• Le chaud abécédaire de juillet

    C - Chaleur. Je ne me plains pas, on a, pour l'instant, un été superbement beau et chaud, pas de doute, cette année l'été est au rendez-vous. Ceci dit, je l'avoue, j'aimerai bien un petit orage, qui viendrait embaumer l'air et, surtout, refroidirait un peu l'air surchauffé. Il est 21 h 30, il fait 26° sur le balcon, et certainement plus chaud dans l'appartement. Le ventilateur marche quasiment en permanence, pour le plus grand plaisir de la Chatte

    C - Chattes. Il y a du mieux, c'est certain ! Par moments, c'est Tom & Jerry à travers l'appartement, mais c'est devenu globalement plus calme, La Chatte supporte mieux la Bestiole. Cette dernière s'entête à vouloir jouer avec cette grosse mémère qui gronde encore, et donne même quelques coups de pattes, mais Loukoum n'est point effrayée, et prend ça comme un jeu. Loukoum qui me fait des calins, ça, pour moi, c'est une nouveauté. Un soulagement : quand je dors, les chattes dorment aussi, et ça, compte-tenu de ma fatigue, c'est appréciable.

    E - Eté. J'aime marcher pieds nus, j'aime avoir trop chaud après avoir eu trop froid l'hiver, j'aime me promener presque nue dans mon appartement, j'aime prendre des douches autant de fois que j'ai envie, j'aime l'odeur de l'huile au monoï, j'aime dormir dans un lit aux draps tout blancs et accueillants, j'aime mes jardinières en fleurs, j'aime sentir l'air sur mes jambes nues, j'aime les soirées qui se prolongent, j'aime le moment où l'air bascule de la chaleur à la fraîcheur, j'aime voir les hirondelles fendre le ciel de leurs cris stridents.

    F - Fatigue. Je finis par accepter le fait que je sois tout le temps fatiguée, effet secondaire du neuroleptique que je prends depuis deux ans. Parfois je suis très fatiguée, parfois je suis juste fatiguée. C'est comme ça, et en ce moment, ça ne m'empêche pas de sortir, de bouger, alors ça va, j'en prends mon parti.

    N - Non. Non, je n'ai pas envie de sortir avec un homme, et non, quand je dis non, c'est non. Hier soir, lors d'une soirée, j'ai plu à un homme. Gentil garçon, intéressant et je me suis laissée embrasser. Oui mais voilà, j'ai mal vécu son insistance par la suite (on va au lit ? non. oh, allez, on y va ? non. Et pourquoi non ?) Zut et re-zut : quand une femme dit non, c'est non, point barre et pourquoi en plus faudrait-il nous justifier ?. Bref, ça, ça m'a refroidit, et puis voilà, je suis bien toute seule, je sors de dix années compliquées, entre échecs sentimentaux et apprentissage du célibat, et maintenant que je suis bien, seule, je n'ai pas envie de compromettre ce "bien". Donc, non.

    P - Piscine. Ce matin, je me suis levée tôt, assez tôt pour faire l'aller-retour sur Andernos pour profiter de la piscine. Pourquoi faire 80 kms (aller/retour) pour aller à la piscine ? Parce que la piscine d'Andernos est à l'eau de mer, et que c'est très agréable. Ce matin, de surcroit, il n'y avait pas foule, et j'ai pu en profiter un bon moment, dans une atmosphère très calme.

    R - Réveil. Matinal. Depuis un mois environ, je teste le réveil matinal. C'est à dire que je me réveille plus tôt - 6 heures contre 6 h 30 voire 7 h  habituellement. Cela me permet de profiter de la fraîcheur du petit matin, des jolies couleurs du lever de soleil, et comme il y a encore peu de circulation sur l'avenue, je peux prendre le petit déjeuner sur mon balcon. J'ai découvert qu'à 6 heures du matin, les hirondelles virevoltent déjà dans le ciel, pour mon plus grand plaisir. J'applique le réveil matinal même le week-end, avec une variante : je me lève, je déjeune, je prends l'air sur le balcon, j'arrose les plantes, et je repars au lit. Je me rendors environ deux heures, et je me réveille en bien meilleure forme que si j'avais fait une grasse matinée habituelle. Je trouve ça bien. Les jours étant plus longs, je me couche plus tard, ce qui entraîne un déficit de sommeil et une fatigue accrue Je compense en faisant la sieste le week-end. Je trouve ce système tout à fait satisfaisant. Ce matin, je ne me suis pas recouchée car j'étais en pleine forme. J'en ai profité pour aller à la piscine d'Andernos, j'ai donc eu le plaisir d'être sur le Bassin alors qu'il y faisait encore frais, l'air sentait bon l'iode et c'était agréable, et, donc, j'ai bien profité de la piscine.


  • Commentaires

    1
    Bleck
    Lundi 20 Juillet 2015 à 09:00
    Oui ou non ? Sujet autant sexué qu'intarissable... Situation que nous connaissons tous. Une femme n'à pas à se justifier ok, mais c'est conceptuel il s'agit de quelque chose comme d'un code... Alors faut-il travailler à casser les codes. Qu'est-ce qui justifie l'attitude (souvent son insistance) de l'homme, le désir comme pour la femme qui c'est laissée avec délice "approcher" (encore un code...) "ah ben ui, mais maintenant je veux plus !!" Ah ! - Le code cet embarras (à conjuguer au masculin comme au féminin.) Bleck
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :