• Mourir, cela n'est rien...

    Mourir cela n'est rien, mais vieillir... Ah, vieillir.... Ainsi chantait Jacques Brel, et il devait savoir de quoi il parlait, vu que la vieillesse il y a eu droit version accelérée, compte-tenu de sa maladie. Et bien oui, veillir, moi aussi, je trouve ça difficile. Et l'interview qu'Isabelle Adjani donnait l'autre jour sur je ne sais plus quelle chaîne de tv allait aussi dans ce sens (eh zut pour une fois que j'allume la tv il faut que je tombe sur qq'une qui exprime sa peur de vieillir !). Bouffie (au point de se demander quel est le pire ? bouffie sans rides ? maigre avec rides ?), elle expliquait à quel point elle trouve ça dur, de vieillir. Le corps qui se délite, qui se défait... ben oui. La pauvre fille n'en trouvait plus ses mots.
    Je compatis, je partage la même angoisse.On essaie de nous vendre dans les magazines, dans les pubs, une image acceptable de la vieillesse, on nous présente des veillardes et veillards élancés, bronzés, souriants, ridés juste comme il faut, vêtus de blanc... pas de bol, je mesure un mêtre cinquante, je lutte contre le poids alors même que la ménopause n'est pas encore là, et quand je regarde mes tantes je mesure ce qui m'attend : peu de rides, mais des bajoues et un cou tout flappi... Une vieille dame de Kiraz quoi, pour celles qui se souviennent encore de lui (il dessinait les Parisiennes dans Jour de France, lecture incontournable - avec Point de Vue Images du Monde - du salon de coiffure de mon enfance, et je vous parle d'un temps que les moins de vingt ans, etc, etc), bref, une vieille dame de Kiraz, cylindrique dans une robe noire. Je ne me suis jamais projetée dans ces parisiennes, belles, longilignes, bronzées, court-vêtues... non, petite j'avais déjà l'angoisse de la vieille dame cylindrique. Une névrose, ça doit s'appeler comme ça.
    Bien sûr, je sais que c'est irréversible, et que c'est certainement une faiblesse de caractère, voire un péché de se focaliser sur ça. Certain-e-s me trouveront futiles. Tant pis, j'assume. J'aurais voulu être belle, être jeune, le rester éternellement, et pouvoir vivre plusieurs vies aussi, tant qu'à faire.
    Quand j'étais gamine, et que je demandais timidement l'autorisation de me maquiller, ma mère m'a assené un de ses grands principes : "la beauté naturelle d'une jeune fille doit être sa seule parure". Si si, je vous jure. Bon, d'accord c'était dans l'autre siècle (eh oui) mais quand même, on était en pleine période disco... Dur d'être l'aînée... ma soeur, fine mouche, n'a rien demandé du tout, et s'est maquillée (outrageusement, comme toute ado, et puis vous aurez compris que ce n'est pas notre mère qui allait nous donner des cours de maquillage) quand elle l'a voulu. Bonne fille, j'ai courbé la tête, ai attendu des années pour oser me maquiller, moyennant quoi j'ai trainé une bonne partie de mon existence mes petits yeux de myope et mes boutons sur la figure. J'ai commencé à me trouver jolie à quarante ans, pour vous donner une idée du calvaire. Alors quoi, zut, s'il faut déjà vieillir à quarante-cinq, admettez qu'il y a de quoi se sentir frustrée... Comme disait Coluche, "pour les moches, c'est pas dur de vieillir, elles ont toujours été moches !" Salaud !
    Bref, sur ce, je vais aller faire la cuisine, pour moi ce sera yaourt (nature,  of course, et sans sucre, comme de bien entendu), demain je vais à la gym, et avant de me coucher je vais aller commander sur internet plein de crèmes anti-rides, anti-cernes, anti-cellulite, anti-tout s'il y a (anti-névrose, je prends aussi, vous me conseillez quelle marque ?).
    Oui, je sais, il y a des choses plus graves dans la vie. Vous viendrez m'expliquer lesquelles quand vos dents commenceront à se déchausser...


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :