• Relâche !

    Ou plutôt, RTT. J'avais un rdv matinal chez un médecin ce matin, et le froid m'a saisie lorsque je suis sortie de l'immeuble, au lever du soleil. Mais ça caille !!! Un froid subi, pénétrant, mais qui ne m'a pas empêché, une heure plus tard, de rentrer chez moi à pied, une grande marche qui m'a fait du bien - mais j'ai été contente de retrouver la chaleur de l'appartement, bien réchauffé par les après-midis ensoleillés.

    J'aurais aimé me reposer, mais j'ai perdu beaucoup de temps à essayer de mettre en route mon nouveau téléphone. La batterie du précédent m'a lâchée, il a fallu que j'achète un nouveau téléphone et quand j'ai ouvert celui-ci, j'ai découvert que ma carte SIM n'avait pas le bon format. Au final, rien de bien méchant, tout fonctionne ce soir, mais j'ai tout de même perdu quelques heures, à contacter mon opérateur car la SIM n'était pas activée, à prendre en main le nouveau téléphone, à y saisir mon carnet d'adresses... et je ne suis pas encore au point, loin de là. La batterie du téléphone a rendu l'âme, de même que celle de mon pc portable, qu'il va falloir que je change, mais ça attendra un peu. J'espère que le dieu des batteries n'est pas contre moi en ce moment, je ne voudrais pas que celle de ma voiture déclare forfait également.

    Je suis passée voir mon futur appartement cet après-midi, je savais que les travaux de rénovation sont actuellement en cours, et coup de bol en effet le peintre était là, j'ai pu constaté que ça a bien avancé. L'artisan qui va me faire l'autre partie des travaux (ceux à ma charge) m'a envoyé son devis avant-hier, et bon, ça ne passe pas dans mon budget :-( Faut que je revoie ça.

    Demain, pas de cinéma, je dois aller à la médiathèque rendre mes bouquins. Je viens de passer plusieurs jours au bord du lac Baïkal, en compagnie de Sylvain Tesson. Il a été y passer six mois, tout seul. Le bouquin est le journal de ces six mois, qu'il a passé à : regarder le paysage, réfléchir sur la solitude, se saoûler à la vodka. Si j'ai apprécié les deux premiers aspects, le troisième point m'a laissé dubitative : pourquoi boire autant quand on est seul ? Mis à part ça, c'était vraiment dépaysant, et j'ai bien apprécié le bouquin. Depuis quelque temps, j'ai moins de plaisir à lire de la fiction, et je prends plus de plaisir à lire des témoignages, des récits de voyage ou d'expérience. D'ailleurs, je sèche un peu sur le Vernon Subutex de Despentes, qui traîne un peu en longueur trouve-je.

    Sinon, la contrariété du boulot s'estompe, morts aux patrons et vive les vendredis d'ATT. Demain soir je sors chez une amie qui fête sa crémaillère, ça sera sympa. Dimanche, j'aimerais aller faire du vélo, j'aime faire du vélo quand il commence à faire frais, que l'air se fait un peu piquant sans être tout à fait froid, c'est stimulant. Ce soir, je me suis fait des lasagnes, je triche un peu car je ne fais pas la béchamel moi-même, et encore moins la sauce tomate, mais j'utilise de la viande et des lasagnes fraîches, et ça a quand même un bien meilleur goût que des lasagnes surgelées.

    Mais que va faire Loukoum sous le meuble télé ? Elle est bizarre et drôle, cette bestiole, comme tous les jeunes chats du reste. Depuis peu, elle vient se coucher contre ma figure, la nuit, ce qui n'est pas toujours très confortable, mais j'aime sa façon de se lover contre moi et de ronronner de longues minutes sans discontinuer.

    Sur ce, dodo !


  • Commentaires

    1
    Dimanche 9 Octobre 2016 à 17:39

    Se  saouler lorsqu'on est seul ? C'set peut-être parce qu'on est seul, justement, que l'on reçoit le besoin de l'ivresse ! ( croyez en mon expérience...)

    Le chat de ma maman, Cannel, change régulièrement ses habitudes de dormeur. Désormais la nuit, il a décidé de dormir seul dans la cuisine. Pareil dans la journée après avoir squatté une étagère de la cuisine pour ses siestes , il a décidé de retourner à ces premières amours, une chaise située, également, dans la cuisine !

      • Mardi 11 Octobre 2016 à 20:25

        La particularité des chats, c'est d'être routiniers... dans le changement !

    2
    Bleck
    Lundi 10 Octobre 2016 à 00:24

    Se saouler quand on est seul... ou bien se saouler la gueule jusqu'à être seul... je me souviens avoir été saoul, je dis bien ivre et pas un tout petit peu pompette non, saoul... eh bien là je me suis senti bien seul, une vraie merde l'alcool, boire un verre deux ou trois c'est un délice, une bouteille c'est une vraie merde.

     

    Bleck

      • Mardi 11 Octobre 2016 à 20:26

        Oui, je me contente moi aussi d'un soupçon d'ivresse de temps à autre, mais jamais plus. Boire seul, c'est un peu triste, et parfois même un peu inquiétant.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :