• New-York, à s'en démonter la tête

    Heureusement, les trottoirs sont propres. A 150 $ l'amende pour crotte de chien non ramassée immédiatement, on comprend un peu... N'empêche, j'ai rarement vu une ville aussi propre, limite aseptisée. Heureusement qu'il y a encore le vent pour mettre un peu de désordre, surtout en cette saison de feuilles tombantes.

    Donc, le promeneur peut marcher le nez en l'air, et il faut avouer : à New-York, on en prend plein les yeux. Mes photos ne rendent pas du tout hommage à cet aspect-là. Du reste, au bout d'un moment, on a l'impression de passer ton temps à photographier, et on finit par laisser tomber. Outre les buildings, déjà assez incroyables par leur architecture ou leur taille, s'y rajoutent un tas de détails de corniches, de décorations, parfois assez gothiques (je dois avoir un ou deux gros plans de gargouilles et de chauve-souris de pierre, il faut encore que je trie pas mal de photos !) 

    Avec parfois des choses vraiment très curieuses...

    Arrivé là, bien sûr, on s'agenouille. (L'architecte, pour les incultes qui passeraient par là, c'est Franck Gehry).

    Par contre, je ne sais pas du tout qui est l'architecte de cet immeuble-là, et je le regrette bien, car c'était magnifique. C'est trop peu visible sur la photo, mais d'après ce que j'en ai vu, le bâtiment est conçu sur le même système que celui du pavillon allemand de Mies Van der Rohe à Barcelone. A savoir qu'il n'y a pas de murs porteurs, que les plafonds sont supportés par des piliers porteurs (visibles au niveau des derniers étages), ce qui permet à l'architecte de libérer les murs de leur fonction support et de leur donner la forme qu'il souhaite. Et le résultat est assez fantastique, non ?

    Les quartiers de Greenwich et Chelsea se distinguent par une architecture plus basse, plus "tranquille" et particulièrement charmante.

    Et puis Time Square, bien sûr, Time Square ! Compte-tenu du nombre de néons, inutile de vous dire qu'il règne aux alentours de Time Square une chaleur supérieure à celle du reste de la ville. Réchauffement climatique, vous avez dit réchauffement climatique ?


  • Commentaires

    1
    Rolvel
    Mercredi 16 Décembre 2009 à 22:05
    Trés surprenant ce contraste de genres architecturaux!
    Peut-être comme à Paris, est-ce lié à la nature du sol qui ne permet pas de constructions plus lourdes?
    Bien évidemment, je suis heureux d'avoir retrouvé Mr Chat!
    Bonne soirée
    2
    Feuilles_d_Acanthe Profil de Feuilles_d_Acanthe
    Vendredi 18 Décembre 2009 à 19:12
    Bonsoir ! en fait, non, le sol de NYC est au contraire très dur - d'où Central Park : les rochers qui composent le sous-sol y affleurent et y sont visibles. Cette dureté du sol est justement ce qui a permis d'élever des gratte-ciel de plus en plus haut. Je pense que le contraste architectural est dû au fait que c'est une ville récente, sans passé historique architectural notable. Du reste, dans la course à la hauteur, les immeubles les plus anciens ont été régulièrement remplacés par de plus récents de façon continue, d'où la diversité des styles. Mais ce n'est qu'une (tentative) d'explication personnelle !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :