meilleures.

    4
    Bleu
    Dimanche 19 Juin 2016 à 09:30

    Je peux me tromper, mais je crois que dans ce genre de situation, savoir que ses collègues sont vraiment préoccupés et prennent des nouvelles fait du bien à sa femme. J'ai tendance à penser qu'en l'appelant, tu ne la déranges pas, tu lui permets de relacher un peu la pression en partageant ses préoccupations.

      • Dimanche 19 Juin 2016 à 21:51

        Je pense que tu as raison, car je suis passée la voir ce midi pour récupérer le bulletin d'hospitalisation, et elle a passé une heure à me parler et à me raconter ce qui s'était passé, je crois qu'elle avait besoin d'évacuer un peu la tension, et ça lui faisait en effet plaisir de savoir qu'avec moi, tous les collègues ont pensé à son mari !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :