• Déménagement

    Une semaine de quatre jours, et j'en avais bien besoin. Ce qui me rassure, c'est que dans mon entourage tout le monde a également du mal à se lever le matin. J'attendais avec impatience la grasse matinée d'aujourd'hui, malheureusement je me suis levée dans le coton, et j'ai passé la journée dans un drôle d'état.

    Quoiqu'il en soit, j'avais promis à mes parents de les aider cet après-midi, et je suis allée chez eux. Chez eux, du moins dans leur ex-chez eux. En effet, mes parents ont vendu leur maison au Barp, ils ont signé l'acte de vente hier, et passaient faire le ménage cet après-midi, après le passage des déménageurs. Pour l'instant, ils sont hébergés chez une de mes tantes, le temps que l'appartement qu'ils ont acheté soit terminé et livré, et fin juin ils s'installeront à Gradignan, dans la CUB bordelaise, pas très loin de chez moi. Ils ont décidé de quitter le Barp, trop  loin de tout, et leur maison, devenue trop lourde à entretenir, pour rejoindre la banlieue bordelaise, médecins et commerces en bas de leur résidence, et ont opté un appartement, plus facile à entretenir.

    Ca m'a fait un petit coup au coeur de me dire que j'allais au Barp pour la dernière fois. Ce n'est pas une maison dans laquelle j'ai grandi, loin de là, mes parents ne l'avaient achetée qu'il y a dix ans, mais c'était quand même dix ans, de Noëls, d'anniversaires et de repas familiaux dans le jardin. J'ai eu beaucoup de mal à accepter l'idée de mes parents de vouloir en partir, mais j'ai fini par me rendre à leurs arguments. Ils ont soixante-dix ans, des problèmes de santé, ils ne voient plus les choses comme moi, c'est normal. Un peu de jalousie de ma part, aussi, je l'admets, à les voir se lancer dans un projet immobilier que je ne pourrai jamais envisager.

    La vente de la maison du Barp, c'est une page qui se tourne, mais à vrai dire, elle était déjà tournée. Ma soeur a décidé de rompre les ponts avec mes parents, il y a plusieurs mois, et mon frère a choisi de s'installer dans les Landes. Mon autre frère vivant à Poitiers depuis des années, voilà désormais la fratrie éclatée. Je reste seule, ici, ou ici et seule, comme on veut, les mots importent peu, la réalité est là, chacun est dans son coin et les repas familiaux deviendront des moments rares et artificiels, ce n'est pas en quelques heures autour d'une table qu'on parle des choses importantes. Chacun de mes frères fera l'auto-promotion de son mode de vie, tout le monde parlera en même temps, j'écouterai, je hocherai la tête quand il le faudra. Je me sentirai plus seule que jamais, de plus en plus décalée, et je repartirai le coeur en vrac. C'est là tout le paradoxe, je souffre de plus en plus de ces repas familiaux, tout en les trouvant toujours trop rares et trop courts.

     

    Du Barp, je regretterai aussi l'odeur unique de l'air du matin, sable et pins humides...


  • Commentaires

    1
    Tonax
    Dimanche 22 Avril 2012 à 17:14
    Ah oui, c'est une nouvelle page qui se tourne et c'est une maison dans laquelle tu as vécu un peu, adulte.
      • Feuilles_d_Acanthe Profil de Feuilles_d_Acanthe
        Dimanche 22 Avril 2012 à 20:40
        Oui, c'est vrai. L'avantage dans ce déménagement, c'est que cela me fera désormais moins de route pour me rendre chez mes parents, dans leur nouvel appartement. Ce nouvel appartement c'est aussi une page qui se tourne, sur un autre plan : mes parents entrent désormais dans une nouvelle étape de leur vie, celle d'une vieillesse nécessitant des aménagements de vie, c'est aussi un changement à accepter.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :