• Je suis déléguée syndicale...

    Et j'en ai honte quand j'assiste à certaines réunions. Nos interlocuteurs habituels ont changés, et nous avons aujourd'hui en face de nous deux femmes, une avec laquelle nous avons déjà travaillé sur certains dossiers, et que je n'apprécie pas plus que ça mais que je respecte, et une nouvelle venue, dans la société depuis longue date, que je ne connaissais jusqu'à présent, sinon de nom, mais vis à vis de laquelle j'ai eu immédiatement bcp de sympathie. J'espérais que les réunions à venir seraient différentes des affrontements pénibles et sans pitié que nous avions pu vivre jusqu'à présent. Après la réunion de ce matin, j'en suis moins sûre. Les cégétistes sont toujours aussi bornés, la cfdt toujours aussi pleine de morgue, les autres syndicats - dont le mien - toujours aussi inexistants. A notre décharge : la coalition cfdt/cgt s'entend très bien pour nous mettre mal à l'aise et nous rappeler leur prépondérance, situation dont les précédents DRH ont su jouer. A notre charge : nous sommes trop nombreux. La plupart d'entre nous ne souhaite pas renoncer à son mandat, alors que si nous nous unissions sous une seule bannière syndicale, nous serions bien plus forts et, de fait, bien plus efficaces (et l'efficacité visée par un syndicat devant être la sauvegarde des intérêts des salariés, faut-il le rappeler ? oui car parfois on fini par avoir des doutes...). Je l'ai déjà proposé, notamment dans l'optique des prochaines élections CE/DP, mais je suis bien trop utopiste pour mes petits camarades viblement. Demain, le délégué central de la cfdt nous convoque à une réunion intersyndicale pour élaborer un tract. Objectif annoncé (il ne s'en cache pas) : faire "tomber" le drh en chef. Ce délégué là étant aussi élu CE, élu DP, membre du CCE, membre du conseil d'administration... il y a belle lurette qu'il ne met plus son réveil pour se lever le matin pour aller bosser sur un poste de travail 7 heures durant. Il conçoit l'action syndicale comme une lutte, un bras de fer permanent avec la direction, et comme il est extrèmement tordu, il mène depuis plusieurs années une partie d'échec dans laquelle nous sommes tous des pions... je sors souvent des réunions avec l'envie de vomir, de tout laisser tomber, mais je sais que ce qu'il cherche, c'est le pouvoir, y compris par la disparition des autres organisations syndicales. Féru d'histoire il se rêve Napoléon, Mitterrand... bref, nous avons en effet notre petit Staline à nous...


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :