• Avec ma bite et mon couteau

    C'est vrai, je ne suis pas le plus dégourdi des mecs, avec l'informatique. La révolution numérique, comme ils disent, elle passe pas trop par moi. Bien sûr j'ai fait comme tout le monde, le téléphone portable, et même le smartphone, et même le pc, et au boulot, pas possible d'échapper à excel et aux logiciels de traitement des bons de livraisons, de gestion des stocks, et tout le ramdam, la souris, la photocopieuse qui n'imprime plus mais qui numérise, zéro papier qu'ils disent, d'accord.


    Mais je vais te dire : ya quand même des fois j'ai l'impression que le progrès, ça n'en n'est pas un. Oh, je passe sur toutes les complications, avant tu arrivais pour bosser, ben tu posais ton cul sur ta chaîse, tu ouvrais ton tiroir et tu sortais ton stylo et ton tampon encreur, le transporteur se pointait tu tamponnais son bordereau de livraison, c'est vrai qu'on passait un peu de temps à vérifier sa palette en notant tout à la main mais je ne suis pas sûr qu'on n'était pas moins stressé. Aujourd'hui, il y a l'informatique, la productivité à tenir même quand le logiciel plante, et quand il fonctionne bien ce foutu logiciel est ouvert en permanence sous les yeux de ton chef qui t'engueule dès que les chiffres ne lui vont pas.


    Et s'il n'y avait que ça ! Ce matin pendant la pause c'est le petit nouveau, Kévin, qui a commencé à gueuler en regardant son téléphone, en disant que sa copine était encore à la bourre pour son boulot. "Hein, comment tu le sais ?" "ben elle vient juste de démarrer" "mais comment tu le sais ??" "bah je le vois sur mon téléphone !" Ca, ça m'agace. Les djeuns, c'est évident pour eux, alors ils t'expliquent pas, ou alors tu comprends rien et si tu leur demande de t'expliquer avec des phrases, ils te regardent et tu te sens le dernier des dinosaures. Ca m'énervait quand même bien de pas comprendre ce qui se passait, alors j'ai insisté. Il a fini par m'expliquer qu'il suit les déplacements - il "géolocalise" - de la voiture de sa copine ou, plutôt, du téléphone de sa copine dans sa voiture, depuis son smartphone à lui. Eh bien tu veux savoir ? d'accord je me suis senti vraiment dépassé, mais ça, c'est pas nouveau et je me dis que ça va pas s'arranger. Mais surtout, j'ai pensé que ça devait pas être rigolo pour elle. Le pire c'est qu'il y voyait pas de mal, à "géolocaliser" "Ben quoi, ça m'évite de l'appeler quand elle conduit, pour lui demander où elle est !" Moi j'ai tout de suite vu le fil à la patte, le manque de confiance à venir.


    Nous on géolocalisait pas. On savait pas. Et parfois il valait mieux pas savoir. Si Sandrine elle rentrait tard un soir je plaisantais, ou pas, en lui demandant si c'était son jules qui l'avait mise en retard, et puis c'était tout. Et s'il y a eu un jules, après tout c'est la vie. On ne géolocalisait pas, on s'inquiétait vaguement, puis on passait à autre chose. On n'avait pas de google home, on n'avait pas de smartphone, on avait juste notre bite et notre couteau, mais je crois qu'on ne s'en sortait pas si mal que ça, après tout.


  • Commentaires

    1
    Mercredi 5 Juin à 19:30

    Ben voilà, je l'ai placé ! winktongue

      • Julie
        Mercredi 5 Juin à 21:40

        S'il s'agit de l'expression "Ma bite et mon couteau", moi aussi je l'ai placée !

        Super texte que tu as écrit là ! :-)

      • Mercredi 5 Juin à 22:13

        Merci Julie ! Et je veux bien lire ta version à toi de l'expression :-)

    2
    Mercredi 5 Juin à 19:35

    Il y avait très longtemps que je n'avais pas écrit de petit court lettrage, et ça me fait bien plaisir d'en avoir pondu un ce soir. Et ça n'a pas changé et c'est rigolo : j'écris toujours au masculin ! 

    3
    Mercredi 5 Juin à 22:14

    Et à propos du texte : inspiré de mon collègue "géolocalisant" la voiture de sa copine ce matin même...

    4
    Bleck
    Jeudi 6 Juin à 10:04

    Bobillet.

     

    Bleck

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :