• Et le retour, en ABC

    A - Angoisses. Grosse crise d'angoisse le jour du départ, parce que je laissais les chattes, que je quittais mon chez moi où j'ai mes habitudes, que je devais prendre le volant pour plusieurs heures de conduite.... Crise d'angoisse au retour, après une semaine de rêve, que j'ai passée entourée. Je ne vis pas ma solitude si bien que je semble le croire. Action/réaction : prendre rendez-vous avec un psy, j'ai encore beaucoup de choses à travailler.

    A - Arbres. Les arbres situés sur le terrain de la SNCF, en contrebas de la voie ferrée en face de chez moi, n'ont pas résisté à la décision de la SNCF de nettoyer le terrain. Je suis rentrée chez moi ce soir pour découvrir le désastre. Talus pelé, vue directe sur la voie ferrée. Heureusement, je m'y attendais. C'est moche à pleurer, et adieu les petits bonds joyeux des écureuils que je regardais le matin en prenant mon petit déjeuner. Action/réaction : j'envisage une réorganisation du balcon, et l'installation de nouveaux pots de bambous, pour camoufler le désastre. Ca ne sert à rien de pleurer sur quelque chose que je ne peux plus changer.

    B - Blues. Gros coup de blues en rentrant chez moi ce soir, après une semaine enchanteresse, sur laquelle je reviendrai dans les jours à venir, photo à l'appui.

    C - Chattes. Elles ont semblé contentes de me retrouver :-)

    E - Exploit. Au risque de paraitre nunuche, ou attardée, je l'avoue : je n'avais jamais conduit aussi longtemps, ni aussi loin de ma vie. Même si ma tante et moi nous partagions le volant, j'ai fait la majeure partie du parcours, en particulier toute la partie depuis Aix-en-Provence jusqu'à notre destination, le village de Cervières, au-dessus de Briançon, en dépit de ma peur - mais ma peur au volant était moins importante que ma peur de passagère ;-) Je suis tout particulièrement fière d'être montée jusqu'au col de l'Isoard, 2300 mètres d'altitude - mais je le dis humblement : je ne le referais jamais. Je souffre d'un vertige important, et le vertige, sur une route de montagne, c'est terrible. Ma tante, à côté de moi, m'a affirmée que je m'en suis bien sortie, et qu'elle n'a pas eu peur, j'ai tout de même des doutes : je pense qu'elle a voulu être gentille et positive :-)

    M - Maman. J'ai passé ces derniers jours avec ma tante. Elle est veuve, sans enfants. Moi, je n'ai plus vraiment de rapport avec ma mère. Je me suis demandée jusqu'à quel point j'étais en train de me trouver une mère de substitution.

    P - Provence. J'ai vécu quatre ans en Provence, et n'y avais jamais remis les pieds. Nous sommes passées par là, à l'aller et au retour, et bon, ce que j'en ai revu ne m'a pas donné de regrets d'en être partie.

    Q - Questions. Je suis rentrée avec beaucoup de questions. Sur la vie que je mène, sur l'endroit où je vis. Une semaine dans les montagnes, dans le calme et la nature, et à voir ma cousine gérer, avec succès, une auberge d'altitude, ça m'a remué. Mon boulot me pèse depuis quelques mois, et si j'aime bien Bordeaux et la vie citadine, qui a des avantages, je vis mal la pollution visuelle et la pollution sonore. Jusqu'à présent, les arbres vis à vis de chez moi compensaient un peu tout le béton alentour, mais maintenant qu'ils sont coupés... Bien sûr, j'ai déjà fait, il y a quelques années à Pau, l'expérience du changement, et elle s'est révélée désastreuse (mais riche en enseignements), et je ne peux plus raisonnablement fantasmer sur l'idée d'aller tenir une épicerie dans un village paumé au fin fond du Gers. Mais entre les deux, il y a peut-être d'autres possibilités à ma portée. Il faut que je réfléchisse.

    V - Vacances. Ces quelques jours ont été absolument magiques. J'y reviendrai dans les jours à venir, avec des photos, que j'espère réussies. J'ai toujours aimé les Alpes, mais n'avais jamais eu l'occasion d'en profiter comme je l'aurais souhaité. Cette fois-ci - tout arrive dans la vie, même tardivement - j'ai fait les choses dont j'avais toujours rêvé : randonner en haute montagne, voir des marmottes, marcher dans un torrent, voir des sources jaillirent du sol et entendre le chant des torrents et des ruisseaux... J'ai vivement remercié ma tante de m'avoir proposé de l'accompagner, et remercié Dieu de m'avoir fait répondre oui, quand mon premier mouvement eut été de répondre non à une proposition qui me semblait tellement saugrenue (moi, traverser la France en voiture !).


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :