• Confinée, encore

    J'ai fini de trier mes archives, j'ai fini le tri de mes vêtements, j'ai mis de côté ceux que je ne mets plus pour les porter à une borne de recyclage, et j'ai rangé les autres par couleurs. J'ai fini le roman de Jorge Amado que j'avais commencé la semaine dernière, j'ai lavé mes vitres. J'ai recousu l'ourlet d'une robe, opération que je remettais à plus tard depuis deux ans, bonne nouvelle je vais pouvoir la remettre. 

    Bon, et maintenant, je fais quoi ? 

    J'avoue, je m'ennuie un peu par moment. En même temps, s'ennuyer, c'est un luxe de pays riche, j'en ai bien conscience, alors je ne me plains pas. J'ai une réserve de bouquins à lire assez conséquente, et j'ai ressorti mes livres de cuisine. Après un dessert à base de semoule au lait et aux fruits secs, j'ai expérimenté une recette de brioche qui finit de cuire - mais si l'odeur est alléchante il est visible qu'elle n'a pas gonflé comme il fallait. Demain, je teste une recette de tagliatelles aux petits pois et mascarpone. J'ai une copine qui a fait son pain cette semaine, et j'envisage d'essayer de faire mes pâtes moi-même. Ce confinement ouvre bien des perspectives. 

    Cette semaine, je suis encore en arrêt maladie, je vais toutefois appeler ma chef pour lui dire que je vais me connecter deux ou trois après-midi, pour me remettre dans le bain doucement, me mettre à jour de mes mails, me mettre à jour de toutes les informations qui seront arrivées ces deux dernières semaines. Je préfère ça que reprendre le lundi suivant, et être de nouveau rongée par le stress l'après-midi même. 

    J'ai fait un cauchemar cette nuit, du coup je me suis réveillée et j'ai eu du mal à me rendormir. A quatre heures du mat', les pensées vont un peu dans tous les sens, aussi noires que la nuit. Je me suis retrouvée à angoisser sur le fait qu'une vraie catastrophe pourrait nous arriver, pays complètement à l'arrêt, plus de médias, plus rien à bouffer - et j'angoissais sur le fait que mes chats allaient mourir de faim - chacun ses angoisses.

    Le bon effet du confinement : plus de pollution dans l'air. Qui, du coup, retrouve une odeur de nature, profitons-en pour ouvrir les fenêtres et respirer à plein poumons ! 


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :