• Le vent nous portera

    Tout va bien, et tu te dis que oui, vraiment, tu vas plutôt bien, comme un canot qui filerait tranquillement sur une eau bien plate, portée par un léger courant uniforme.

    Et puis comme la chanson à la mode se termine, là, dans l'autoradio, quelques notes arrivent, quelques notes il ne t'en faut pas plus pour reconnaitre une intro que tu reconnaitrais entre mille. La chanson est parfaite, parfaite, de la première note à la dernière, tout est parfait, la musique, les paroles, les arrangements, la voix de Cantat. C'est une des plus belles chansons que tu connaisses, et tu ne t'en lasses pas.

    C'est aussi une des chansons les plus tristes aussi, c'est pour ça que tu ne l'écoutes jamais volontairement. Elle te tord les tripes à chaque fois, une grande lame de fond qui remonte, un raz de marée émotionnel.

    Le vent m'emportera, la chanson de Noir Désir, qui te renvoit à ce film de Kiarostami, Le Vent nous emportera, et ce film tu ne l'avais pas vue seule, et voilà. Le temps d'un été, la salle du cinéma Jean-Vigo, son balcon ses tentures rouges, cet été où il a fait si beau, si chaud, un été d'échanges et de découvertes t'avait-il écrit.

    Tu pourrais changer de station, ou éteindre ton autoradio. Non, tu l'écoutes jusqu'au bout, jusquà la dernière note, parce que décidemment cette chanson est belle et parfaite, et tant pis si elle est triste, avec ses accords mineurs, et ce souvenir qui te lamine.

    Trois minutes et quelques, trois minutes que tu vis intensément, tout à la fois à l'écoute de la musique et de tes souvenirs, coup de chance la radio la diffuse jusqu'à la fin, et puis une nouvelle chanson arrive, que tu entends à peine. Les vagues sont toujours là, mais voilà que l'océan se calme peu à peu.

    Tu rentres chez toi, tu dis bonjour aux chats, tu te prépares une tisane, ton quotidien est là, et peu à peu, tu passes à autre chose, tu allumes ton pc et tu consultes le fil d'actualité de ton facebook.

    Finalement, ce n'était qu'une petite ride sur une eau bien plate.

     

    L'infinité des destins

    On en pose un

    Et qu'est-ce qu'on en retient ?

    Le vent nous portera...


  • Commentaires

    1
    Antiblues
    Samedi 17 Octobre 2015 à 16:31
    Un très beau ressenti, si bien exprimé (expulsé?). Des mots pour le dire, une thérapie??? :)
      • Feuilles_d_Acanthe Profil de Feuilles_d_Acanthe
        Dimanche 18 Octobre 2015 à 19:25
        Non, ça y est, j'ai dépassé ce stade. Mais parfois, on a encore besoin de dire les choses...
    2
    Bleck
    Samedi 17 Octobre 2015 à 19:50
    Un bien beau billet. Bleck
      • Feuilles_d_Acanthe Profil de Feuilles_d_Acanthe
        Dimanche 18 Octobre 2015 à 19:24
        Merci :-)
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :