• Là, je prends des risques

    Ma mère a la maladie de Parkinson. C'est pas nouveau, ça fait quinze ans qu'elle a été diagnostiquée, et la maladie évolue lentement. Comme si ce n'était pas suffisant, elle est atteinte depuis quelques années d'une dyplopie occulaire, c'est à dire que ses deux yeux ne convergent plus tout à fait, et qu'elle a un décalage dans vision. C'est pas bien marrant tout ça, je suis bien d'accord, ça fait beaucoup pour la même personne. Ma mère est maintenant une petite chose de 38 kgs, pas bien assurée dans ses mouvements, et qui ne voit pas bien.

    Mais ma mère conduit toujours. Elle prend le volant de sa voiture, et va à son cours de gym. En pleine ville. "Mais je fais très attention et je vais très lentement". Argh. Le genre d'argument qui me met en colère à chaque fois. Car je me mets en colère. Je me suis déjà accrochée avec mes parents - ils sont bien deux - il y a dix-huit mois, à ce sujet. Je trouve irresponsable de conduire dans un tel état. Mais ma mère botte en touche "la neurologue a dit qu'il fallait que je garde mon autonomie" et mon père la soutient - c'est tellement plus confortable de la soutenir que d'aller contre.

    J'ai de nouveau soulevé le problème il y a quinze jours, lors d'une visite chez eux, apprenant qu'elle venait de casser une roue de sa voiture "mais ce n'est pas de sa faute, il y avait des travaux sur la route" dixit mon père "mais ce n'est pas qui est ennuyeux, le plus grave, tu te rends compte, c'est qu'il m'a fallu quinze jour pour retrouver une roue !". Mais bien sûr.

    J'ai pris le taureau par les cornes, et devant leur refus de regarder le problème en face, j'ai appelé leur généraliste, la semaine dernière. Qui a botté en touche, et m'a renvoyé vers la neurologue qui suit ma mère... Bravo le toubib, c'est pourtant lui qui fait les renouvellements de médicament de ma mère, il ne peut pas dire qu'il ne connait pas son état de santé.

    J'ai donc appelé la neurologue cet après-midi. "C'est ennuyeux vous comprenez, lui interdire de conduire c'est la priver encore davantage de sa liberté de mouvement". Ok Docteur, mais vous n'êtes pas sans savoir qu'elle a aussi un problème occulaire, ça fait beaucoup, non ? "Bon, je vais en parler avec elle...". Elle non plus je ne l'ai pas sentie motivée.

    La réalité est là : si un examen médical existait pour vérifier l'état de santé des conducteurs, ma mère se retrouverait avec une interdiction de conduire. Mais voilà, l'examen n'existe pas, hélas, et les professionnels de santé n'ont pas envie de plomber le moral d'une malade déjà assez déprimée comme ça par son état de santé.

    Oui, mais. Mais si elle a un accident ? Si elle blesse quelqu'un ?  J'avais un oncle, il y a quelques années, qui devenait sénile, et conduisait toujours. Il n'a blessé personne, heureusement, mais il a lui-même abîmé sa voiture deux ou trois fois, tant et si bien que son fils lui a un jour retiré les clés de la voiture. 

    Je ne suis pas fière d'avoir dû intervenir auprès des médecins de ma mère, mais j'estime avoir pris mes responsabilités, et je suis un peu écoeurée de la façon dont eux ne prennent pas la leur.

    Bien sûr, si ma mère apprend ça, ça va être le drame. Mais, de toute façon, je suis déjà la méchante fille au mauvais caractère. Je serai désormais la méchante fille au mauvais caractère et qui en plus se mèle de ce qui ne la regarde pas. Oui mais au moins, j'ai la conscience tranquille.


  • Commentaires

    1
    Bleck
    Mardi 3 Novembre 2015 à 17:31
    Bien Acanthe, bien... Bleck
    2
    Berthoise
    Mercredi 4 Novembre 2015 à 12:57
    Difficile les parents qui vieillissent. Ceci dit, les parents qui meurent après une maladie douloureuse sans avoir eu le temps de vielllir, c'est pas terrible non plus. Bon courage et non, tu n'est pas une méchante fille.
    3
    Antiblues
    Jeudi 5 Novembre 2015 à 11:54
    Pas facile comme décision à prendre quand il faut faire acte d'autorité envers ses parents et inverser les règles du jeu en quelque sorte... Si tu estimes qu'elle est vraiment dangereuse pour elle-même et les autres, tu peux envisager une démarche à la préfecture pour entamer une procédure de retrait de permis ... Pas évident! Moi je n'ai pas eu à le faire, sous une "amicale" pression, et l'incapacité physique aidant, mon père a fini par renoncer à plus de 90 ans !!
    4
    Feuilles_d_Acanthe Profil de Feuilles_d_Acanthe
    Samedi 7 Novembre 2015 à 21:42
    Merci pour vos commentaires et vos encouragements. Je n'irais pas plus loin, j'estime avoir fait le nécessaire. Cette semaine, en farfouillant sur le net (Google est ton ami), j'ai trouvé ce que je cherchais, sur le site de la prévention routière : la diplopie est une contre-indication à la conduite automobile. Aucun des ophtalmologues que ma mère a consulté ne lui aura dit. En fait, les médecins sauf tout à fait ignorants des contre-indications à la conduite. Une loi instaurant une visite médicale obligatoire régulière serait bienvenue ! J'ai imprimé le document, je le garde dans mon sac à main, je le donnerai à ma mère si j'apprends qu'elle continue à conduire. Difficile, en effet, de se trouver confronté aux parents vieilissants. D'autant que je n'ai pas l'intention, mais alors, pas du tout, de devenir le parent de mes parents.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :