• Ca va mieux...

    (et pourvu que ça dure...)

    Malgré une légère crise d'angoisse ce soir, ça va mieux.  J'aimerais dire que je gère mieux (ma vie seule, mes émotions, ma relation,...) mais je pense que ce serait faux. Je crois que ce "mieux" dépend surtout du "mieux" de ma relation présente, et aussi beaucoup de la présence de mes amies. Et peut-être que, finalement, les petites aiguilles et petits granules ont un effet bénéfique. En attendant que je parvienne, enfin, à m'inventer la vie qui va avec mon studio, et mon statut solo. Pour l'instant je me contente d'un modus vivendi aux contours flous, basé sur un inconfortable "chacun chez soi" qui tient plus, pour l'instant, à une réaction de défense qu'à une réelle volonté commune. Petits granules blancs, petits granules blancs...

    Hier matin, en rentrant chez moi, j'ai apprécié, à défaut de le savourer, le petit déjeuner pris sur ma terrasse, dans la chaleur de la matinée déjà avancée. Je suis restée attentive aux bruits, le bruissement du vent dans les feuilles des platanes centenaires du parc, le rebond des balles sur les courts de tennis ombragés par ces mêmes platanes, les rumeurs du marché dominical non loin, les trains s'arretant en gare, la cloche sonnant la messe au clocher voisin. C'est dommage, cette manie de supprimer la cloche, autrement qu'aux messes, mariages et enterrements. Je rêve d'un temps rythmé par des cloches sonores mais familières. Mon oreille attentive se contente du rythme des trains...

    La rentrée approchant, l'immeuble se remplit de nouveaux d'habitants, du moins si j'en crois les étiquettes sur les boîtes aux lettres. Par contre je n'ai pas vu Biscotte depuis plusieurs jours, cela me désole, un peu, sa présence silencieuse et soyeuse me manque, mais j'habite si peu chez moi moi-même... J'ai une vie désorganisée, mais que je supporte (pourquoi ? c'est irrationnel) parce que c'est l'été. J'ai beau attendre avec une certaine impatience les mois de septembre/octobre, pour la reprise d'activités diverses (j'aimerai me remettre au chant), pour la régularité du travail, je crains également la poursuite d'une relation en des saisons où nos rythmes individuels ne seront plus ceux d'aujourdhui.

    J'ai pris le temps, ce soir, de ranger deux-trois cartons de vaisselle, de réaménager les placards de la kitchenette. Celle-ci se révèle vraiment inadaptée, en matière de rangements mais surtout en matière de possibilité de cuisiner réellement, sans avoir l'impression de jouer à la dînette. J'ai beau ne pas être un cordon-bleu, cela me manque, et j'ai apprécié de squatter la cuisine de mon ami pour la préparation d'un risotto la semaine dernière ( j'ai découvert à cette  occasion qu'il n'aime pas le riz. Argh. Bon, en tout cas, moi, je l'ai apprécié, ce risotto ! quant à lui, et c'est un des avantages d'une relation débutante : il s'est senti obligé d'en manger ! ).

    Problèmes de sommeil mis à part (23 h 30 et je suis toujours devant l'ordi, ce n'est pas normal  pour moi et pourtant cela devient récurent), je devrais (conditionnel, temps d'espoir hypothétique) parvenir au bout de cette nouvelle semaine de vacances - de vacance - sans trop de turbulences, du moins je l'espère, disons que je l'aborde avec moins d'apréhensions qu'il y a quelques jours.


  • Commentaires

    1
    Gabrielle
    Mardi 24 Août 2010 à 19:29
    mon petit frere cherche une maman pour Pistache...treve de plaisanterie, je suis contente de voir que tu geres de mieux en mieux (et oui il faut le dire quand meme!) la situation...
    abisous
    2
    Feuilles_d_Acanthe Profil de Feuilles_d_Acanthe
    Mercredi 25 Août 2010 à 00:16
    Merci :-)
    (et pour Pistache, tu continues à résister ?)
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :