• Les Tommyknockers

    Une évolution de l'espèce humaine qui m'intéresserait bien (outre celle qui consisterait à éliminer la connerie humaine, mais là ça parait carrément pas possible - sauf à eliminer l'espèce humaine), ce serait celle qui permettrait de relier le cerveau directement à son ordinateur. Rien de plus frustrant pour moi d'avoir la cervelle en ébullition à longueur de journée et de n'avoir jamais le temps, le soir, de me poser devant le pc. Façon tommyknockers comme dans le roman du même nom de Stephen King. J'ai trouvé que ce qui arrive à Bobby, cette faculté qu'à son cerveau de faire des trucs complètement dingue sans qu'elle en soit tt à fait consciente, ou tout en faisant autre chose en même temps.

    Bon, à quoi ais-je donc pensé ces jours-ci ? à ma dernière trouvaille ds un vide-grenier dimanche (dimanche que j'aurais préféré passer en bordure de Garonne, pour la fête de la musique en plus de la fête du fleuve, pour une fois qu'il faisait beau et pas trop chaud... mais bon, bref, ark, on ne fait pas toujours ce qu'on veut, autre sujet de réflexions, fin de la parenthèse). Bref, vide-grenier, et trouvaille sympatoche, deux espèces de ? valises, malles ? qq chose entre les deux puisque ça n'a le format ni de l'une, ni de l'autre, mais vraisemblablement ça servait à transporter qq chose de matériel, pas des vêtements. Des numéros peints à l'intérieur, et la dame qui me les a vendues m'a dit "il parait qu'elles ont fait la guerre". Triple buse que je suis, je n'ai pas eu le réflexe d'en demander plus... ceci dit, la guerre oui, mais laquelle, à mon avis pas celle de 39-45, elles ne me semblent pas si vieilles que ça.

    En tout cas, voilà à quoi ça ressemble :

    introducing the things....

       

    Ouais, balèzes quand même, hein ? Les traces de colle me font penser qu'il y avait une feuille destinée à recevoir, non un nom de propriétaire, mais une liste de contenu potentiel. Etrangement, elles ne sont pas identiques, comme on peut le penser à première vue : elles ne sont pas recouvertes de la même façon (car en fait il s'agit d'une structure de bois recouverte d'une sorte de carton bouilli peint et gauffré), et le papier intérieur n'est pas le même non plus.

    C'est bien, me direz-vous... encore que... mes collègues ne me diraient même pas ça, ils prendraient, comme d'habitude, un air affligé, un air qui voudrait dire "mais comment peut-on acheter un truc comme ça, cette pauvre fille est vraiment atteinte". La version collègue fille donnerait en plus "et pdt ce temps là, elle fait pas son repassage", la version collègue masculin donnant quand à elle "elle peut pas faire comme tout le monde, boire une bonne bière et s'extasier devant un match ou les Desperate Housewifes ?". Pas la peine d'être affligé, je suis très contente comme ça. I am a poor lonesome extraterrestre, ça y est, j'ai fini par m'y habituer. Bref, la dame en demandait dix euros l'unité, elle me faisait les deux à quinze, et j'ai de suite flashé sur le truc en me disant que ça me ferait deux chevets vachement chouettes. La version officielle étant que, de mon côté, cela devrait me permettre de ranger enfin le bazar qui règne à côté de mon lit en permanence, à savoir livres, livres, et livres (et, cette année, cours de fac). Ceci dit, il y a que lui pour croire que je vais vraiment enfermer ma pile de bouquins là-dedans. Enfermer LA pile de livre qui m'accompagne depuis toujours à côté de mon lit... mécréant, va !


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :