• Le grand pont

    Il fait un temps estival depuis la semaine dernière, du coup, pour ce week-end à rallonges, j'ai ressorti le skort et le débardeur. Le skort, je suis une inconditionnelle. C'est une jupe (skirt) qui cache un short. Pourquoi un skort plutôt qu'un short ou une jupe ? Parce que c'est aussi pratique qu'un short pour faire du vélo, mais que la jupe est plus féminine. Pas forcément facile à trouver, mais ceux que j'ai sont solides et feront plusieurs étés. Le beau temps, donc, et j'ai pu recommencer à faire du vélo avec plaisir, et en attendant la réouverture de la piscine, de la salle de sport, et du studio de yoga, ça fait du bien. 

    Week-end rythmé par l'état de santé de mon père, bien sûr. Les appels à son généraliste, puis les appels au service des urgences, où le généraliste a décidé de l'envoyer pour décider d'une hospitalisation. Les urgences, quelle galère pour arriver à les avoir, sans parler des médecins qui doivent me rappeler - les infirmiers n'étant pas habilités à délivrer des informations médicales - et ne le font pas. Mon père a finalement été admis, hier soir, en pneumologie, où on lui a détecté des problèmes… intestinaux ! et où on lui a fait passer un IRM… du cerveau. Mais un bilan complet, c'est bien ce dont il a besoin. Pour les résultats de l'IRM, il faudra que j'appelle demain, car si j'ai pu aller le voir cet après-midi, le médecin n'était pas là. Après un début de semaine difficile, la semaine dernière, je me fais à l'idée qu'avec mes parents, de toute façon, ça ira de pire en pire, et que ça sera long, et qu'il faut donc que je prenne un peu de distance si je veux tenir sur la longueur.

    Je me concentre sur le positif, les projets en cours : même si la commande de matériaux a pris du retard, j'ai prévu de faire abattre une partie du mur séparant le séjour de la cuisine. J'ai aussi acheté une machine à coudre, d'occasion, et j'ai en tête de me faire une robe dans un tissu africain. La couture, c'est génial, ça occupe les mains et ça nécessite de penser en 3D, c'est donc excellent pour le cerveau. 

    Je suis allée faire du shopping, samedi matin. A défaut d'aller Rue Sainte-Catherine, parce que je n'en n'avais pas trop envie, en ces temps de déconfinement où l'ambiance est bizarre, je suis allée dans la petite zone commerciale à côté de chez moi. A chaque magasin, il faut se passer les mains au gel hydroalcoolique, tu termines ta séance de shopping avec le mains complètement déshydratées. Le drame : pas possible d'essayer les vêtements, les cabines d'essayage sont fermées, trop compliqué de les désinfecter à chaque essayage. Je dis le drame, parce que j'ai horreur d'acheter sans essayer. Même si sais ma taille, j'ai besoin de vérifier comment la robe tombe, j'ai parfois de mauvaises surprises. Bon, j'ai quand même acheté une robe et une chemise en jean, et fait la séance d'essayage chez moi, ce qui m'a un peu frustrée : j'ai découvert que le passage en cabine fait, pour moi, partie du plaisir du shopping. J'ai donc acheté une robe qui me faisait très envie, et une jolie paire de nus-pieds, aussi, tout en étant circonspecte : je vais être, tout cet été, en télétravail deux semaines sur trois, ce qui va nettement limiter mes envies d'élégance. 

    En partant faire du vélo hier matin, j'ai croisé ma voisine du dessus qui, l'air épuisé, m'a dit "je regrette d'avoir acheté ici". En revenant, deux heures et demie plus tard, j'ai croisé celle du dessous qui m'a dit "je vais vendre et m'acheter un terrain dans les bois". Je ne suis pas la seule à trouver les nuits difficiles, en ce moment. Si, côté run des motos ça s'est calmé (nous avons été nombreux à nous plaindre auprès de l'élu en charge du quartier, et ça semble avoir porté ses fruits), une bande de gamins et de gamines s'installent dans l'aire de jeu pour enfants en face de la résidence, en milieu de nuit, avec force jacassements et rires. Et si les motos se sont calmées, un ou deux scooters puissants et, donc, bruyants, passent régulièrement et, là encore, tard dans la soirée. Pour s'endormir, c'est difficile, et quand on réussit à s'endormir, rien ne dit qu'on ne sera pas réveillé une ou deux heures plus tard… Cette nuit, toutefois a été assez tranquille pour le remarquer, et je compense régulièrement par des siestes réparatrices.

    Ce week-end, donc, fut bon, même s'il aura été limité par cette fichue situation. J'ai aussi vu ma petite-fille, qui est tout à fait adorable, et je n'ai pas résisté à la prendre dans mes bras. Du beau temps, du vélo, une jolie robe, ma petite-fille… que demander de plus ?!


  • Commentaires

    1
    Isabelle
    Mercredi 3 Juin à 13:18
    Personnellement, j’ai renoncé à m’acheter des vêtements pour cet été, je trouve que c’est vraiment trop compliqué. Et si on ne peut pas essayer les vêtements, il y en a pas mal qui, hélas, vont se reporter sur le commerce en ligne. Vivement que tout rentre dans l’ordre !
    2
    Loïc
    Mercredi 22 Juillet à 21:18

    J'ai fait beaucoup d'achats après le déconfinement. Masque et gel hydroalcoolique pour rentrer dans le magasin et avant l'essayage. Mais cabines d'essayage ouvertes. Perso, mon poids fluctue tellement que passage par la cabine obligatoire. 

    Télétravail après le déconfinement ?

    Déconfinement est un néologisme on dirait.

      • Dimanche 26 Juillet à 20:26

        Le télétravail continue, en alternance avec le travail sur site. Les équipes ont été divisées en trois, pour que les uns soient sur site quand les autres sont en télétravail, par roulement d'une semaine sur trois sur site, pour deux en télétravail, cela afin de limiter la contamination évenuelle. Mais la volonté de l'entreprise est de faire reprendre les salariés sur site dès que possible, car même si on a prouvé que le télétravail, ça marche, les managers ont encore du mal à se faire à cette idée là.

        En ce qui me concerne, j'ai été contente de reprendre sur site et de voir du monde. De fait, comme le moral est un peu fluctuant, et comme mon collègue est en congés tout le mois d'août et qu'on ne va donc pas se voir, j'ai demandé à reprendre sur site tout le mois d'août, si la situation sanitaire le permet bien sûr. Ca me fera du bien de voir du monde, et de pouvoir mettre toutes les jolies tenues que je me suis achetées en juin ! 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :