• Il fait trop beau

    pour bloguer.  Il fait même trop beau pour bosser d'ailleurs, et demain j'espère bien profiter de ma journée de libre.

    Parce qu'il fait assez beau pour : sortir le  hamac pour y lire  un livre (L'Heptaméron, de Marguerite de Navarre avec qui je vais probablement passer une partie de l'été, et, entre deux chapîtres, un roman d'un autre genre, L'Analyste, de J. Katzenbach par exemple, un bon thriller), ou en ne lisant rien du tout aussi,  ou se prélasser au frais en regardant un muet-muet d'Ozu. Un muet muet, c'est encore plus muet qu'un film muet, parce généralement les films muets ont un accompagnement musical, alors que certains muets n'ont aucun accompagnement, c'est donc ce que j'appelle un muet-muet. Drôle de sensation au départ d'ailleurs, mais pas déplaisante. Il fait assez beau pour faire des ballades à vélo, ou aller à la fête à la cerise dans un petit bled de l'Entre-deux-mers qui est une région magnifique, assez beau pour mettre des robes d'été légères, assez beau pour étendre le linge dehors le matin alors que la rosée n'est  pas encore sèche, et assez beau pour le rentrer tard le soir, quand le jardin s'obscurcit et que la terre restitue la chaleur odorante de la journée.

    Et voilà, j'avais simplement prévu de dire "il fait trop beau pour bloguer" et me voilà à écrire, écrire, écrire...

    Un peu de pluie serait tout de même bienvenue, que je puisse enfin me mettre assez longtemps devant mon ordinateur pour classer mes photos, les poster ici, écrire certains articles que je remets sans cesse à demain (procrastination et beau temps, cocktail réussi pour moi qui suis déjà d'un naturel indolent et contemplatif), écrire des mails à mes amis, écrire tout court aussi, ces petites histoires qui trottinent gentiment dans ma tête.

    En attendant...

    Der Himmel, Le Ciel,  comme on dit sur Arte (j'adore ces petites secondes où l'écran s'emplit d'un ciel d'ailleurs!)

    Bordeaux, France, 18 juin 2009 -18 h 30

     


  • Commentaires

    1
    Feuilles_d_Acanthe Profil de Feuilles_d_Acanthe
    Jeudi 18 Juin 2009 à 19:16
    Après Ozu, j'ai vu une comédie américaine des années 60. Doris Day dans la splendeur du rêve américain. Une époque où les soutien-gorge propulsaient la poitrine féminine littéralement à travers l'écran, comme en écho aux ailes surdimensionnées des voitures. Contraste total avec la silhouette féminine japonaise, où toute trace des courbes féminines est gommée par les larges ceintures et les lourdes draperies des kimonos superposés...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :