• De la fac, et du parfum des immortelles...

    Je n'ai toujours pas les résultats des examens du 1er semestre, passés en janvier. Les profs de la fac ont voté la rétention des notes. Ils les communiquent (parait-il) aux élèves présents en cours, et la prof de latin qui assure remarquablement bien le tutorat dans cette matière nous a en effet gentiment communiqué les siennes. Moyennant quoi, je sais au moins que je me suis plantée en latin. Vu le retard que j'ai accumulé en latin, et le temps qu'il me faut pour lire les oeuvres au programme de littérature et faire les disserts et commentaires, je préfère me consacrer à la littérature, puisqu'au départ c'est quand même pour cela que je me suis réinscrite en fac. Donc exit le latin, exit aussi la grammaire syntaxique, sans remords. Il est clair maintenant que je n'irai pas au-delà de cette première année de fac, mais ce n'est pas si grave. Ca m'a réappris à lire les oeuvres autrement, et il y a pas mal d'endroits sur le net où on peut échanger entre lecteurs de façon intéressante. D'ailleurs, quels sont les profs de lettres qui discutent avec leurs élèves à propos du dernier Goncourt ? Je n'en n'ai jamais rencontré...

    Cette décision prise, j'ai moins de scrupules (et plus de plaisir) à reprendre des activités "normales", lectures, ballades, ciné. Au programme du week-end il y avait donc Doute, avec une Meryl Steep au sommet de son art, La Main Droite du Diable, polar de Ken Bruen, un auteur irlandais bien sympathique, une sortie entre filles samedi soir et une ballade hier après-midi.
    Vous savez quoi ? depuis que les restaurants et les boîtes sont non-fumeurs, plus besoin de prendre une douche illico en rentrant ! c'est bien agréable de se coucher sans avoir l'odeur de la cigarette dans les cheveux toute la nuit !
    Même si je ne bois pas, j'apprécie de me ballader le lendemain près de l'océan (un décrassage des oreilles en quelque sorte, le bruit de l'océan est reposant après les décibels d'une soirée passée à danser !). Hier si le soleil n'était pas tout à fait au rendez-vous, il faisait doux et, dans les dunes de la presqu'île du Cap-Ferret, cela sentait bon le mimosa et les immortelles... les immortelles sont les petites fleurs jaunes pâle qui poussent dans les dunes. Bizarrement, elles ne sont pas du tout fleuries en ce moment, seuls les pieds, gris, au ras du sol, couvrent les dunes, et cependant le parfum était bien là hier après-midi. Peut-être que le parfum ne vient pas seulement de la fleur ? Il faudra que je me renseigne !
    Quoiqu'il en soit, l'hiver est bien terminé, il suffit de sentir la douceur de l'air pour s'en persuader !

    Bonne semaine !


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :