• Histoires de familles

    Histoires de familles, partie 1

    Alors voilà, ma cousine m'invite samedi prochain.

    Ma cousine a une cousine, moi, et elle aussi un cousin, qu'elle a aussi invité samedi prochain.

    Le cousin de ma cousine, après un premier mariage qui s'est terminé par un divorce, refait sa vie.

    Mais la famille - et surtout ma cousine - ne trouve pas la nouvelle femme à son goût.

    Une idée a donc germé dans la tête de ma cousine : me jeter, moi la célibataire de la famille, dans les bras du cousin (qui est le cousin de ma cousine, mais pas mon cousin à moi, on ne fait pas dans la consanguinité tout de même !).

    Bien sûr, je suis tout à fait au courant. Quand au cousin, il serait consentant, dixit ma cousine. Ce qui parait être le cas au vu des mails qu'il lui a adressé et qu'elle m'a transféré sans vergogne pour que je les lise (au passage : bonne orthographe, belle façon de s'exprimer)...

    Bon, d'accord, c'est pas très moral, cette histoire là.

    Histoires de familles, partie 2

    Qui, en fait est un flash-back. Parce que le cousin, en fait, je le connais. Quand j'étais enfant, c'était l'époque des mariages des cousins et cousines plus âgées que moi, et le cousin, je l'ai croisé plusieurs fois et souvent même, il était mon "cavalier" dans le cortège des demoiselles d'honneur. Et à chaque fois, il essayait de sortir avec moi, sans succès du reste. Il m'a poursuivi de ses assiduités plusieurs (mariages) années durant, je me suis finalement laissée rattraper un jour, et cette fois-là déjà c'est ma cousine qui avait arrangé le rendez-vous....

    A l'époque, on est sorti ensemble six mois, puis il m'a laissé tomber, sans explications, du jour au lendemain. Je m'en suis remise, j'ai rencontré mon mari, et il s'est lui aussi marié. Les cousins et cousins étant désormais tous mariés, on ne s'est jamais revus, jusqu'à il y a deux ans, à un enterrement. Parce que c'est ça aussi, vieillir : un jour on réalise qu'on ne pousse plus la porte de l'église pour des baptêmes, mais pour des enterrements. Bref, on s'est revu, rapidement vu les circonstances, et je ne pensais pas le revoir d'ici le prochain avis de décès, d'autant qu'il vit désormais dans une autre région.

    Mais voilà, on peut faire confiance à ma cousine pour mettre le nez dans les histoires des autres. Sentant, il y a quelques semaines, que le nouveau couple de son cousin n'allait pas très fort (de fait, il passe les fêtes chez ses parents, seul), elle lui a parlé de moi, et lui a demandé s'il n'avait pas regretté de m'avoir laissée tomber il y a... trente ans (ben oui, ça remonte, cette histoire !). Il lui a répondu que oui, mais qu'à l'époque il avait suivi les conseils de sa mère qui craignait que sa relation avec moi cause des problèmes dans "la famille". Explications que ma cousine s'est empressée de me livrer cette semaine lorsqu'elle m'a invitée. Moi, ces explications, ça me fait un peu rigoler aussi parce que la "mama" je l'ai vue il y a deux mois pour les 90 ans de mon oncle, et elle m'a fait de grands sourires. C'est sûr que, trente ans après, il y a prescription. Ca me fait quand même aussi très bizarre, de voir ces vieilles histoires ressurgir.

    Histoires de familles, partie 3.

    "Alors ?" m'a dit ma cousine. "Donne-lui mon numéro de téléphone, et dis-lui que j'ai besoin d'un chauffeur pour venir chez toi", ais-je répondu (mon célibat prolongé a rendu ma notion de la moralité beaucoup plus souple). Mais le bougre avait été plus rapide que moi, et s'était déjà proposé de venir me chercher ! Elle lui a donc donné mon numéro de téléphone et ce soir... ben j'avais un premier sms, pour me demander s'il pouvait m'appeler pour que nous nous organisions pour qu'il  vienne me chercher. Je rappelle que le repas chez ma cousine, c'est samedi... de la semaine prochaine ! J'étais à la médiathèque, le concert (article précédent) allait commencer, je lui ai répondu que j'étais occupée, il m'a répondu aussitôt pour me dire qu'il m'appelerait demain matin.

    Mazette, il est pressé, ce garçon. Tout comme il y a trente ans.

    C'est donc une histoire à suivre.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :