• Dépendance

    Je me souviens d'une emission, vue à la télé il y a quelques années, sur le thème de la dépendance. L'intervenant avait conclu l'emission sur une phrase qui disait à peu près "la dépendance, si on veut que ça se passe bien, ça doit s'anticiper". J'ai donc réuni mes parents hier soir autour de leur table de salle à manger, pour discuter du sujet. Mais c'est loin d'être simple. Il y a les faits, objectifs, et puis la réalité des émotions des uns et des autres.

    J'ai exposé factuellement et fermement mes craintes à mes parents, leur ai proposé une solution, à savoir, le placement de ma mère en maison de retraite le plus tôt possible, solution à laquelle ils se sont opposés, ce qui était prévisible. Qu'importe j'ai dit ce que j'avais à dire.

    Je les comprends, bien sûr. Ce n'est pas facile, de devoir se confronter à la réalité de l'âge, de la maladie, de la dépendance, et sa fin. Il n'en demeure pas moins qu'il vaut mieux anticiper les choses que devoir subir une décision prise dans l'urgence, et c'est ce que je leur ai expliqué.

    Ce soir, après trois jours passés à psychoter, je suis plus calme. J'ai eu une de mes tantes ce matin au téléphone, qui m'a expliqué que tout ça, elle l'avait déjà dit à ma mère il y a quelques semaines. Je me suis sentie moins seule, et soulagée aussi. J'avais quitté mes parents hier soir, avec une sacré mauvaise conscience, et ma tante m'a aidé à déculpabiliser. Parce que ça fait partie du problème, devoir assumer le rôle de la mauvaise fille qui veut mettre sa mère en maison de retraite... Et puis j'ai eu mon frère au téléphone ce soir, il partage mon point de vue, et ça aussi, ça m'a fait du bien.


  • Commentaires

    1
    bleu
    Lundi 6 Mars 2017 à 23:06

    Moi j'ai déjà prévenu mes proches : le jour où je devient dépendant, la solution est simple, un bon coup de pelle derrière la tête.

    Plus sérieusement, Le fait d'évoquer ce sujet et de proposer une solution ne fait pas de toi une mauvaise fille. Tu as exprimé ton opinion et tes inquiétudes sans détour, tu as soulevé un problème qui méritait de l'être, et tu as accepté la réponse de tes parents. Moi j'appelle ça "se comporter en adulte". C'est pas parce que tes parents se sont opposés à cet opinion que tu es quelqu'un de mauvais. C'est un simple échange entre deux parties qui ne sont pas d'accord, un dialogue.

      • Mercredi 8 Mars 2017 à 20:32

        En théorie, tu as raison, c'est une discussion entre adultes. En pratique, c'est plus compliqué les (res-)sentiments s'en mêlent vite !

    2
    bleu
    Jeudi 9 Mars 2017 à 23:54

    Tu as raison, et c'est là toute la gymnastique de ce genre d'épreuve. Après, je suis pas forcément le meilleur exemple, je suis connu pour tout intellectualiser au point d'arriver à mettre tout sentiment de côté. Et généralement, ce qui marche bien dans ce genre d'échange, c'est qu'au moins une des personnes garde le pieds sur terre et reste factuelle en permanence. Les autres peuvent opposer tous leurs sentiments, rien ne résiste à l'épreuve des faits (c'est mon credo du moment). Après, les gens peuvent faire preuve de mauvaise foi, ne pas entendre les faits, ou ce que tu veux, mais tu sais qu'au fond d'eux, ils savent que tu as raison. Par contre, rentrer dans le jeu des sentiments, c'est mettre le doigt dans un engrenage incontrôlable, et là, oui, ça peut partir dans tous les sens.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :