• Papa, maman, et moi

    (titre en clin d'oeil à Julie). Oui, on n'en sort pas. Mais après trois ans de psychothérapie, ça va tout de même mieux !

    Je suis allée voir mes parents hier, en sortant du cinéma, parce que j'avais le temps. Je ne les avais pas vus depuis Noël. J'ai trouvé mon père amaigri, il sort de problèmes digestifs - mais ça va des mois que mon père a des problèmes digestifs, d'après ce que j'en sais, et son médecin ne lui a toujours pas fait passer d'examens ce que je ne comprends pas, je le lui ai dit d'ailleurs mais il a éludé d'un revers de la main, alors du coup, je m'en fous un peu.

    J'ai trouvé ma mère encore diminuée par la maladie (Parkinson) qui évolue, bien sûr.

    Forcément, ça a tourné et retourné dans ma tête, aujourd'hui. Mais sans regrets, sans remords, sans amertume.

    Aujourd'hui, je peux le dire, et l'écrire : je n'aime pas mes parents, ce n'est pas de ma faute, mais de la leur, et ceci dit, je m'en fous, même si c'est sacrément dommage d'être à côté de ça, parce que des parents, on n'en n'a qu'une fois dans sa vie. Comme ils se sont plantés avec mes frères et soeur, ben j'essaie de faire mieux, tout simplement.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :