• Histoire d'une vie, Aharon Appelfeld

    Quand je ne prends pas les bouquins au hasard à la médiathèque, je les choisis pour les avoir noté, à un moment ou un autres, dans ma LAL, ma Liste A Lire. J'y note, souvent à la va-vite, des titres de livres, ou des noms de romanciers, au hasard d'un article lu, du conseil d'une amie, d'un reportage à la télé. Le problème c'est qu'une fois noté, j'oublie tout du contexte de cette note et, souvent, quand je me retrouve avec le livre en main, je me demande "mais pourquoi ais-je bien pu me noter ce bouquin là ???".

    C'est donc ainsi que j'ai récupéré, à la médiathèque, l'Histoire d'une Vie, d'Aharon Appelfeld.

    Histoire d'une vie, Aharon Appelfeld

     

     

     

     

     

     

     

     

    Aharon Appelfeld est un auteur israélien, né dans les années 30 en Roumanie, et a grandi dans un petit village de campagne, choyé par des parents cultivés et relativement aisés. Mais la guerre est arrivée, avec le nazisme et les persécutions. Sa mère est assassinée, son père et lui, déportés dans un camp. Il parvient à s'enfuir, et erre de longs mois dans les champs et les bois d'Europe centrale. Après la guerre, il est pris en charge par une organisation qui s'occupe des orphelins réchappés des camps, et est emmené en Israël. Orphelinat d'état, puis kibboutz, et, très vite, le goût pour la littérature et l'envie d'écrire, de devenir écrivain, but pour lequel il travaillera dur. De langue allemande, il devra apprendre l'hébreu, la langue de l'Israël naissante, et s'efforcera de surmonter les difficultés qu'il rencontre pour, au bout du compte, devenir un des écrivains israéliens majeurs.

    Appelfeld ne s'étend pas en larmoiements sur son enfance dévastée par la guerre, sur la mort de sa mère, sur le camp, sur toutes ces épreuves vécues alors qu'il était encore un enfant. Il évoque ces faits, parce qu'il s'agit de son histoire, tout comme le passage dans l'orphelinat puis le kibboutz, par la suite. L'écriture d'Appelfeld se caractérise par une précision un peu sèche, dans une recherche de la meilleure façon de raconter ce qui fut. Appelfeld ne livre pas un témoignage supplémentaire sur la Shoah : au-delà du génocide collectif, il raconte, avec simplicité, ce que fut un destin personnel. On sait en effet ce que furent les camps, mais on ignore tout de ce qui advint à ceux qui parvinrent à y échapper. Appelfeld raconte ainsi comment il passa plusieurs mois à vivre - à survivre - dans les bois, dans un état quasi végétatif, mû seulement par l'instinct de survie. Il raconte également la vie d'après, dans la solitude d'un pays inconnu, seul au monde alors qu'il sort juste de l'enfance, la difficulté à devoir apprendre une langue nouvelle, à apprendre un métier, se construire une vie.

    Si l'écriture d'Applefeld m'a tout d'abord un peu désorientée, je me suis très vite intéressée au récit, bien qu'un peu décousu, d'une vie que je n'imaginais pas. Comme je l'ai dit plus haut, on sait tout du drame des camps de concentration, mais on imagine rarement que certains ont pu y échapper, de même qu'on n'imagine jamais ce qu'a pu être le fait, pour ces enfants, d'arriver après la guerre dans un pays nouveau, pays en pleine construction, avec une langue nouvelle (si la plupart des juifs parlaient le yiddish, ils ne connaissaient pas l'hébreu, qui est une langue neuve, celle d'un état nouveau), et de nouveaux repères à trouver. J'ai donc été très attentive à ce témoignage, ce récit d'un destin individuel.


  • Commentaires

    1
    Loïc
    Samedi 5 Novembre 2016 à 21:02
    Les juifs ne sont pas des gens qui se lamentent. Ou juste le minimum et sur demande. C'est un peuple fier et qui regarde devant. Je les admire.
      • Samedi 5 Novembre 2016 à 21:43

        Je ne les admire pas, en raison de leur attitude à l'égard des palestiniens, même si je suis fascinée par l'histoire d'Israël. Mais je suis toujours intéressée par les destins individuels, trop souvent oubliés de l'Histoire. Merci de ton passage par ici :-)

    2
    Vendredi 3 Novembre 2017 à 16:06
    Un sujet épineux !
      • Samedi 4 Novembre 2017 à 20:46

        Et qui mérite qu'on en conserve les témoignages !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :