• La crise, et la tornade

    La tornade, c'était moi, en fin de journée. J'ai rangé la cave, rangé le placard du dégagement et fait du tri, et pareil dans le placard de la deuxième chambre, le tout en deux heures. La cave étant au rez de chaussée, j'ai dû faire de multiples allers et retours, j'ai grimpé et redescendu l'escalier un grand nombre de fois. J'ai aussi faire quelques allers et venus à la poubelle, ainsi qu'au container de recyclage de vêtements. Je n'en reviens pas de l'énergie que j'ai déployé en deux heures ! Par contre, le placard de ma chambre devra attendre, je n'avais plus le temps de m'en occuper ce soir. Là encore, il y a du rangement et du tri à faire ! 

    Avant ça, j'avais passé ce midi et une partie de l'après-midi dans les Landes, chez mon frère. L'autoroute étant bouchée, à l'aller comme au retour, je suis passée par les petites routes du sud de la Gironde, en plein parc naturel des Landes de Gascogne. Il faisait très beau aujourd'hui, et ce fut un vrai plaisir de rouler, tranquillement, sur les petites routes landaises. 

    Je m'attendais à trouver mon frère et ma belle-soeur derrière leur comptoir - mon frère a monté une petite cave à bière dans son village, doublée récemment d'un petit point de restauration rapide - mais seul mon frère était là, à mon grand étonnement. Mon frère a assuré le service, seul, comme un chef, souriant et disponible, comme toujours. C'est seulement lorsque nous nous sommes retrouvés seuls qu'il a tombé le masque et affiché son désarroi. Il est en effet en pleine crise conjugale, ce à quoi je ne m'attendais certes pas, fusionnels comme ils le sont tous les deux depuis leur rencontre, il y a sept ans. Et bien il n'y a pas que moi à souffrir d'angoisses d'abandon, avec ce que ça comporte de complications pour vivre en couple. J'ai essayé de réconforter mon frère et de lui apporter mon aide avec tout ce que j'ai pu apprendre moi-même ces dernières années. J'aimerais pouvoir penser que ça l'aidera à son tour. En écoutant mon frère, je n'ai pu m'empêcher de maudire mes parents, ma mère et son insensibilité, mon père et sa méchanceté, qui nous ont donné un si mauvais départ dans la vie, dont nous payons encore le prix aujourd'hui. Le pire étant encore à venir, mon frère a des problèmes de santé, une échographie a détecté un nodule au foie, et il doit passer prochainement un irm pour en savoir davantage. Je suis repartie de chez lui avec le coeur gros.


  • Commentaires

    1
    bleu
    Dimanche 20 Août à 23:27

    Mon conseil, à la lecture de tout ça, c'est de ne pas perdre ton temps à maudire les gens qui t'ont fait du mal (qu'il s'agisse de tes parents ou d'autres personnes). D'une part, c'est leur accorder de l'importance, et même de leur consacrer un temps qu'il ne méritent pas forcément. D'autre part, c'est forcément un bagage que tu vas porter avec toi, et qui va te peser tout le long du chemin que tu choisiras de parcourir.

    C'est évidemment plus simple à dire qu'à faire, mais savoir faire preuve de détachement vis à vis de ces sentiments négatifs est bien souvent salvateur. C'est pas facile, mais ça s'apprend.

      • Mardi 22 Août à 20:35

        Tu as raison, bien sûr, mais comme tu le dis, ce n'est pas facile !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :