• Jungle

    Lorsque j'ai aménagé en début d'été dernier, j'ai découvert, à quelques mètres de ma terrasse suspendue au second étage, une jungle d'arbres, de buissons et de lianes emmélés, qui me semblait sans limites, ce qui, en pleine ville, me faisait rêver...

    A l'automne, j'ai découvert, les arbres se dénudant, que la "jungle" ne semblait pas si étendue que cela, et cet hiver, j'ai constaté que deux résidences se cachaient derrière la végétation. Même si cet espace boisé n'était pas si grand que je me l'était imaginé, je me trouvais bien chanceuse d'avoir un tel paysage devant mon appartement, avec l'impression, en plein été, d'être ocupé de la ville alentour.

    Mais voilà, j'ai constaté cette semaine, en rentrant chez moi le soir, que la jungle était désormais nettoyée, chaque jour davantage. Adieu arbres et broussailles :-(   Certes quelques arbres subsistent encore, notamment en bordure du Serpent, le ruissseau qui marque la limite entre la résidence et la jungle (ou plutôt désormais, l'ex-jungle), mais de chez moi je vois le sol, sableux, de ce vaste espace. Je pense que dans les mois à venir, une  nouvelle résidence va s'élever à l'endroit où, l'été dernier, je voyais batifoler un écureuil roux qui faisait le bonheur de mes petits déjeuners sur ma terrasse.

    Au début des années 2000, les programmes d'urbanisation avaient été mis à l'arrêt, la municipalité ayant souhaité préserver le maximum d'espaces verts. Mais depuis cinq ans, on assiste à une urbanisation galopante, que rien ne semble pouvoir freiner. Le moindre terrain libre est colonisé, selon sa taille, par un groupe de maisons individuelles, mais sans jardin, ou une résidence. Ces résidences restent à taille humaine, deux étages pas plus. Comme celle où je vis en fait. Car j'ai beau râler, j'avoue que j'ai bien été contente de trouver un appartement à deux pas du centre ville, et que j'ai apprécié d'aménager dans un appartement neuf.

    Mais cela me fend le coeur de voir disparaitre cette végétation luxuriante à laquelle je m'étais habituée, et de devoir renoncer à cette impression grisante d'être dans les arbres, sans parler de tous les oiseaux - et de l'écureuil - qui vont certainement aller se cacher ailleurs - s'il leur reste encore quelques espaces où se réfugier.

    J'ai également la sensation d'assister à une profonde modification du tissu urbain, à la fin d'un monde et au début d'un autre, un monde de briques et de bêton, de rues encombrées de véhicules toujours plus nombreux, de bruit et de fumées de pots d'échapement.


  • Commentaires

    1
    Tonax
    Dimanche 25 Mars 2012 à 17:58
    Je comprends que ça te fende le coeur de voir disparaître cette végétation foisonnante. Déjà, rien que la simple transformation de la nature en espace vert où tout doit être propre et net, c'est énervant.
      • Feuilles_d_Acanthe Profil de Feuilles_d_Acanthe
        Dimanche 25 Mars 2012 à 22:45
        Tu as raison, ce que j'aimais c'était ce fouillis, naturel, et tellement inattendu en ville.
    2
    Loïc
    Dimanche 25 Mars 2012 à 21:55
    Je te comprends, Carla. Il y a quelques temps je discutais avec un ami qui venait de faire construire une maison basse consommation en périphérie de Rennes. Il en était fier, fier qu'elle consomme si peu d'énergie etc. Mais d'un autre côté, lui dis-je, il y a encore un an, à l'endroit où se situe aujourd'hui ta maison, la nature régnait, un écosystème existait et ta maison aussi écolo soit-elle a empiété et détruit tout ça.Il faudra qu'un jour, on arrête d'étendre les villes et puis évidemment, c'est important de garder au sein des villes des espaces naturels. Moi, je pense que la solution, ce sont les gratte-ciels mais bon, en France, on n'est pas trop fan...
      • Feuilles_d_Acanthe Profil de Feuilles_d_Acanthe
        Dimanche 25 Mars 2012 à 22:51
        Dans les années 70, il y a eu qq chose comme ça, une idée de faire des villes en hauteur, sur une plateforme (un premier étage en qq sorte) qui aurait accueilli habitations (sans parler de gratte-ciels ça y ressemblait bien quand même), bureaux et espaces verts, et, au ras du sol, il y aurait eu parkings et avenues. A Bordeaux il y a un quartier qui a été conçu et construit sur ce modèle, le quartier Mériadeck, il faudra que je fasse un article sur le sujet, car c'est intéressant. Actuellement la tendance, sur l'agglomération bordelaise, c'est un habitat compact (forcément, les terrains libres sont plus petits qu'autrefois), mixtes, de maisons mitoyennes et de bâtiment (basse consommation ) de trois/quatre étages, rarement plus.
    3
    Feuilles_d_Acanthe Profil de Feuilles_d_Acanthe
    Dimanche 25 Mars 2012 à 22:55
    Finalement, les arbres en bordure du terrain ont bien été conservés, de même que qq grands arbres épars sur le terrain de l'ex-jungle. Je craignais beaucoup pour l'écosystème des oiseaux, mais ils ont semblent-il encore de la place. Outre les pies et les tourterelles, j'ai aperçu un couple de mésanges charbonnières aujourd'hui, ainsi que toute une bande de geais particulièrement bruyants.
    4
    Feuilles_d_Acanthe Profil de Feuilles_d_Acanthe
    Lundi 26 Mars 2012 à 21:34
    Tout n'est pas perdu -ou au moins j'espère : ce soir, c'est bien une buse que j'ai vu dans le ciel, qui passait au-dessus de la résidence !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :