• Cela faisait extrèmement longtemps que je ne m'étais pas trouvée devant un journal télévisé, d'une part parce que je n'avais plus vraiment le temps cette année avec la fac, et que les tons des présentateurs (pour moi ce ne sont pas des journalistes) m'horripilent. Le hasard a fait que, ce soir, je me suis trouvée devant les infos de la 3 tout d'abord, puis le six minutes de la 6 qui s'est considérablement étoffé d'ailleurs. Les propos étaient sobres, les sujets terribles. L'usine Heulliez, les ouvriers de chez Continental, la ville de Vesoul où les petites entreprises licencient les unes après les autres...  En Tchécoslovaquie, la célèbre - et historique - usine des Cristalleries de Bohème vient de fermer elle aussi... Le ministre tchèque de l'économie refuse de prolonger les indemnités chômage au-delà des cinq mois habituels, et en France le ministre qui visite Heulliez déclare "l'état seul ne peut aider Heulliez, ce serait privatiser Heulliez". Les employés d'une usine pharmaceutique 3M séquestrent un de leurs dirigeants et les employés tchèquent regrettent le plein emploi des temps communistes, l'ancien dirigeant d'une banque anglaise en faillitte touchera plus de huit cent mille euros par an jsq à la fin de sa vie...
    Cela va mal se terminer. Les dirigeants, politiques, responsables d'entreprise, ferment les yeux et continuent à empocher des sommes indécentes. La majorité des salariés ferme les yeux comme les anglais pdt le blitzkrieg en se disant "pourvu que ça tombe à côté plutôt que sur moi". Quel drame va-t-il falloir pour qu'enfin, les uns et les autres veuillent bien regarder la réalité en face ?


    votre commentaire
  • Ras le bol de cette foutue grammaire syntaxique. La grammaire syntaxique et ses parataxes, c'est ce que les maths modernes et leurs bijections furent dans les années 70, avec le succès que l'on sait : le fruit de la masturbation intellectuelle de quelques énergumènes. C'est le genre de choses qui, je l'avoue, me font voir rouge, et révèlent chez moi un tempérament intolérant, du style à regretter le goulag ou les camps de rééducation pour intellectuels période Révolution Culturelle. Oui, sous mon allure apparemment débonnaire je dissimule en réalité une féroce réactionnaire.

    Bref, voilà que je m'échine sur cette foutue grammaire syntaxique, alors qu'enfant déjà je m'échinais à essayer de déchiffrer en vain les arcanes de la grammaire traditionnelle. J'avais d'ailleurs alors décidé unilatéralement de diviser le monde des mots en choses très simples, mais très fonctionnelles : les mots, les verbes. Point. Et, du point de vue de la syntaxe, j'avais fait tout aussi simple : des sujets, des verbes, des compléments. Des COD (mes préférés, on s'en doute), des COI, à la rigueur quelques compléments circonstanciels... s'il n'avait tenu qu'à moi, celà eut été largement suffisant. D'autant que mes lacunes grammaticales ne m'empêchaient nullement d'être excellente en orthographe. Ceci dit j'en conviens : mon faible niveau de grammaire m'a quand même pénalisée, notamment pour l'apprentissage du latin, problème que je retrouve d'ailleurs cette année. 

    C'est vous dire ma déconvenue de me retrouver, en fac de Lettres Modernes, à devoir renouer avec une grammaire, encore plus abstraite et totalement dépourvue du moindre intérêt pratique (on ne peut même pas s'appuyer sur la grammaire syntaxique pour apprendre le latin !). J'éprouve même un certain agacement à constater que c'est ce genre de programme qu'on enseigne aux futurs profs de collèges et lycées. De la grammaire syntaxique, voilà qui va bougrement leur servir quand ils seront face à une classe de quatrième ne sachant écrire qu'en langage SMS...  Il faut d'ailleurs constater que le SMS est là, accompagné d'un certain dilletantisme orthographique, si j'ai bien lu le corrigé que nous a adressé le prof du commentaire que nous avions à rendre sur Proust. Il commençait son corrigé en rappelant qu'en fac de Lettres notre niveau en langue française doit être impeccable, et que, par exemple, nous ne devons pas confondre à et a.  Oui mais voilà : la grammaire (la simple, la "vraie", sujet verbe complément !), l'orthographe, on n'en fait plus guère au lycée... et je doute qu'aujourd'hui on sorte du collège avec un niveau formidable.  

    Et voilà donc que les profs de fac qui n'enseignent que des choses hautement intellectuelles telles que la grammaire syntaxique se plaignent de voir arriver des élèves, formés par d'autres profs passés eux-même par la fac, incapables de s'exprimer correctement en français...


    votre commentaire
  • Il y avait donc du monde dans la rue, ce jeudi, mais pas assez.... Nul n'étant prophète en son pays, j'étais la seule de mon service à faire grève et à manifester... faire grève, pourquoi, et dans tous les cas ça ne sert à rien me disent mes collègues. Les lendemains vont être difficiles pour certains, mais il sera trop tard... En attendant, une photo de la manif. Non je ne fais pas partie de la CGT. Mais j'avoue que, certains jours, je me dis que je finirais par quitter mon syndicat, que je commence à trouver trop modéré, pour rejoindre le drapeau rouge.

     Le seul point sur lequel je rejoins mes collègues, c'est que toujours choisir un jour en semaine pour manifester est dommage. Une manif comme celle de jeudi, unitaire, et en une période où les motifs de ras-le-bol sont nombreux, aurait peut-être attiré encore plus de monde un samedi...

     

     


    2 commentaires
  • Le 29 janvier, jeudi prochain donc, l'ensemble des organisations syndicales françaises appellent les salariés du privé, du public, les retraités, à une journée de grève et de manifestion.

    Alors qu’ils ne sont en rien responsables de la crise économique, les salariés, demandeurs d’emploi et retraités en sont les premières victimes. Elle menace l’avenir des jeunes, met à mal la cohésion sociale et les solidarités ; elle accroît les inégalités et les risques de précarité.

    <o:p>(extrait de la déclaration unitaire des syndicats girondins)</o:p>

    <o:p></o:p>

    <o:p>Parce que manifester tout seul dans son coin c'est pas facile, n'hésitez pas : rejoignez-nous ! Parce qu'il y en a ras-le-bol des cotisations sociales qui augmentent quand les remboursements ne cessent de baisser, ras-le-bol de devoir mendier des augmentations de salaires dérisoires quand les salaires des dirigeants augmentent de façon indécente, ras-le-bol de s'entendre dire que le problème de l'emploi en France, c'est la faute des salariés qui coûtent cher, qui ne sont pas assez flexibles, pas assez compétents, ou trop qualifiés, qui sont trop enceintes ou trop jeunes ou trop vieux, et  qui ne veulent pas travailler plus, travailler tout les jours sans discontinuer, qui ne veulent pas - eh non - revenir aux conditions de travail du XIXème siècle...</o:p>

    <o:p></o:p>

    <o:p>Donc rejoignez-nous, soyez là, car si vous n'y êtes pas ne croyez pas que les autres y seront pour vous. Droit du travail, minimas sociaux, prestations familiales : vous les devez aux syndicats, c'est à dire à des salariés qui ont pris le risque de vouloir mieux : travailler mieux, vivre mieux. Si vous ne soutenez pas les syndicats, ces salariés qui s'engagent au quotidien pour vous défendre, en étant avec eux ce jour-là, les syndicats n'auront très vite plus de poids face au gouvernement et au système libéral : vous n'aurez plus aucun poids. Alors avant qu'il soit trop tard, réagissez. Le 29 janvier, venez manifester, pour vous, vos proches, vos enfants.</o:p>

    <o:p></o:p>

    <o:p></o:p>

    <o:p></o:p>

    <o:p>"  'font chier ces grévistes, m'empêchent d'aller bosser ! D'aller bosser... d'aller bosser... pour me faire encadrer, manager, coacher, évaluer, dévaluer, engueuler, harceler... me faire virer... </o:p>

    <o:p> Allez, cette fois-ci : moi aussi je manifeste !"</o:p>

     


    votre commentaire
  • Vous avez envie, vous, de vous lever le dimanche et les jours fériés pour aller bosser ? Vous faites quoi de votre petite famille si vous bossez ce jour là ? Hein ? Bon, ben alors n'allez pas dans les magasins ! Si personne n'allait se balader (tu parles d'une ballade, les galeries marchandes...) dans les magasins le dimanche ou les jours fériés, le gouvernement ne nous rabacherait pas son intox "il faut travailler le dimanche pour relancer la croissance" !

    La croissance, la croissance... nos copains chinois aussi en veulent de la croissance, et des voitures, et des produits manufacturés... et de la pollution aussi...

    Le dimanche je flâne, je prends mon temps, je prends mon petit déj' en écoutant les oiseaux... je me ballade en vélo, les gens sont moins nombreux et moins speedés sur les routes...

    Allez, un bon mouvement  : la prochaine fois que vous allez dans un magasin un dimanche ou un jour férié, demandez-vous qui garde les gamins de la caissière et si elle n'aurait pas préféré rester chez elle tranquillement. Ah, parce que vous croyez encore que les gens qui travaillent le dimanche sont volontaires ? posez-leur donc la question...

    Quoi, travailler plus pour gagner plus ? non merci. Vivre mieux, grâce à une meilleure répartition des richesses et un meilleur contrôle des dépenses publiques, ça, oui ! Car gagner plus, quand on est de plus en plus taxés, que le prix de l'essence augmente, que les remboursements sécu diminuent de plus en plus, ça ne me parait pas être la meilleure des solutions....

    Demain, c'est le 11 novembre, bon jour férié !   


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique