• Corentin, le retour

    Un verre, ça va, deux verres...

     

    Crémaillère chez Corentin, hier soir. En tout petit comité, nous étions quatre, et avec deux cartons en guise de table basse. Corentin ne bosse plus pour la Big Bank, il y a terminé sa mission, dans la foulée il a quitté sa coloc au fin fond de la banlieue bordelaise pour un petit appartement dans le centre de Bordeaux, d'où la crémaillère, hier soir, l'occasion de prendre de ses nouvelles et de passer un moment agréable.

    J'ai passé une excellente soirée, ambiance festive, bonne musique, et ce petit Corentin qui passe et repasse devant moi, avec ses rondeurs appétissantes, comme un chou à la crème géant devant les yeux d'une gourmande. J'avais assez bu pour trouver ça drôle et agréable, du reste j'ai toujours trouvé que le désir est peut-être supérieur au plaisir, en ce sens qu'il dure délicieusement plus longtemps. 

    Je suis rentrée comme j'étais venue, en tram, et avec le sourire parce que ça fait du bien ces papillons dans le ventre quand je vois Corentin, et c'est tout aussi bien que ça n'aille pas plus loin, le "plus loin" je l'ai vécu dans une autre vie je n'ai donc aucun regret ni aucune frustration. Dans le tram il y avait un couple de deux garçons, j'ai vu les regards puis assisté à l'élan des corps qui se frôlent, puis se rapprochent, c'est toujours bien de voir le bonheur des autres, aussi. Je suis rentrée chez moi, heureuse d'avoir passé une bonne soirée, savourant le bonheur d'éprouver du désir, d'être délicieusement ivre, et d'avoir la chance de vivre dans un pays et une époque où je peux être une femme seule, libre et heureuse.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :