• Journées du patrimoine - 2

    Bon, d'accord, c'est pas l'endroit où l'on pense faire une visite guidée. Mais j'aime beaucoup les cimetières, je trouve ça joli. Je ne sais pas pourquoi, mais je ne parviens pas à trouver ça triste, probablement, je l'admets, car je n'ai encore perdu personne de proche.  Et tant pis si j'ai l'air un peu fêlé. Un cimetière, c'est calme (forcément), les tombes sont différentes, il y a des choses à voir, des noms du XIXème siècle, des caractères typographiques des années 20, des ferronneries anciennes. Les cimetières sont très différents, d'une région à l'autre, c'est intéressant de comparer les différences. Dans un petit cimetière vers Poitiers, où vit le plus jeune de mes frères, les femmes sont enterrées sous leur nom de jeune fille, leur nom d'épouse étant mentionné à côté.

    J'ai une certaine reticence à prendre des photos d'un cimetière, malgré tout l'intérêt que j'éprouve, je n'ai donc pris qu'une photo, d'une inscription figurant sur une tombe.

    cimetierre
     
    (Bonne mère et bonne épouse, voilà qui ne sera pas inscrit sur ma tombe. Dommage, j'aimais bien cette formule désuète)

    Cette visite était intéressante. J'avais doncdéjà constaté que les tombes étaient différentes, mais je n'avais jamais étudié ces différences. Il y a des tombes qui rappellent les catafalques anciens, d'autres d'inspiration gothique. Le monsieur qui nous faisait la visite nous a également fait un historique des cimetières en France, d'abord enclos autour de l'église, puis éloignés du centre des villages ou des villes, pour diverses raisons, dont certainement des raisons d'hygiène. Il a également mis en évidence le paradoxe qu'il y a à s'intéresser aux rites funéraires anciens, via l'archéologie, et ignorer l'art funéraire plus récent. De fait, il y a malheureusement bien des choses qui disparaissent, faute que l'on s'y intéresse. Par exemple, les croix en ferronnerie qui ornaient les tombes du XIXème siècle. Pendant une certaine période, également, on entourait les tombes de grilles en fer, ou de chaînes, pour tracer les limites de la concession.

    Les inscriptions, messages des vivants aux morts, changent. Les "regrêts éternels" laissent la place à des phrases extraites de chansons de Goldman ou Cabrel.

    Après la visite, je me suis attardée, je suis allée sur la tombe de mon grand'père et de ma grand'mère. J'ai longtemps été dérangée du fait qu'il n'y ait pas de tombes, ni de souvenirs familiaux, au-delà de mes grand'parents. J'aurais eu besoin de me situer dans une généalogie plus longue. Mes grand'parents ont disparu trop tôt pour me transmettre quoi que ce soit. En attendant, je cherche ce que je pourrais mettre, comme plante, sur cette tombe. C'est un peu désolant, c'est trop minéral, ces fleurs en céramiques sur le granit.

    Comme je suis bavarde, j'ai entamé la discussion avec le gardien du cimetière. Pour moi, il a ouvert ses grands livres, dans lesquels sont répertoriés les concessions, et, il faut bien le dire tel quel, les morts qui sont enterrés là. Ces registres permettent de retrouver la tombe d'une vieille tante oubliée, et de savoir aussi la durée d'attribution d'une concession. Difficile de se faire enterrer à Pessac, désormais, le cimetière est plein et la liste d'attente pour obtenir une concession est très longue. J'ai, accessoirement, appris une chose importante : à défaut de pouvoir s'y faire enterrer, on peut se faire incinérer et faire sceller son urne sur une tombe de la famille.

    Bon, je sais, ça fait assez glauque de parler de ça. Sauf que cela me préoccupe, parce que je n'ai pas envie que mes fils, quand ils devront faire face à ma disparition, doivent en plus de leur chagrin, faire face à ces questions matérielles.

    Mais je ne dois pas être tout à fait normale. Ce soir je pense à mon enterrement, et ce matin j'ai fondu en larmes chez mon psy en parlant du nounours de mon enfance. "Elle était gentille, mais un peu bizarre quand même". Ce devrait être une bonne épitaphe.

     

    Trempe dans l'encre bleue du Golfe du Lion,
    Trempe, trempe ta plume, ô mon vieux tabellion,
    Et de ta plus belle écriture,
    Note ce qu'il faudra qu'il advint de mon corps,
    Lorsque mon âme et lui ne seront plus d'accord,
    Que sur un seul point : la rupture.


    Mon caveau de famille, hélas ! n'est pas tout neuf,
    Vulgairement parlant, il est plein comme un œuf,
    Et d'ici que quelqu'un n'en sorte,
    Il risque de se faire tard et je ne peux,
    Dire à ces braves gens : poussez-vous donc un peu,
    Place aux jeunes en quelque sorte..


  • Commentaires

    1
    Feuilles_d_Acanthe Profil de Feuilles_d_Acanthe
    Mardi 20 Septembre 2011 à 22:30
    Brassens !
    2
    l-homme-des-cavernes
    Mercredi 21 Septembre 2011 à 15:44
    Moi aussi j'aime les cimetiéres,même si j'ai toutes les peines du monde à me rendre sur les tombes de mes proches. Le cimetiére du Pére Lachaise est magnifique !
      • Feuilles_d_Acanthe Profil de Feuilles_d_Acanthe
        Mercredi 21 Septembre 2011 à 22:14
        Voilà bien un endroit de Paris que je ne connais pas. Toujours eu autre chose à voir, à visiter !
    3
    gabrielle
    Mercredi 21 Septembre 2011 à 20:58
    de toute façon il faut s'y habituer...c'est là où nous allons passer bcp bcp de temps...c'est combien la durée des concessions alors?
      • Feuilles_d_Acanthe Profil de Feuilles_d_Acanthe
        Mercredi 21 Septembre 2011 à 22:16
        Ca dépend pour combien de temps on "s'installe", 10, 20, 30 ou 99 ans... Par contre, je n'ai aucune idée des tarifs (au m² ?).
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    4
    GABRIELLE
    Jeudi 22 Septembre 2011 à 19:53
    et apres les 10/20/30 ans il se passe quoi?
      • Feuilles_d_Acanthe Profil de Feuilles_d_Acanthe
        Jeudi 22 Septembre 2011 à 21:24
        Si la famille ne renouvelle pas la concession, tes jolis petits os - ce qu'il en reste - sont déterrés et mis dans une fosse commune, du moins je crois, il faudra que je me renseigne. Peut-être qu'écologiquement, on devrait les brûler pour en faire de l'engrais. Et la concession est louée à une autre personne, ou une autre famille.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :