• Une expo originale actuellement à la base sous-marine de Bordeaux,

     

    qui réunit deux artistes contemporains, le peintre Alain Bergeon et le sculpteur Robert Keramsi.

     Dans le dédale de béton de la base sous-marine sombre, froide et humide, sur un fond de musique aux accents de chant grégorien, c'est une découverte peu banale.

    L'exposition s'intitule A Corps Découverts, et c'est bien du corps qu'il s'agit, celui de l'homme qui s'interroge, doute, fait l'amour, dans les peintures d'Alain Bergeon, peintures devant lesquelles sont postées les sculptures de Robert Keramsi. Ces scultptures sont très étranges. Elles ressemblent à celles d'Ousmane Sow, mais provoquent davantage de malaise. Les corps sont plus petits que la normale, mais surtout ils sont légèrement difformes, façon vénus préhistoriques, et montrent des nudités qui dévoilent la chair, l'os, c'est assez troublant. On regarde les peintures, on croit bousculer quelqu'un et c'est un de ces êtres de ciment-filasse, à l'expression terriblement humaine.

     


    1 commentaire
  • Voilà quelque chose que je ne connaissais pas du tout : les 100 Vues de Paris, de Henri Rivière, estampes inspirées des 100 Vues du Mont Fuji. A la fin du XIXème siècle, les peintres ont été très inspirés par les arts orientaux, du moyen orient jusqu'à l'extrème orient, mais c'était bien la première fois que je voyais une oeuvre s'inspirant autant de l'art japonais. Ca m'a beaucoup plu ! L'expo ne présente que trois de ces estampes, le catalogue, bien plus complet, leur consacre un chapître entier.

    votre commentaire
  • Vu que que je rencontre quelques problèmes actuellement avec Kazéo, je vais fractionner mes articles consacrés à l'expo vue hier au musée des Beaux-Arts de Bordeaux.

     

     

    Tout d'abord : Paul Signac. Signac, le grand nom du "pointillisme". L'avantage d'une expo, c'est de pouvoir  découvrir ces petites touches de peinture : vu de près, on reste émerveillé devant toutes ces petites touches, sur lesquelles figurent les traces du pinceau du peintre, et qui semblent toutes pareilles et sont toutes différentes.

     


    votre commentaire
  •  

     Marquet. Marquet, bordelais, et peintre des ports, incontournable pour cette exposition. J'aime beaucoup cet artiste. Ces traits sont simples, ces couleurs claires. Ses paysages me font penser à ceux de Hopper, par leur planéïté. Pourtant, là où Hopper me provoque toujours un certain malaise, une sensation de solitude planant sur ces toiles, Marquet me réconforte au contraire. A bien y regarder, si le trait semble similaire, avec ces personnages pas toujours très détaillés, il n'utilise pas la même palette que Hopper, ses bleus sont plus doux, il travaille beaucoup dans des camaieux d'ocre, et il se dégage de ses toiles une chaude simplicité. Bonne nouvelle glanée lors de l'expo : d'ici la fin de l'année, une expo "Matisse-Marquet" !

     

    Voilà, ce n'était que quatre photos, je ne voulais pas en faire plus, j'ai préféré passer beaucoup de temps à regarder les oeuvres, pour pouvoir bien m'en souvenir en regardant le catalogue. Il y avait beaucoup de peintres célèbres dans cette expo, Boudin bien sûr, Kokoschka aussi (mais ce n'est pas une toile exceptionnelle ais-je trouvé), quelques Dufy aussi, bref du beau monde. Si vous êtes bordelais, c'est l'expo à ne pas manquer !


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique