• L'Abécédaire de l'Automne

    A - Automne. Nous y voilà, sans aucun doute, même si l'été a joué les prolongations ces deux dernières semaines, avec de belles après-midi très chaudes. Les petits cyclamens ont pointé leur nez il y a déjà un mois, tout comme les petites fleurs blanches des éléagnus, et la lumière a déjà pris cette teinte chaude qui caractérise l'automne. Aujourd'hui, c'est la douche froide, au sens propre du terme, une bonne grosse pluie opiniâtre tombe depuis cet après-midi, et il faut que je me résolve à remettre un pantalon et des chaussures fermées, demain matin. 

    C - Cinéma. Va voir Antoinette dans les Cévennes. C'est une jolie comédie, et un beau portrait de femme libre.

    E - Envie. Tu sais de quoi j'ai envie en ce moment ? De deux semaines sur une île déserte, au soleil, bien au chaud, avec une piscine olympique, une chambre d'hôtel avec de grands rideaux blancs se balançant devant de grandes porte-fenêtres ouvertes, surtout pas de clim, et juste un maître d'hôtel pour m'accueillir avec le sourire quand je descendrai au restaurant mettre les pieds sous la table, et puis une masseuse silencieuse quand j'aurais besoin de papouilles. Personne d'autre, pas de télévision, pas de smartphone, rien que moi, le soleil, la mer et le repos. Et surtout pas de masque !!!

    M - Ménage. J'aime que tout soit bien net chez moi, mais il y a des fois où le ménage me pèse. La chasse à la poussière, jamais gagnée, le sol à laver, épuisant. Sylviane et Laurent me disant, vendredi, qu'ils allaient prendre une femme de ménage, j'avoue y avoir pensé. Juste deux heures par mois, pour laver les sols et, de temps en temps, les vitres, ça me soulagerait. Mais ce soir je suis rentrée, pas forcément pleine d'énergie mais motivée, et j'ai fait ma salle de bain à fond, j'ai déclaré la guerre à la poussière et au tartre, sous l'œil encourageant de Loukoum. N'empêche, face à la poussière et à la saleté je me sens Sisyphe, trop souvent.

    O - Ordinateur. Mon pc vient de me faire deux écrans bleus (BSOD, l'écran bleu de la mort qui tue) coup sur coup, c'est pas bon signe ! 

    P - Pandémie. On ne fêtera pas les 50 ans de Sylviane, au vu des circonstances, trop compliqué de se réunion tous ensemble, il ne fait plus assez beau pour fêter ça dehors, ses parents sont âgés donc à risque, et puis il y a ceux qui psychotent, on met le masque, on le met pas, comment on respecte les distances quand on a tous un verre à la main ? De son côté l'Ehpad vient de raccourcir ses horaires de visite, ce qui m'oblige à m'adapter pour aller voir ma mère, genre aller au ciné ou voir ma mère faut choisir. Il nous emmerde sacrément, ce foutu virus. 

    P - Psy. Ne pouvant louper une réunion importante, au boulot, j'ai dû annuler mon rdv chez Monsieur Psy. Je lui ai envoyé un mail pour le prévenir (il préfère être joint par mail) en m'excusant et en lui demandant de me proposer un nouveau rendez-vous. Il m'a répondu laconiquement qu'il avait bien pris note de l'annulation du rendez-vous… et rien de plus. Je suppose que j'ai perdu Monsieur Psy. Voyons le bon côté des choses : il doit penser que je n'ai pas besoin de psy. Heureusement que Madame Psy, elle, est bien là et fidèle à nos rendez-vous, parce que j'ai quand même un peu beaucoup besoin d'évacuer tout ce à quoi je dois faire face, depuis quelques temps.

    R - Règlement de comptes à OK Corral. J'avais prévu de me coucher tôt, mercredi dernier, quand j'ai entendu un grand remue-ménage pendant que je me démaquillais. J'ai passé la tête sur mon balcon, pour découvrir, sous mes fenêtres, trois voitures de police, des flics casqués, des flics avec des chiens, des flics avec des talkie-walkies. Et, dix minutes plus tard, les CRS ont débarqué… Une bande de Kurdes faisait une descente dans le quartier, pour en découdre avec une bande de Turcs non-kurdes. La vue des CRS a calmé tout le monde, les Kurdes ont tournicôté dans le quartier un certain temps, mais le lendemain les flics étaient toujours là, au grand dam des dealers du quartier dérangés dans leurs petites affaires, et le calme est revenu. La banlieue bordelaise, c'est pas la banlieue parisienne, on fait juste semblant. Tant mieux, je voudrais pas que le prix de mon appartement en pâtisse ! 


  • Commentaires

    1
    Loïc
    Vendredi 16 Octobre à 20:59

    C - Concernant le ménage, pour moi aussi, c'est une vraie galère et en plus, j'ai des bibliothèques ouvertes alors les livres prennent toute la poussière. Il faut les prendre un par un et les dépoussiérer. Trop de bibelots partout à déplacer. J'ai un grand tapis 2.5/2.5M qui est un vrai attrape poussières. Et plein de choses comme ça. Mais comme je ne travaille pas en ce moment, je ne me vois pas prendre une femme de ménage et même autrement, même si c'est une corvée pour une personne vivant seule, ça n'a rien à voir avec des familles avec des enfants dans de grandes maisons. C'est pourquoi, je ne prendrai jamais de femme de ménage.

    T - Tu as une psy de secours au cas où ?

    P - pour la descente de flics, comment sais tu exactement les tenants et aboutissants ? Tu les a lus dans la presse ?

      • Jeudi 22 Octobre à 20:09

        Le ménage c'est vraiment pénible quand je suis fatiguée, sinon ça peut aller, avoir un appartement propre et bien rangé est tout de même agréable. Donc je me motive ! 

        Oui, je te rassure, j'ai un autre psy, bien présente !

        Pour les kurdes il y a eu un article dans la presse locale en effet.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :