• Les Acacias

    les-acacias-10569533khert

    Comme le dit l'affiche pour présenter le film : "Un homme, une femme, un bébé, et 1500 kms". L'acacia est un arbre des forêts tropicales dont la caractéristique est d'avoir de redoutables épines sur le tronc, épines qui sont le fruit de l'évolution, et visent à protéger l'arbre des agressions des plantes parasites. L'acacia, comme une métaphore de l'écorce dont se sont entourés les deux protagonistes du film, face à la rudesse de la vie ? Des troncs d'acacias, c'est aussi ce que transporte Ruben, chauffeur routier. Pour rendre service à son patron, il accepte de prendre à son bord Jacinta, pour l'emmener du Paraguay en Argentine. Quand Jacinta arrive, Ruben découvre un passager supplémentaire : le bébé de Jacinta. Ensemble ils vont parcourir les 1500 kms du voyage.

    Un film court, tout en minimalisme et retenue. De longs plans, aucun décor, si ce n'est le décor naturel des paysages traversés, vus à travers les vitres du camion. Peu de dialogues, pas d'effusions ni de démonstration de sentiments. C'est le spectateur, en fait, qui va construire l'histoire qui se tisse sous ses yeux à partir de regards et de sourires fugaces. Le bébé, Anahi, fille sans père, va faire prendre conscience à Ruben de ce qui manque à sa vie : une femme, un enfant, peut-être.

    A noter : l'intrigue se noue autour du bébé, qui en est le personnage central. Mais comment diable a fait le réalisateur pour arriver un bébé de cinq mois de telle façon qu'on oublie qu'il s'agit  d'un film et non de la réalité ? Sourires, pleurs, endormissements... tout est là, quand il le faut. C'est bluffant autant que magique.

    C'est un film argentin, et c'est comme d'habitude une réussite.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :