• Champignons magiques

    Quelques mois passés ailleurs, et je constate que l'urbanisation déjà galopante s'est encore accélérée. Le moindre bout de terrain est colonisé de maisons - et pas qu'une ! Le pire : les maisons existantes dont le jardin est partagé en deux afin  de permettre la construction, en première ligne, de nouvelles maisons dites "de ville" parce qu'elles n'ont pas de terrain. Des cages à lapin, qui cachent désormais les petites maisons anciennes, qui se retrouvent sans soleil (mais après tout ce sont les propriétaires qui veulent bien vendre leurs bouts de jardin). Et il ne faut pas croire que pour un de ces jardins, on ne construise qu'une maison. Non, ce sont forcément au moins deux maisons, mitoyennes, à étage pour gagner de la place. Les terrains plus grands sont quant à eux colonisés par de petites résidences - mais de quoi je me plains, puisque j'habite justement une de ces nouvelles résidences !

    Pouf pouf pouf, ça pousse comme les champignons magiques de l'île mystérieuse dans la bédé de Tintin.

    Mon coup de gueule ? d'abord ça défigure le paysage urbain, et surtout, surtout, les infrastructures routières ne pouvant être extensibles alors même que les communes sont de plus en plus surpeuplées, la cub bordelaise est désormais un seul et même vaste embouteillage, surtout en fin d'après-midi. Hier soir, en sortant du boulot, les voitures étaient à touche-touche, j'ai dû prendre un itinéraire autre que l'habituel, la circulation y était à peine moins dense, total presque 40 minutes pour faire les quelques kilomètres qui séparent Mérignac de Pessac. En vélo, le dimanche, je mets moitié moins de temps. Mais les automobilistes sont trop furieux et dangereux pour que je me hasarde à prendre le vélo en semaine.

    Je prends donc mon mal en patience, et puis, j'en profite pour écouter Michel Onfray.

    Mais quand même, ça me fait râler.


  • Commentaires

    1
    Julie
    Samedi 18 Juin 2011 à 13:58
    Ah, les villes engorgées, les voies de circulation congestionnées... Et dire qu'ils veulent développer encore plus les grandes villes... Cela dit, les banlieues-dortoirs ne sont guère plus réjouissantes, avec leurs centre-villes dépourvus de commerces. Drôle d'évolution, et je partage ta tristesse à la voir.
    2
    Tonax
    Samedi 18 Juin 2011 à 16:04
    L'urbanisation galopante, c'est un vrai fléau et c'est une conséquence de l'augmentation de la population.
    3
    Feuilles_d_Acanthe Profil de Feuilles_d_Acanthe
    Dimanche 19 Juin 2011 à 19:07
    Je ne sais plus qui a dit qu'il fallait mettre les villes à la campagne... c'était une boutade, pourtant, cela serait réalisable. Concevoir de vraies villes un peu plus loin que les banlieues surpeuplées, mieux desservies en transports en commun (A Bordeaux le tramway ne dessert que qq communes de la proche banlieue, intra rocade), avec les mêmes commerces et services que dans les villes périurbaines. Hélas, on fait tout le contraire, en créant des centres commerciaux géants dans des zones déjà surchargées, et en fermant les services (Poste, services médicaux) dans les villes de campagne.
    4
    Feuilles_d_Acanthe Profil de Feuilles_d_Acanthe
    Dimanche 19 Juin 2011 à 19:09
    Mais surtout d'une mauvaise gestion de l'augmentation de la population.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :