• Avec panache !

    Pour le cas tout à fait improbable où je l'oublierai, je vis désormais à Pau...

     
    J'aprécie le décallage horaire, qui m'a permis deux heures de balade ce soir. Le temps était doux, bien dégagé après une journée de pluie, et la balade a été très agréable. Pau est construit sur un plateau, dominant une vallée, où coule le Gave, vallée délimitée en face par les côteaux du jurançonnais. J'habite un quartier à la lisière du plateau, et j'ai parcouru quelques rues en hauteur dominant donc les quartiers en contrebas. Une belle vue sur la chaîne des Pyrénées, magnifiques aujourd'hui, bleutées et blanches, sous le ciel sombre. Cette vue, cet horizon, c'est ce que je suis venue chercher en venant ici. Je me suis aperçue qu'il y a tout un tas de rues à découvrir, avec des petites maisons plus modestes que celles du quartier où je vis, mais moins austères. Et puis un truc incroyable, et j'espère qu'il fera beau dimanche prochain pour que j'aille faire des photos. Mais je n'en dis pas plus pour l'instant. J'ai découvert aussi que, comme je marche bien et vite, et que Pau est décidemment une petite ville, je suis à portée de chaussures du parc Beaumont et du fameux boulevard des Pyrénées. Ce boulevard, c'est les Champs Elysées de Pau. On s'y retrouve, on s'y expose, on y boit un café à la terrasse d'un des nombreux cafés, plein sud face au Pyrénées. Il est vrai que l'endroit est à découvrir quand le boulevard est baigné de soleil.

    Bref, je me réconcilie avec Pau. Il ne faut pas croire pour autant que j'envisage d'y rester. J'ai passé un nouvel entretien à Bordeaux vendredi, pour un poste en relation avec mon poste à Pau, et j'attends la réponse d'ici la fin avril.

    Une anecdote : vendredi après-midi, je venais juste de terminer l'entretien, et je me pressais car je devais récupérer mon fils "n°2" pour aller dîner chez mes parents. Je reçois un sms : "comment c'est passé l'entretien ?", émis par un numéro inconnu à mon répertoire. Pas le temps d'élucider le mystère, de toute évidence qq qui me connaissait assez pour être au courant de mon rendez-vous. Probablement une copine... j'ai répondu d'un laconique "bien", pas le temps d'ajouter un "bisous". Le lendemain matin, tout d'un coup, la révélation, aussitôt vérifiée : ce n'était pas une amie, mais... le directeur du site palois... Rhaaa zut ! j'aurais dû m'en douter et ajouter un "merci !". Et ...heureusement que je n'avais pas rajouté le "bisous" !!! Ce matin, je me suis excusée pour le "Bien" laconique, et lui ai expliqué qu'il avait échappé au "bisous" mais ça ne l'a pas fait rire. Parfois il manque d'humour...
     
    Et pour en revenir à la promenade de ce soir, je me suis sentie bien comme il y avait longtemps que je ne l'avais pas été.

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :