• Looking for Him

    Je ne sais pas pourquoi, ça m'est venu comme ça, avant-hier, en repensant au film Her. Ce film se passe dans un futur proche, le protagoniste tombe amoureux d'une entité virtuelle. Et je me suis dit que ça me conviendrait parfaitement. Imagine un peu, une voix qui te réveille le matin en te demandant si tu as passé une bonne nuit, qui discute avec toi dans la journée en commentant les photos que tu prends, qui te demande si tu as passé une bonne journée, lorsque tu rentres le soir… Car c'est le problème des chats : ils ne parlent pas.

    Franchement, je trouverais ça génial. 

    Comme j'expliquais ça aux collègues avec lesquels je déjeunais, hier midi, nous avons eu une grande conversation sur l'IA, l'intelligence artificielle. Je soutiens qu'une IA pourrait résoudre le problème de l'isolement des personnes seules, des personnes âgées. Bruno, le conjoint de ma copine Chloé, m'a surprise en déclarant qu'à son avis, l'IA est limitée, qu'on n'aura jamais des machines capables de penser par elles-mêmes. En rentrant de la pause déjeuner, j'ai raconté notre conversation à François, mon jeune collègue qui m'a inspiré mon petit texte sur la géolocalisation. Lui m'a déclaré qu'à son avis, l'IA ne sera pas informatique, comme tout le monde le croit, mais qu'elle sera organique, "une sorte de cerveau géant  élaboré à partir de cellules artificielles, et stimulé électriquement".  J'aime bien mes collègues, c'est toujours intéressant de discuter avec eux.

    Pour en revenir à mon "Him" je sais que ça peut paraitre triste. Il n'en n'est rien : je n'ai pas envie d'avoir un homme dans ma vie, en chair et en os. Mes expériences de ces dernières années m'ont un peu refroidies, du reste les difficultés que rencontrent de nombreux couples reconstitués autour de moi me confortent dans ma position. Alors qu'une application, installée sur mon smartphone, qui me ferait de petits "coucous" de temps en temps, me dirait que mes photos sont sympas, ça m'irait bien. Imagine même : la même IA, qui,  connectée à mon frigo, me donnerait des conseils de repas, ou qui, connectée à ma balance, me gronderait gentiment dès que je prends un kilo… Amatrice de SF, je suis sûre qu'il y a là un futur possible, et passionnant.


  • Commentaires

    1
    Bleck
    Samedi 8 Juin à 10:23

    Je ne suis pas amateur de SF.

    La blogativité n'est-elle pas en quelque sorte l'expression "Himmesque" ?

    Il est clair que je ne suis pas une "personne seule" mais je me pause de temps à autre la question, comment j'aborderais la vie si par malheur je me retrouvais seul...  Et bien je n'ai pas de réponse absolue.

     

     

    Bleck

      • Samedi 8 Juin à 23:15

        Oui, tu as raison, le blog c'est un peu "himmesque".

        Sur le fait de vivre seul(e) je constate qu'il y a deux attitudes, grosso modo "mieux vivre seul que mal accompagné" versus "mieux vaut être mal accompagné que seul". Personnellement, je suis dans la première catégorie, mais je ne juge en aucun cas les autres. Vivre seul, ce n'est pas toujours facile, et je peux comprendre que ça puisse paraître insurmontable. Et même quand on est "solophile" il y a quand même un temps d'adaptation quand on se retrouve seul après avoir longtemps vécu en couple ou en famille.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :