• Les psys et moi...

    Je m'étais toujours considérée comme normal, mais voilà qu'un jour, il s'est avéré que j'avais besoin... de quoi d'ailleurs ? je ne sais pas. J'avais des crises d'angoisse, je ne me sentais pas dans mon assiette psychique, j'étais dans une très mauvaise passe, bref, j'ai sonné à la porte d'un psychiatre. Finalement, vu la suite des évènements, il aurait peut-être mieux valu que je m'abstienne, car cela a déclenché une série de réactions en chaîne (un peu comme à Tchernobyl, une expérience de montée en pression qui a mal tourné), qq années de galère qui m'ont donné l'occasion de tester du psy- en tout genre : psychiatres, psychologue, psychothérapeute, et  au final la désagréable sensation d'être plus mal qu'avant.

    Des psychiatres, j'ai appris que le cerveau est une masse plastique susceptible d'avoir des tas de maladies qu'on soigne avec des tas de médicaments. Si les médicaments vous transforment en zombie, et, pire, en zombie en surpoids, c'est pas grave, l'essentiel c'est le rééquilibrage de vos neurones. Car autant le savoir : les psychiatres ne sont pas... psychologues !  Petit florilège : "Non Madame, ce ne sont pas les médicaments qui vous font grossir. Bouffez moins et bougez plus !", "Oh mais comme vous pouvez être hypersensible vous alors !","Mais il faut apprendre à dire non !". Du psychothérapeute, jungien, j'ai appris que j'ai en moi un anima et un animus qu'il faut réconcilier, et qu'il ne faut pas se contrarier soi-même "vous vous imaginez si vous faites ceci alors que vous n'avez pas vraiment envie, que croyez-vous qu'il arrivera ? vous aurez un cancer !". Finalement, la psychologue, avec ses seances d'auto-hypnose, s'est révélée relativement inoffensive, voire même efficace sur certains points. Elle m'a également expliqué que les sentiments et la raison ne fonctionnent pas pareil, et même si ça ne résout rien, c'est déjà bon de le savoir.

    Je ne prends plus de médocs depuis pas mal de temps (moyennant quoi j'ai retrouvé toute ma tête et ma ligne aussi) mais j'avoue que depuis un certain temps, je suis minée par une crise existentielle (dont j'ai déjà parlé) qui me bloque pas mal. J'ai donc résolu de tenter une fois encore un psy/spy. Cette fois-ci, j'ai évité de taper au hasard dans l'annuaire, c'est donc une copine qui m'a rencardé sur un psy qui suit un de ses gamins.

    Déjà, en vérifiant ses coordonnées dans l'annuaire, j'ai eu un instant d'hésitation : le monsieur figure à la fois dans la catégorie psychologue et dans la catégorie psychanalyste. Mais bon, pourquoi pas, psychanalyste j'avais pas encore tenté...

    Me voilà donc chez le monsieur. Au passage, vieille maison en pierre, vieux fauteuils confortables, tapis ancien, une ambiance avec charme et sans tape à l'oeil friqué, un ravissement ! Premier rdv de contact, je lui expose le pourquoi du comment, quisuisjed'oùviensoùvaisje.... Il me donne un rencard pour une première séance, ce soir.

    Ce soir donc, et j'ai raconté pour la énième fois l'histoire de ma vie (je finis par la connaitre par coeur celle-là !). Mais voilà : le monsieur ne parle pas. Bien sûr, il pose des questions de temps en temps. Mais il laisse surtout de grands blancs s'installer. Argh. Pour moi qui ai horreur du vide (même que si je suis là, c'est justement une question de vide existentiel), c'est LE supplice.  Au début, ça a été assez dur. J'ai d'abord été décontenancée : quoi ? il ne dit rien ? que dois-je faire ? recommencer à parler ? regarder en l'air ? lui jeter un regard surpris ? Après, j'ai pris ça comme un jeu : tu ne parles pas mon coco ? tu crois que je vais raconter n'importe quoi parce que justement je n'aime pas le vide ? Et à la fin de la séance, ça a été limite que je n'éclate pas de rire : eh oh ! j'ai arrêté de causer moi ! et toi, là, tu penses à quoi ? tu réfléchis au moins à ce que je viens de te dire ? ou tu fais semblant ? Pour résoudre mon problème existentiel, je  ne sais pas si je suis à la bonne adresse. Mais il faut avouer : j'ai terminé la séance avec la banane !

    C'est une histoire à suivre...


  • Commentaires

    1
    Fab
    Mardi 12 Mai 2009 à 01:56
    Le m?cin non plus n'a pas la r?nse ?a question quisuisjed'o?nsjeo?sje.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :