• La rentrée

    Les vacances, hélas, ça a une fin. Comme de plus en plus souvent, j'ai eu beaucoup de mal à reprendre. Je ne suis jamais aussi bien que lorsque je suis en vacances, payée à rester chez moi à faire ce que je veux. Mais il a fallu retourner au bureau, plus désabusée que jamais. J'ai passé les deux premiers jours à me demander ce que je foutais là, à faire un boulot auquel je ne comprends rien, dans une boîte que je n'aime pas. Heureusement qu'il y a les collègues !

    Tant qu'à rentrer, autant faire les choses différemment. Cette année, je reprends le télétravail, à raison de deux, voire trois, jours par semaine. En fait je ne suis plus sur site que les mardi et mercredi. Le but : éviter de perdre du temps, de l'énergie, de l'argent, dans les embouteillages du matin et du soir. Je me lève toujours aussi tôt mais plutôt que de trépigner, pied sur l'embrayage, je vais prendre l'air et marcher dans mon quartier. Lundi, je suis allée dans le petit bois pas très loin, et j'ai pu profiter de la course des écureuils dans les pins. Et le jeudi, je profite des moments de calme entre deux réunions pour m'occuper de ma lessive et passer l'aspirateur. Résultat, j'ai l'impression d'être en week-end de plus en plus tôt, et ça c'est plutôt pas mal.

    Sinon, en vrac, mon quartier n'est pas aussi calme que j'aurai aimé, mais je fais avec et puis surtout, je vois une psychologue pour résoudre ce problème de surréaction au bruit, je me suis fait mal aux lombaires en faisant du sport, mais je continue à faire du sport et du yoga, parce que ça me soulage, et que je suis contente de retrouver le rythme d'avant covid. Mon nouvel appartement se révèle être une vraie passoire thermique, à peine je m'approche des fenêtres que je sens déjà l'air frais - voire froid - y passer. Ca promet pour cet hiver ! Ce matin, j'ai rajouté une couverture à ma couette. Les choses s'arrangeant rarement toutes seules, j'ai dû aller chez Renault changer un des feux de stop qui avait rendu l'âme - une ampoule en 10 ans ça peut aller - j'en ai eu pour la somme astronomique de 2 euros 39, et le type m'a fait les niveaux en même temps. Du coup, je lui ai laissé la pièce, ça me paraissait la moindre des choses. Côté réjouissances, ma petite fille a eu trois ans le mois dernier et on a fêté ça, elle a fait sa première rentrée scolaire, et ce samedi on fête les anniversaires de ses parents, tous deux nés en septembre. Il y a quinze jours, mon frère est descendu pour le week-end et ça m'a fait bien plaisir ! A peine le temps de savourer quelques semaines d'été, et nous voilà déjà en automne, et ça c'est moins bien, j'appréhende toujours l'arrivée des mois froids et sombres. Mais pour l'instant, le moral est bon, profitons-en. J'ai arrêté de regarder la télé, que je ne regardais déjà pas beaucoup, pour me tourner définitivement vers la radio, France Info aux heures des infos, Radio Campus comme bande son de mes journées de télétravail. Et je lis, bien sûr, en ce moment j'ai l'essai de Vigarello, Histoire de la Fatigue, sur ma table de chevet, c'est long à lire mais c'est passionnant, j'alterne avec Metro 2033 un roman de SF d'un roman russe. Le hasard : c'est mon frère qui m'en a parlé cet été, il en avait entendu parler sur France Inter. Et sur ce, je le vois sur le bureau d'un de mes collègues ! Du coup, celui-ci me l'a passé - c'est un des avantages du boulot, on y échange régulièrement bouquins, bd ou revues, et je trouve ça génial. Sur ma table de chevet il y a aussi la Petite histoire des religions de Frédéric Lenoir, et les Yoga Sutras de Patanjali, texte fondateur du yoga côté philosophie, parce que le yoga, ce n'est pas qu'une question de tenir debout sur la tête !

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :