• Comme un air de printemps

    Promenade apéritive dans le parc voisin ce matin. Ce n'est pas vraiment un parc d'agrément, c'est une ancienne friche inoccupée, probablement un petit bois à l'origine, qui a permis l'aménagement d'un bassin de rétention des eaux, comme c'est le cas dans pas mal d'endroits de la métropole bordelaise.

    Comme un air de printemps

    Les abords du plan d'eau ont été aménagés, on peut s'y promener, courir, pêcher, pique-niquer, jouer, y trouver des livres... C'est un espace vert très agréable, préservé du bruit de la circulation. On peut y entendre des oiseaux, des canards, des poules d'eau, et la chanson du Serpent, le petit ruisseau qui traverse le parc.

    Je vous présente le Serpent :

    Comme un air de printemps

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Il a l'air de rien, mais je l'aime beaucoup. Quand j'étais enfant, j'ai vécu - déjà - dans le quartier, je me souviens d'y avoir fichu les pieds sans le faire exprès, catastrophe, chaussures trempées et pleines de boue, à l'époque nous n'avions qu'une paire de chaussures, et en cuir, du genre robuste mais qui met du temps à sécher... Bref, le Serpent, aujourd'hui tout petit mais qui a dû connaître des temps plus fastes. Il parait qu'au début des années 70, il avait débordé à l'occasion d'un hiver particulièrement pluvieux, et inondé le quartier. On a du mal à le croire, aujourd'hui, en voyant ce petit ruisselet. J'adore me promener à son côté, pour entendre sa chanson, et voir les oiseaux des arbres alentours s'y baigner.

    Comme un air de printemps

    J'ai marché le long du Serpent, puis fait le tour du plan d'eau, ce matin, en prenant mon temps. Le temps de regarder la végétation, j'ai vu les premières violettes, les premières fleurs de prunus, aussi. A la boîte à livres, j'ai constaté que ceux que j'avais déposé il y a quelques semaines étaient partis, et j'en ai trouvé deux à mon goût, avec lesquels je suis repartie.

    Le temps d'une photo, je me suis prise pour Monet...

    Comme un air de printemps

    Et dans la roselière, j'ai écouté le klaxon des poules d'eau...

    (dédicace à M. L'homme des Cavernes, amoureux comme moi de ces petits volatiles...)

    Comme un air de printemps

    L'air était doux, avec un zeste de fraicheur bien agréable, et j'ai passé un bon moment à me ressourcer, à respirer, à écouter, à ressentir... parenthèse de "pleine conscience" du jour...

     

     

     

     


  • Commentaires

    1
    Dimanche 19 Février 2017 à 18:24

    Superbe !

    Merci pour la poule.

    Et la boite à livres, quelle excellente idée !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :