• Fin du suspens

    Quel stress ce matin ! Je me suis réveillée tranquillement, avant même que le réveil sonne, j'ai savouré ce calme quelques minutes, et puis je me suis tournée vers le radio-réveil pour voir l'heure. Noir, l'écran du radio-réveil. J'ai instantanément compris la raison de cette impression de calme : il n'y avait plus d'électricité dans l'appartement, et le calme était dû à l'absence du sifflement habituel de la VMC. La coupure était générale au niveau de l'immeuble.

    Damned. J'ai instanément pensé à mon téléphone... déchargé. Et que je n'allais pas pouvoir recharger. Alors que j'attendais deux appels importants, celui d'une amie avec qui je devais déjeuner le midi, et, surtout, l'appel de l'agence immoblière pour me donner la réponse de la propriétaire de l'appartement à mon offre.

    Grosse montée de stress. Que j'ai essayé de faire redescendre en me disant :

    - que j'avais une cumulus électrique avec grosse réserve d'eau : douche chaude toujours possible ;

    - qu'à défaut de mon habituel petit déjeuner yaourt+thé+tartines je pouvais au moins me contenter du yaourt et des tartines ;

    - que j'irais faire mes courses, comme prévu, et que je demanderai gentiment à l'accueil du magasin s'il était possible que je leur laisse mon téléphone à charger le temps que je fasse mes courses.

    Ceci dit, l'appartement s'est un peu refroidi ces derniers temps, et l'idée de prendre ma douche sans chauffage m'ennuyait un peu. Et puis, surtout, cette histoire de téléphone déchargé me stressait beaucoup.

    J'ai avalé mon yaourt, mes tartines, et, comme il était tôt (j'ai, dans la cuisine, une bonne vieille pendule à piles, c'est pratique) j'ai pris le temps de faire des mots croIsés. C'est en faisant mon lit que j'ai entendu un grand "clac" venu de je ne sais où, et l'électricité est revenue. Je me réjouis très souvent de vivre en France, dans un pays moderne où tout fonctionne correctement.

    Du coup, j'ai aussitôt allumé le chauffage dans la salle de bain, et me suis accordé un second déjeuner avec un bon thé bien chaud.

     

    Le coup de fil impatiemment attendu - celui de l'agence - est venu très, très tardivement dans l'après-midi. Je ne voulais pas voir, dans cette attente, le signe que la réponse à mon offre était négatve, et je me suis dit que peut-être la propriétaire de l'appartement était tout simplement parti en week-end, en coupant son téléphone.

    Mais non, elle n'était pas partie, l'agence a bien réussi à la joindre, à négocier le prix pour le montant que je proposais.

    Mon offre a été acceptée.

     

    Aller voir mon banquier. Demander un prêt relais. Refaire un dossier assurance. Vendre mon appartement. Faire un nouveau dossier de prêt. Incertitude du dossier assurance. Rénover le nouvel appartement. Voir fondre mes économies. Faire des cartons. Une fois de plus. Déménager.

    Mon stress atteint des sommets....

     

    J'aurais pu aussi rester tranquillement dans mon appartement actuel. Comme me l'a dit une de mes responsables, il y a deux ans : "je ne te comprends pas : tu n'aimes pas le changement, et pourtant tu provoques le changement !?". C'est vrai, et je ne me comprends pas moi-même.

    Mais si tout va bien, dans quelques mois, au lieu d'entendre les bus passer en contrebas, j'entendrai les oiseaux chanter.


  • Commentaires

    1
    Bleck
    Samedi 23 Mai 2015 à 22:27
    Permets moi de te féliciter. Bleck
      • Feuilles_d_Acanthe Profil de Feuilles_d_Acanthe
        Mardi 26 Mai 2015 à 20:58
        Merci Bleck :-)
    2
    Feuilles_d_Acanthe Profil de Feuilles_d_Acanthe
    Mardi 26 Mai 2015 à 20:59
    Prochaine étape : rendez-vous chez mon banquier jeudi, pour m'initier aux arcanes du prêt relais. Affaire à suivre !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :