• Avec une Bible et un fusil

    Faut dire ce qui est, t'en aurais volontiers dézingué un ou deux en rentrant chez toi. Déjà, tu t'es levé crevé, et se lever crevé un lundi matin, ça augure mal de la semaine, alors rentrer, tard, pour en prendre plein les oreilles, entre les gamins qui braillent dans l'espace jeux et les djeuns qui arrosent le quartier avec leur musique de merde boum boum et boum rap de merde et que peut-on attendre d'une jeunesse qui écoute un truc aussi agressif, sans parler du groupe de vieux en djellabas, qui baragouinent sous tes fenêtres, déjà là alors que le repas du soir n'aura lieu que deux heures plus tard… Même les fenêtres fermées, et malgré le double vitrage tu en as plein les oreilles et ras la casquette. Le ramadan se termine demain, tu n'en peux plus d'un mois de soirées difficiles, de nuits trop courtes et de poubelles dégueulasses chaque matin.

    Tu appelles ton père ce soir pour prendre des nouvelles, il est fatigué, et ne crois pas qu'il te demandera comment tu vas, toi qui te lèves tous les matins pour aller bosser, parce qu'il ne demande jamais comment tu vas, ce qui lui importe c'est sa fatigue à lui, mais tu as l'habitude, ça fait bien vingt ans qu'il est fatigué, pense donc, passer ses journées à lire le journal, voilà une retraite épuisante. Tu te sens bien caustique ce soir, et dénuée de bons sentiments, mais tu éprouves un certain marasme depuis quelques semaines, alors peu t'importe les bons sentiments. Tu as des envies de changement en ce moment, tu vendrais volontiers ton appartement si tu avais les moyens de t'en payer un autre dans un quartier moins bruyant, genre désert de Gobi, et tu te poses de sacrés questions sur ton avenir professionnel. Pour tout dire, tu te demandes si tu dois faire le grand saut, et changer radicalement de métier, tu as vu une offre qui te tente sur l'intranet de la Big Bank, et changer de vie pourquoi pas, sauf que changer de vie tu t'y es déjà brûlé les doigts une fois.

    Bref ce soir tu te sens seul dans tes bottes mais passablement agacé, et le putain de moustique qui te tourne autour va passer un sale quart d'heure si tu arrives à le choper.


  • Commentaires

    1
    Bleck
    Mardi 4 Juin 2019 à 10:07

    Pas la moindre envie d'ironiser, sache que j'ai lu et que je compatis.

     

    Bleck

      • Mardi 4 Juin 2019 à 20:42

        C'est gentil :-) Je te rassure : mon blog est aussi mon défouloir, et je me sens toujours un peu mieux ensuite !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :