• Plaisir d'offrir...

    ... Joie de recevoir

    Samedi dernier, comme je sortais de chez moi, j'ai découvert, sur la pelouse en bas de la résidence, des plantations... arbustes divers, lavandes, hortensias, une dizaine de plantes et de fleurs avaient surgi durant la nuit... Et, plus surprenant encore, une petite basse-cour en poterie ou en résine, je ne sais pas, poules et poussins, mouton et agneau, lapins... Kitsch au possible, mais mignon tout de même, attendrissant. Mais surprenant, quelle était l'explication de ce mystère ? J'ai pensé à une farce - nous étions le 1er avril - mais ça m'étonnait un peu.

    Un peu plus tard dans la journée, j'ai eu l'explication en voyant une dame, pelle à la main, qui mettait la main aux dernieres plantations. Je suis allée la voir, elle m'a expliquée être une locataire de l'entrée à côté de la mienne, et m'a racontée qu'elle  était triste de ne voir que de la pelouse, et qu'elle avait décidé de fleurir ce petit coin, de sa propre initiative et de sa propre poche... Ce qui est d'autant plus méritoire quand on sait à quel point le quartier est peuplé de gens aux revenus très très modestes, et cela semblait bien être le cas de cette dame. Je l'ai félicitée, bien sûr.

    Dans la semaine, comme j'échangeai un mail avec la présidence du conseil syndical, une jeune femme très dynamique qui habite dans la même entrée que moi, je lui ai parlé de ces plantations, en parlant d'une "initiative sympathique" qui pourrait nous inciter, nous, propriétaires, à lancer une opération de plantations.

    La réponse m'a laissée perplexe : ce fut du genre "oui, j'ai vu, et j'ai demandé au syndic de mettre une note dans toutes les entrées de la résidence, car où va-t-on si tout le monde prend ce genre d'initiatives, du reste il s'agit d'une locataire un peu fragile"... Certes. Mais tout de même...

    La note du syndic n'a pas tardée, mais la réponse non plus.

    Dans une lettre que la brave dame a photocopié et affiché à son tour dans les entrées, elle expliquait avoir voulu bien faire, que son geste avait été apprécié, en particulier par les enfants du quartier, heureux de découvrir la petite ménagerie le 1er avril (elle avait choisi la date exprès), et qu'elle ne comprenait pas qu'on puisse le lui reprocher...

    D'accord, on ne peut pas laisser tout le monde faire ce qu'il veut, mais, tout de même, on n'en n'est pas encore aux méchouis dans la pelouse. J'ai été peinée pour cette dame de la réaction de la présidente du conseil syndical, parce que si plus de monde était comme elle, simple mais plein de bonne volonté, le monde s'en porterait bien mieux.


  • Commentaires

    1
    Samedi 8 Avril à 22:47

    Bah, moi cette petite dame , elle me plais bien !

    2
    Bleck
    Dimanche 9 Avril à 15:52

    Pas si simple... l'initiative est bonne mais on peut préférer le gazon ou les mauvaises herbes ou les tags ou le béton ou le paillage ou les graffitis ou un parking ou un sous-bois ou des gravillons ou du gazon synthétique... pas si simple...

     

    Bleck

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :