• Ca s'en va, et ça revient...

    Moi qui disais justement à une amie ce midi que je n'avais plus de crises d'angoisses... pas de chance, ce soir, un peu avant la fin de la journée au boulot, ça a commencé. Là, maintenant, devant mon pc, ça va un peu mieux. Ce n'était pas une "grosse" crise, mais quand on en n'a pas eu depuis qq temps, le fait qu'une crise revienne ça fait d'autant plus mal. Pourquoi une angoisse, pourquoi ce soir ? je finis par connaître ce qui la crée. Le fait que le DRH, de retour aujourd'hui, ne soit pas venu me voir, et puis, surtout, le fait que je me demande si je remonte, ou non, sur Bordeaux le dernier week-end de janvier... cela me pèse un peu, de remonter tous les week-ends, je ne suis pas tout à fait à l'aise chez mes parents, et puis le fait de prendre la voiture pour l'aller-retour me stresse toujours un peu, la moitié du parcours pour aller chez eux se fait hors autoroute, sur des routes désertes que bordent des bois, j'ai toujours peur de rencontrer chevreuils ou sangliers, peur de l'accident ou de la panne, aussi, tout simplement. Et puis d'une manière générale, j'ai toujours un peu de mal à bouger, et quand je suis mal, c'est pire. Et puis partir, c'est devoir revenir, et les retours sur Pau s'accompagnent toujours d'une crise d'angoisse dès que je mets la clé dans ma porte, et j'angoisse donc... par anticipation...

    Pas facile, dans ces conditions d'appeler mes fils ce soir. Je ne me remets pas du fait de ne plus les voir, de ne plus vivre avec eux. Parfois, je me dis que j'aurais dû faire autrement, mais je ne vois pas comment. Ca n'allait vraiment plus, entre mon ex-mari et moi, et voilà, je n'ai pas été capable de faire comme tout le monde, une garde alternée ou une garde simple, voir mes enfants régulièrement, les garder chez moi. Difficile à croire, certainement, mais voilà, je n'ai vraiment pas su faire. J'ai fait des mauvais choix dans ma vie, de bien mauvais choix, et maintenant il faut que je fasse avec leurs conséquences. Bien sûr, les enfants finissent par partir un jour, tôt ou tard. Mais là, c'est moi qui suis partie, et je vis mal  l'anormalité de cette situation, je me fais l'effet d'être un monstre, une mère dénaturée. Je ne comprends pas comment j'ai pu en arriver là, je me déteste, mais ce n'est pas le pire, le pire c'est vraiment le manque que j'ai d'eux.


  • Commentaires

    1
    Isabelle
    Jeudi 20 Janvier 2011 à 22:43
    Les gens qui se font l'effet d'être des monstres sont précisément ceux qui n'en sont pas. Les vrais monstres n'ont ni mauvaise conscience ni remords et ne se soucient pas d'autrui. Je pense que tout un chacun commet des erreurs dans sa vie, c'est tellement dur parfois. Quand on arrive à certaines situations déplaisantes, on culpabilise toujours en se disant qu'on n'a pas été à la hauteur, que c'est de notre faute, etc. Mais après tout, nous ne sommes pas des surhommes, nous sommes juste terriblement humains. Ne t'en fais pas, essaye de ne pas avoir de regrets, ce n'est même pas sûr que tu aurais vraiment pu mieux faire. Et puis, les choses étant ce qu'elles sont, il ne faut pas revenir en arrière, juste essayer d'aller de l'avant. Bon courage !
    2
    Feuilles_d_Acanthe Profil de Feuilles_d_Acanthe
    Samedi 22 Janvier 2011 à 12:32
    Merci Isabelle !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :