• Le rebord de fenêtre

    Après une première visite de mon appartement actuel, j'avais fait une contre-visite, pour être bien sûre de moi. Je m'étais arrêtée dans la cuisine, à côté de la fenêtre, et j'avais dit à l'agent immobilier "si j'achète cet appartement, c'est pour ce rebord de fenêtre". Il m'avait répondu qu'un achat immobilier se joue souvent sur un détail qui emporte tout.

    Il était bien entendu qu'il y aurait une table et une chaise, devant cette fenêtre. C'est une grande fenêtre qui éclaire largement la cuisine, et sur le rebord de laquelle ont pris place des plans d'herbes aromatiques, mon pot de résine qui me suit depuis quelques années, et, désormais, comme tout bon chat qui se respecte, Loukoum qui, lorsque je prends mon petit-déjeuner, réclame à s'y installer.

    Depuis trois ans, je commence ma journée devant cette fenêtre. Au fil des saisons, j'y vois le jour se lever, le temps changer, j'y ai vu les arbres verdir puis se défeuiller, le petit écureuil y enjamber la voie ferrée en quelques petits bonds agiles, les trains aller et venir, et puis les arbres ont été abattus, restent encore ceux du parc, de l'autre côté des rails. J'y vois la course de la lune, les canards s'envoler par dessus le parc, les nuages filer les jours de grand vent.

    Parfois la vue est quelconque, parfois elle est splendide mais, toujours, elle me plait. C'est probablement ce qui me manquera le plus, et le souvenir le plus fort que je garderai de cet appartement : ce rebord de fenêtre.

    Le rebord de fenêtre


  • Commentaires

    1
    Bleck
    Lundi 14 Novembre 2016 à 17:58

    Ah je suis scotché... les trains... ça ne te gêne pas ??

     

    Bleck

      • Lundi 14 Novembre 2016 à 20:32

        Si je te disais qu'ils vont me manquer ?

        C'est la ligne Bordeaux/Le Verdon. Pas de trains de marchandises, et surtout, pas de TGV, longs et bruyants. Juste de petits TER, juste le temps de compter 1.2, et ils sont déjà passés. Ils rythment les journées - aucun trafic la nuit - parfois les vieilles michelines sont toutes bariolées par les graffeurs, c'est joli. Deux trains qui se croisent dans la matinée : ah tiens, il est 9 h 35 !  Les éventuels acheteurs qui ont visité mon appartement ont tous bloqués sur la voie ferrée, les sots, ce sont leurs voitures sur l'avenue en contrebas qui sont bien plus insupportables !

        Alors, je te le dis : ces trains, ils vont me manquer !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :